• Accueil
  • > Non classé
  • > Date: 27 janvier 2013 Dimanche, 3ème Semaine du Temps Ordinaire Couleur: vert – 3ème dimanche du Temps Ordinaire

27 janvier, 2013

Date: 27 janvier 2013 Dimanche, 3ème Semaine du Temps Ordinaire Couleur: vert – 3ème dimanche du Temps Ordinaire

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 7:09
== AELF - http://aelf.org == 

Sommaire
* Office des lectures

        ------------------
        Date: 27 janvier 2013
        Dimanche, 3ème Semaine du Temps Ordinaire
        Couleur: vert - 3ème dimanche du Temps Ordinaire

        ------------------

        ------------------
        Vos dons nous permettront de développer le portail AELF et de continuer à proposer nos
        services gratuitement pour tous. Chaque don, même modeste, compte !

        Vous pouvez effectuer votre don en ligne (http://www.aelf.org/don),
        ou encore par chèque bancaire ou postal adressé à :
            AELF, 58 avenue de Breteuil, 75007 Paris

Hymne :Au commencement 

Au commencement 
Etait le Verbe !
Il était en Dieu ! 
Il était Dieu ! 
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Il était la Vie, 
Notre lumière. 
La lumière luit 
Dans notre nuit !
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Qui croit en son nom 
A Dieu pour Père !
Qui l'aura reçu 
Ne mourra plus ! 
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Le Verbe fait chair, 
Parmi les hommes 
A manifesté 
La vérité ! 
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Nous tenons de Lui 
Grâce sur grâce !
Il a révélé 
Le Dieu caché ! 
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Et par Jésus Christ, 
Le Fils unique,
Un jour, de nos yeux, 
Nous verrons Dieu ! 
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Antienne

Je veux te bénir chaque jour, alléluia.

Psaume -( 144 - I)

1Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

2Chaque jour je te bénirai,
je louerai ton nom toujours et à jamais.
3Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;
à sa grandeur, il n’est pas de limite.

4D’âge en âge, on vantera tes œuvres,
on proclamera tes exploits.
5Je redirai le récit de tes merveilles,
ton éclat, ta gloire et ta splendeur.

6On dira ta force redoutable ;
je raconterai ta grandeur.
7On rappellera tes immenses bontés ;
tous acclameront ta justice.

8Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
9la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Antienne

Ton règne est un règne éternel, alléluia.

Psaume -( 144 - II)

10Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
et que tes fidèles te bénissent !
11Ils diront la gloire de ton règne,
ils parleront de tes exploits,

12annonçant aux hommes tes exploits,
la gloire et l’éclat de ton règne :
13ton règne, un règne éternel,
ton empire, pour les âges des âges.

Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, 
fidèle en tout ce qu’il fait.
14Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent,
il redresse tous les accablés.

Antienne

Tout pouvoir lui a été donné sur le ciel et sur la terre, alléluia.

Psaume -( 144 - III)

15Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
16tu ouvres ta main :
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

17Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
18Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

19Il répond au désir de ceux qui le craignent ;
il écoute leur cri : il les sauve.
20Le Seigneur gardera tous ceux qui l’aiment,
mais il détruira tous les impies.

21Que ma bouche proclame 
les louanges du Seigneur ! *
Son nom très saint, que toute chair le bénisse
toujours et à jamais !

V/ Si vous gardez ma parole, vous saurez que vous êtes mes disciples.

Lecture : Les lévites. Les faux prophètes- ( Dt 18, 1-22)

 Acte du IIe Concile du Vatican — La Liturgie

Présence du Christ à son Église dans la liturgie le Christ est toujours là auprès de son Église, surtout dans les actions liturgiques. Il est là présent dans le sacrifice de la messe, et dans la personne du ministre, « le même offrant maintenant par le ministère des prêtres, qui s’offrit alors lui-même sur la croix » et, au plus haut degré, sous les espèces eucharistiques. Il est présent, par sa puissance, dans les sacrements au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ lui-même qui baptise. Il est là présent dans sa parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit dans l’Église les Saintes Écritures. Enfin il est là présent lorsque l’Église prie et chante les psaumes, lui qui a promis : « Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis là, au milieu d’eux ». Effectivement, pour l’accomplissement de cette grande œuvre par laquelle Dieu est parfaitement glorifié et les hommes sanctifiés, le Christ s’associe toujours l’Église, son Épouse bien-aimée, qui l’invoque comme son Seigneur et qui, par la médiation de celui-ci, rend son culte au Père éternel.C’est donc à juste titre que la liturgie est considérée comme l’exercice de la fonction sacerdotale de Jésus Christ, exercice dans lequel la sanctification de l’homme est signifiée par des signes sensibles et réalisée d’une manière propre à chacun d’eux, et dans lequel le culte public intégral est exercé par le Corps mystique de Jésus Christ, c’est-à-dire par le Chef et par ses membres.Par conséquent, toute célébration liturgique, en tant qu’œuvre du Christ prêtre et de son Corps qui est l’Église, est l’action sacrée par excellence dont nulle autre action de l’Église ne peut atteindre l’efficacité au même titre et au même degré.Dans la liturgie terrestre, nous participons par un avant-goût à cette liturgie céleste qui se célèbre dans la sainte cité de Jérusalem à laquelle nous tendons comme des voyageurs, où le Christ siège à la droite de Dieu, comme ministre du sanctuaire et du vrai tabernacle ; avec toute l’armée de la milice céleste, nous chantons au Seigneur l’hymne de gloire ; en vénérant la mémoire des saints, nous espérons partager leur communauté ; nous attendons comme Sauveur notre Seigneur Jésus Christ, jusqu’à ce que lui-même se manifeste, lui qui est notre vie, et alors nous serons manifestés avec lui dans la gloire. ~L’Église célèbre le mystère pascal, en vertu d’une tradition apostolique qui remonte au jour même de la résurrection du Christ, chaque huitième jour, qui est nommé à bon droit le jour du Seigneur, ou dimanche. Ce jour-là, en effet, les fidèles doivent se rassembler pour que, entendant la Parole de Dieu et participant à l’Eucharistie, ils fassent mémoire de la passion, de la résurrection et de la gloire du Seigneur Jésus, et rendent grâces à Dieu qui les « a régénérés pour une vivante espérance par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts ». Aussi, le jour dominical est-il le jour de fête primordial qu’il faut proposer et inculquer à la piété des fidèles, de sorte qu’il devienne aussi jour de joie et de cessation du travail. Les autres célébrations, à moins qu’elles ne soient véritablement de la plus haute importance, ne doivent pas l’emporter sur lui, car il est le fondement et le noyau de toute l’année liturgique.

R/ Lorsque nous invoquons le Père, ne nous séparons pas du Fils.Reconnaissons en lui notre voix, reconnaissons en nous la sienne.Il prie pour nous, comme notre prêtre, il prie pour nous, comme notre tête, nous le prions comme notre Dieu. 

Oraison

Dieu éternel et tout puissant, dirige notre vie selon ton amour, afin qu'au nom de ton Fils bien-aimé, nous portions des fruits en abondance.

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones

Laisser un commentaire

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904