3 mai, 2015

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 15:05

Dix conseils pour bien choisir son thérapeute

Dix conseils
pour bien choisir
son thérapeute
Plus de la moitié des patients pensent que les médecines
alternatives et complémentaires pourraient les aider en
complément des traitements classiques. D’autres, non malades,
souhaitent adopter une démarche préventive ou des approches
personnalisées, qui prennent en compte toute leur personne –
corps-esprit – ainsi que leur terrain. Ecoute, prévention,
personnalisation : les médecines complémentaires répondent
généralement à ces demandes et c’est ce qui explique leur
succès. Acupuncture, phytothérapie, naturopathie, réflexologie,
sophrologie…les offres de soin sont multiples et on ne sait pas
toujours très bien vers quoi se tourner ni comment choisir son
thérapeute. Comment s’assurer que la thérapie proposée
répond à notre besoin et n’est pas contre-indiquée ? Que le
thérapeute est sérieux ? Tous nos conseils en dix points !
1. Les médecines douces ne sont pas à prendre à la
légère !
Fatigué(e), stressé(e), douleurs articulaires, mal de dos… C’est
décidé vous allez prendre en main votre santé et vous
souhaitez une méthode « douce ». Sachez que ce terme est
aujourd’hui contesté et les praticiens de santé concernés lui
préfèrent « médecines alternatives et complémentaires ». En
effet, certaines médecines traditionnelles ou alternatives sont
tout sauf douces. Par exemple, la puissante efficacité de la
phytothérapie (soin par les plantes) et de l’aromathérapie
(huiles essentielles), a pour corolaire, des risques d’effets
secondaires réels en cas de mauvaise automédication ou
prescription (doses, durées, contre-indications…), d’où
l’importance de bien choisir le thérapeute à qui l’on confie sa
santé ! Restez donc vigilant et critique : le praticien de santé
qui vous a prescrit un traitement, a-t-il les bonnes qualifications
pour le faire ? Sur quelle base reposent ses conseils ?
2. Pour quelles maladies ?
Certaines pathologies trouvent des réponses particulièrement
satisfaisantes dans les approches de santé alternatives avec
une guérison qui peut être complète. C’est le cas notamment
des problèmes de digestion, des insomnies, des migraines, du
stress, des lumbagos et des maladies inflammatoires comme
les bronchites ou gastrites par exemple voire parfois de la
constipation et de l’eczéma. Pour d’autres pathologies, les
médecines complémentaires n’offrent pas de guérisons
complètes mais apportent souvent du confort ou des périodes
de rémission longues. C’est le cas par exemple du diabète
léger, des calculs rénaux et biliaires, de l’hypertension, l’arthrite
et l’arthrose, des allergies… Enfin très rarement, certaines
pathologies sont du ressort exclusif de la médecine classique
comme par exemple la maladie de Down, des maladies
cardiaques organiques ou l’hémophilie. Globalement on peut
retenir que plus on est dans la prévention et le simple inconfort,
plus les médecines douces seront appropriées comme
alternatives à la médecine classique et plus on souffre d’une
pathologie avérée, plus les médecines douces viennent alors
en complément de la médecine classique.
3. Quelle thérapie ?
Selon les inconforts ou la maladie dont vous souffrez, les
moyens financiers dont vous disposez, votre lieu d’habitation et
aussi vos préférences, le choix de la thérapie pourra différer. Il
faudra aussi vous renseigner sur les différentes techniques
adaptées à vos troubles et souhaits. Les magazines
spécialisés, certains sites internet et plusieurs ouvrages
permettent de se faire une première idée des techniques et
pratiques régulièrement conseillés pour tel ou tel trouble. Une
fois votre pré-sélection de techniques réalisées, vous pouvez
alors vous documenter plus spécifiquement sur chacune des
approches que vous avez repérées puis ensuite en discuter
avec les fédérations professionnelles concernées et /ou le
praticien.
4. Bouche à oreille, annuaire en ligne…
Une fois décidé(e), trouver le bon praticien n’est pas toujours
aisé. Vous pouvez commencer par interroger vos proches, ils
connaissent peut-être un bon acupuncteur ou un kiné Mézières
dans leur entourage par exemple ? Demandez aussi à votre
médecin, qui, s’il est ouvert à ces approches, sera souvent de
bons conseils ou encore aux pharmacies ou magasins de
diététiques proches de chez vous. Enfin, des annuaires comme
www.annuaire-therapeutes.com, le plus complet avec 20 000
thérapeutes référencés, permet de trouver en un clic le
thérapeute qu’il faut vous. Très efficace pour des recherches
pointues (vous habitez par exemple l’Allier et recherchez un artthérapeute),
il permet aussi de connaître les tarifs du praticien
ainsi que ses horaires, ses diplômes et de savoir depuis quand
il exerce.
5. Fédérations, formations professionnelles
Environ 400 pratiques thérapeutiques cohabiteraient en France.
Difficile de s’y retrouver pour le patient ! Ce dernier peut jouer la
sécurité et se tourner vers les pratiques les plus officielles,
celles par exemple intégrées – au compte-gouttes !- dans
certains services hospitaliers : shiatsu, taï-chi, acupuncture,
ostéopathie, sophrologie, méditation, homéopathie, hypnose…
Un premier pas intéressant. Dommage cependant de se passer
d’autres praticiens ou techniques de qualité. L’anthroposophie
par exemple, si elle est peu connue en France, est
officiellement reconnue et même remboursée en Suisse. Dès
lors, si vous voulez explorer une de ces thérapies, le mieux est
de s’adresser à la ou les fédérations des praticiens qui exercent
ce métier. Vous pourrez alors savoir plus précisément si c’est
adapté à votre cas et connaître les écoles et formations qui font
référence. Dans certaines professions, cela fait toute la
différence. Ainsi les naturopathes, se sont réunis sous l’égide
de la Fenahman, la fédération qui les réunit. Les naturopathes
qui en sont membres ont tous passé le diplôme national
commun et ont suivi un même cursus avec un minimum
d’heures d’enseignement, ceci au sein des quelques écoles
affiliées à la fédération. Au final, entre un naturopathe qui aura
suivi quelques semaines de cours par correspondance et un
autre qui y aura consacré deux années d’études intensives, le
niveau de compétences ne sera pas le même.
6. Avis médical
On a reproché aux médecines douces d’empêcher des
traitements vitaux comme une chimiothérapie lors d’un cancer.
Dans les faits, on a rarement vu un praticien de santé conseiller
cela à un patient ! En revanche, de plus en plus de patients
consultent un praticien de médecines alternatives en première
intention (avant le médecin), ce qui peut faire craindre des
retards de diagnostics si le thérapeute n’est pas médecin. Une
fatigue persistante peut par exemple être le fait d’une
hypothyroïdie qui nécessite des analyses et les investigations
d’un médecin pour être diagnostiquée. Un bon praticien de
santé conseillera donc à son patient, de consulter un médecin
en parallèle des soins qu’il prodigue, ceci afin de ne pas passer
à côté d’une éventuelle pathologie. Un praticien qui prétend
détenir la clé à tous vous maux et problèmes, ou qui n’accepte
pas que vous consultiez d’autres soignants, doit vous alerter.
7. Empathie et bienveillance
Ecoute, empathie, confiance sont des indicateurs importants
que vous devez ressentir auprès de votre thérapeute. Plusieurs
études ont d’ailleurs démontré que la compassion ou l’empathie
de la part des soignants, procuraient de meilleurs résultats sur
l’état de santé physique et psychique des patients.
8. Tarifs
Ils doivent être raisonnables et clairement affichés. La
fréquence des rendez-vous est également un critère important
et une question à poser pour savoir à quoi vous vous engagez.
Vous pouvez aussi préférer opter pour une thérapie
remboursée par la Sécurité Sociale comme la thalassothérapie
ou des techniques pratiquées par un médecin (ostéopathie,
homéopathie…), une sage-femme (acupuncture) ou encore
prises en charge par votre mutuelle (naturopathie,
phytothérapie…). De plus en plus remboursent les médecines
douces.
9. Les questions à poser
Quelques indications supplémentaires et questions à poser au
fil du temps, permettent de mieux cerner votre thérapeute et
concourent à installer – ou pas – un climat de confiance.
Depuis combien de temps exercice-t-il ce métier ? Pourquoi l’at-
il choisi ? Quelles sont ses différents diplômes et formations ?
Il est intéressant d’observer quelles sont les techniques
maîtrisées ou affichées par le praticien. Souvent les bons
praticiens continuent à se former tout au long de leur vie et
enrichissent leurs pratiques avec de nouvelles connaissances,
sans non plus tomber dans le schéma inverse qui consisterait à
« papillonner » de techniques en techniques sans jamais
vraiment approfondir ni soigner…
10. L’important est que cela marche !
C’est ce que David Servan Schreiber confiait à Patrice van
Eersel dans le magazine Clés. Il racontait comment il s’était
ouvert à ces techniques différentes et comment il les a
explorées avec pour seul crédo « est-ce que cela marche ? »
sans s’attarder au comment ni au pourquoi. Il explique aussi sa
rencontre avec les médecins tibétains qui l’avaient éclairé sur
leur sage rapport aux médecines : pour les infarctus, les
maladies aiguës, une appendicite, une pneumonie, ils
consultent un médecin occidental mais pour les maladies
chroniques comme l’asthme, l’arthrite, les douleurs de dos, ils
préféraient la médecine tibétaine, lente mais sans effets
secondaires.

Laisser un commentaire

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904