25 juin, 2015

Enquête LEEM – Ipsos 2015 : confiance globale dans le médicament en hausse, mais stagnation pour les génériques et vaccins Par Sophie DUMERY – Date de publication : 24 Juin 2015

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 21:00

Enquête LEEM – Ipsos 2015 : confiance globale dans le médicament en hausse, mais stagnation pour les génériques et vaccins

Par – Date de publication : 24 Juin 2015
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 326 lecteurs

image: http://www.vidal.fr/themes/main/default/front/imgs/icon_newsltetter.png

Enquête LEEM – Ipsos 2015 : confiance globale dans le médicament en hausse, mais stagnation pour les génériques et vaccins Par Sophie DUMERY - Date de publication : 24 Juin 2015 icon_newsltetterRecevoir Vidal Newsimage: http://www.vidal.fr/themes/main/default/front/imgs/icon-comment.png

icon-commentVos avis (0)

5
Pour la cinquième année consécutive, le Leem (Les Entreprises du Médicament) a réalisé, avec Ipsos, son « Observatoire sociétal du médicament« . Ce sondage grand public (1 010 personnes interrogées en mars) montre cette année une remontée de 10 points de la confiance dans le médicament en général, après le creux de 2014 attribué aux diverses « affaires« , dont celles touchant en particulier la contraception.

Néanmoins, derrière cette hausse globale de confiance, plusieurs disparités sont mises en évidence, sur les génériques, les vaccins, les médicaments d’automédication ou encore l’homéopathie.

Par ailleurs, une majorité de Français interrogés s’estime mal informée sur le médicament, en particulier sur les effets secondaires, les nouveaux médicaments et la manière dont les prix des produits de santé sont fixés.

Du côté des entreprises du médicament, leur utilité, capacité d’innovation et efficacité sont largement reconnues par les répondants. Par contre, la crédibilité des informations qu’ils fournissent, leur éthique et leur transparence ne convainquent toujours pas une majorité de personnes interrogées.  

image: http://vidalactus.vidal.fr/gestionnaire/_images/actus/LEEMIPSOSObservatoiremedicamentconfiance2015.jpg

LEEMIPSOSObservatoiremedicamentconfiance2015

La confiance globale dans le médicament est en hausse
Les Français ont un rapport étroit et stable aux médicaments : 52 % d’entre eux en prennent tous les jours ou plusieurs fois par semaine (hors pilule contraceptive). Ils ne sont que 29 % à  en prendre seulement 1 fois tous les 2 ou 3 mois, ou moins souvent, voire jamais (2 %). D’ailleurs, les médicaments des parents et grands-parents sont une préoccupation pour 59 % et 47 % des sondés respectivement.

Après une progression de la défiance constatée par ce même Observatoire en 2014 (voir notre article d’avril 2014), l’indice de confiance a repris 10 points en 2015 à 85 %  :

image: http://vidalactus.vidal.fr/gestionnaire/_images/mediatheque/LEEMIPSOSObservatoire2015medicamentconfiance1.png

LEEMIPSOSObservatoire2015medicamentconfiance1

Les médicaments prescrits, remboursés et de marque inspirent davantage confiance
Le poids de la prescription se fait toujours sentir : un médicament prescrit est jugé plus fiable (93 %) que sans ordonnance (73 %).

Le remboursement est aussi un gage de confiance (92 % contre 75 % pour un médicament non remboursé).

Par contre, la confiance envers les génériques (68 %) reste nettement en retrait de la confiance accordée aux médicaments de marque (89 %). Elle est même inférieure à celle accordée à l’homéopathie, qui bénéficie de surcroît depuis plusieurs décennies d’une appréciation particulièrement élevée en France :

image: http://vidalactus.vidal.fr/gestionnaire/_images/mediatheque/LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance2.png

LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance2

Défiance persistante sur les vaccins
L’infographie ci-dessus montre aussi que la confiance envers les vaccins tend à stagner, dans un contexte compliqué : les incitations publiques à la vaccination préventive se multiplient mais, sur le terrain, la médiatisation d’effets indésirables et de ruptures de stock, parfois problématiques, font le lit de la défiance et de la désinformation (notamment sur internet, voir cette mise au point récente du Pr Pierre Bégué, de l’Académie de médecine, suite à une pétition en ligne amalgamant réalités et mythes sur les vaccins).

Par ailleurs, selon une récente enquête de la DREES, environ un quart des médecins émettent des doutes sur l’utilité de certains vaccins (voir notre article sur cette enquête).

Lors de la présentation de ces résultats, le LEEM a rappelé que les vaccins pesaient 20,3 milliards d’euros en 2012, et représenteront un chiffre d’affaires estimé à plus du double en 2016, soit 42,3 milliards d’euros. La part de la R&D y est supérieure à 20 % : c’est un investissement considérable qui, d’après Serge Montero (vice-président France de Sanofi Pasteur MSD, président du Comité vaccin du LEEM), « fragilise les fabricants de vaccins : il n’est donc pas du tout dans l’intérêt des dirigeants de commettre des erreurs d’appréciation quant à la qualité des produits et leur sécurité« .

L’information sur les médicaments, vaste défi qui n’est pas encore suffisamment relevé
« Les Français ne se considèrent jamais comme suffisamment informés« , résume Brice Teinturier (Ipsos) devant les résultats montrant des lacunes à combler sur l’information sur le médicament.

De fait, les sondés de 2015 ne sont que 39 % à se dire bien informés sur l’efficacité des médicaments, 38 % sur leurs effets secondaires (chiffre en baisse de 7 % par rapport à 2013), 30 % sur leur sécurité et 28 % sur le rapport bénéfice/risque.

Les professionnels de santé, première source de confiance sur l’information sur les médicaments. Les médias et les politiques ferment la marche…
La première place du médecin traitant pour informer les patients sur leurs traitements est une constante de l’Observatoire : 95 % de confiance, devant les infirmiers (91 %), les pharmaciens et les chercheurs (90 %). Juste derrière, 87 % des répondants disent faire confiance aux notices, soit un peu plus qu’à leur entourage (71%).

La confiance des répondants est, par contre, plus modérée envers les autorités de santé (54 %) et les laboratoires (49 %). Afin de tenter de renforcer la confiance envers ces derniers, Patrick Errard, président du Leem, insiste sur le nécessaire retour aux fondamentaux de la proximité qui fonde la confiance : déjargonner, présenter un visage humain, médicaliser l’approche, s’engager socialement, participer aux transformations du système de soins et ses nouveaux modèles. Cela passe par le « juste usage » du médicament et la lutte contre la iatrogénie, sans déni des effets indésirables ni des risques.

Les répondants font nettement moins confiance aux médias en général pour les informer sur les médicaments, en particulier la radio, la télévision et internet. Et encore moins aux responsables politiques :

image: http://vidalactus.vidal.fr/gestionnaire/_images/mediatheque/LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance3-1.png

LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance3-1

Les laboratoires pharmaceutiques : une image contrastée
Les entreprises du médicament bénéficient d’une confiance globale de 61 % des répondants, en hausse de 6 points par rapport à 2014. Elles sont jugées utiles, à la pointe du progrès et efficaces par 8 à 9 répondants sur 10.

Par contre, une majorité des personnes interrogées les jugent opaques, « plutôt pas » ou « pas » éthiques, respectueuses de l’environnement, honnêtes ou transparentes (l’infographie ci-dessous comporte 2 colonnes car la moitié de l’échantillon a répondu à cette question pour le terme « entreprises du médicament » et l’autre moitié pour le terme « laboratoires pharmaceutiques« ).:
image: http://vidalactus.vidal.fr/gestionnaire/_images/mediatheque/LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance4-1.png

LEEMIPSOSObservatoiremedicament2015confiance4-1

Même si ces perceptions négatives sont un peu moins fortes qu’en 2014, elles restent préoccupantes pour une profession clef de la médecine, à une époque où les travers et dérives sont certes beaucoup plus médiatisés que les apports et avancées. Comme l’a résumé Patrick Errard, cela souligne « un besoin de clarté, mais aussi d’engagement » de l’industrie pharmaceutique en faveur du bon usage des médicaments, besoins auquel l’industrie espère répondre avec des initiatives comme celles engagées depuis avril 2015 contre la iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées, ou encore le livre « 100 questions » sur le médicament, mis en ligne fin 2014.

Pour en savoir plus :
Médicament : rebond du niveau de confiance des Français à 85 %, LEEM, 11 juin 2015
L’Observatoire sociétal du médicament 2015, fichier LEEM – IPSOS dont sont extraites les infographies incluses dans cet articfe
100 Questions, Les Français et leurs médicaments, LEEM, novembre 2014
Le guide du bon usage du médicament, LEEM, avril 2015

Sur VIDAL.fr :
Iatrogénie médicamenteuse chez les personnes âgées : enquête, campagne de sensibilisation et actions annoncées du Leem (avril 2015)
Comment les médecins généralistes perçoivent-ils les vaccinations ? Résultats d’une enquête de la DREES (avril 2015)
Enquête IPSOS – LEEM : les Français interrogés de plus en plus préoccupés par la sécurité des médicaments (avril 2014)
Bon usage des médicaments : résumé des recommandations du rapport remis à Marisol Touraine (septembre 2013)
Enquête IPSOS – LEEM : 46% des Français cherchent sur internet des informations sur leurs médicaments (mars 2013)

Sources : Leem

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je

Read more at http://www.vidal.fr/actualites/15764/enquete_leem_ipsos_2015_confiance_globale_dans_le_medicament_en_hausse_mais_stagnation_pour_les_generiques_et_vaccins/#KId2do5RMY095fP7.99

14 juin, 2015

Syrie : la mosquée de la « Vierge Marie » n’est pas la première en son genre dans le monde

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 3:39

Syrie : la mosquée de la « Vierge Marie » n’est pas la première en son genre dans le monde

Posté par : Des Dômes & Des Minarets 12 juin 2015

Contrairement à ce qu’ont rapporté différents médias, la mosquée de « la Vierge Marie » récemment inaugurée le 6 juin à Tartous, ville côtière (Tartous) de Syrie et fief du régime, n’est pas la première de son genre à porter ce nom au monde ni même au Moyen-Orient. Organisée par les autorités, l’événement de l’inauguration auquel a assisté le ministre du Waqf (affaires islamiques) a été couvert par l’agence officielle Sana puis vite repris par les médias, notamment occidentaux qui l’ont interprété à leur façon.

Mosquée Maryam Syrie

Certains évoquent même une première mondiale tandis que le très sérieux quotidien chrétien La Croix se contente d’évoquer un « précédent au Moyen-Orient ». Apparemment, la propagande du régime de Damas se présentant comme le « protecteur des minorités » a payé.

Comme tous les autres prophètes, Jésus comme sa mère (Paix sur eux) sont vénérés par tous les musulmans, quelles que soient leurs tendances idéologiques. Croire en tous les prophètes sans distinction aucune est l’un des fondements du dogme islamique. D’ailleurs, il y a tout un chapitre (Sourate) dans le Saint Coran dédié à Marie (Maryam en arabe, NDLR) portant le même nom. Et la troisième plus grande sourate du Coran se prénomme « La Famille d’Imran » (La famille de Jésus). Au verset 42 de cette même sourate, on peut lire :

« (Rappelle-toi) quand les Anges dirent: «Ô Marie, certes Dieu t’a élue et purifiée; et Il t’a élue au-dessus des femmes des univers »

DES MOSQUÉES JÉSUS FILS DE MARIE ET LA VIERGE MARIE DANS LES PAYS MUSULMANS

Une petite recherche sur Google aurait suffit à nos médias pour découvrir que les mosquées « Jésus Fils de Marie » ou « La Vierge Marie » sont nombreuses à travers le monde, à commencer par la Jordanie voisine où une grande mosquée est ouverte depuis 2008 à Madaba où vivent ensemble musulmans et chrétiens depuis des siècles. Pas loin de là en Egypte, il y a moins d’un an, une mosquée portant le nom de « la Vierge Marie » a été ouverte dans la province d’Al-Minya.

Mosquée Jésus Fils de Marie Jordanie

A Diyar Bakir dans l’est de la Turquie, une mosquée du nom de « Hz. İsa Camii » se construit.

AILLEURS DANS LE MONDE, EN OCCIDENT

En France, la salle de prière musulmane de Maromme en Seine-Maritime porte le nom de « Marie La Sainte Vierge ». Ce lieu de culte se trouve rue Binche le long d’une artère commerciale.

 

 

Non loin de là à Caen (14), la future mosquée de la ville sera dédiée à la Vierge Marie (Paix sur elle). Par ailleurs, selon nos sources, la nouvelle mosquée de Moissy-Cramayel (77) dont les travaux sont en voie d’achèvement portera probablement le nom de « Jésus Fils de Marie ».

Mosquée Maryam de Caen

En Australie, dans la banlieue de Melbourne à Werribee, une mosquée baptisée « Virgin Mary Masjid » est ouverte depuis 2007. Un projet d’une grande mosquée portant le même nom pour remplacer l’actuelle lieu de culte est sur les rails. Les travaux viennent de débuter.

Aux Etats-Unis, l’une des plus anciennes mosquées du pays est située à Chicago dans l’Etat de l’Illinois. Siège de l’organisation « Nation of Islam », la plus grande mosquée de la ville se prénomme « Mosquée Maryam ». Pour rappel, cette mosquée (ancienne église) existe depuis 1972.

Mosque Maryam, Chicago

Nous vous parlions il y a un an de la conversion de l’Eglise de la Sainte-Trinité de Syracuse en mosquée « Jésus Fils de Marie ». Un beau geste de tolérance réciproque entre musulmans et chrétiens qu’auraient pu reprendre nos médias.

Dans la ville de Hollis dans l’Etat de New York, une ancienne église devenue mosquée porte également le nom de « Masjid ‘Eesa Ibn Maryam ».

Masjid Jesus Son of Mary, Hollis New York

Les médias n’ont donc fait que reprendre une propagande d’un régime aux abois et qui cherche à tout prix, à faire briller son image auprès des occidentaux. Le professionnalisme exige néanmoins de bien vérifier une information avant de la diffuser. Voilà une leçon utile aux journalistes.

La Rédaction D&M

5 juin, 2015

ÉMILE ADAM EST DÉCÉDÉ

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:23

ÉMILE ADAM EST DÉCÉDÉ

Emile AdamÉMILE ADAM EST DÉCÉDÉ zoom_in_magnifierEmile Adam

Émile Adam, premier des 7 enfants de la famille Adam, vient au monde à Villersexel le 12 mars 1949. Une grande famille de 4 filles et 3 garçons, avec des parents ouvriers.

Émile Adam suit l’école communale au village, et entre ensuite dans le monde actif.

Il travaille tout d’abord dans une ferme et ensuite aux établissements Georges Perrin, à Villersexel.

Dès ses 18 ans il s’engage dans l’Armée de terre, où il reste jusqu’à sa retraite. Une profession qu’il aime et qui va lui permettre de découvrir d’autres horizons. Il commence à Besançon, puis il est muté en Allemagne et ensuite dans les colonies. Il découvre les colonies africaines, la Guadeloupe, la Nouvelle-Calédonie et termine sa carrière militaire à Strasbourg en tant qu’adjudant-chef dans le génie.

Une vie qu’il partage avec Jocelyne Oudet, son épouse depuis le 19 octobre 1973. Deux fils, Nicolas en 1982 et Romain en 1985 naissent de leur union.

Mais Jocelyne n’aura pas le bonheur de partager la retraite d’Émile, elle décède à Strasbourg des suites d’une longue maladie en mais 2008.

Émile Adam était un homme dynamique, ancien combattant, médaillé militaire, il se voyait mal rester sans activité et a occupé divers emplois après sa retraite.

C’était aussi un amoureux de la nature qui partageait ses loisirs entre la chasse, la pêche, le jardinage et ses abeilles qu’il soignait avec beaucoup d’attention. La famille et l’amitié tenaient une grande place dans sa vie, et il aimait préparer pour eux des spécialités régionales.

Victime d’un grave accident le 19 mai, alors qu’il tondait sa pelouse, il n’a pas survécu à ses blessures et est décédé le 26 mai.

Ses obsèques seront célébrées samedi 30 mai à 11 h en l’église de Moimay, suivies de l’inhumation au cimetière du village.

Nos condoléances.syro antiochien chandelle12

4 juin, 2015

Giustizia per il gattino lasciato agonizzare per 8 ore!

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 13:17

Giustizia per il gattino lasciato agonizzare per 8 ore!

Giustizia per il gattino lasciato agonizzare per 8 ore! gattomugelloPer otto, lunghissime ore, un piccolo randagio è stato lasciato ad agonizzare senza che nessuna autorità competente si degnasse di intervenire.

dot dot dot

E’ stata lunga, lunghissima la morte del gattino che la scorsa settimana si è spento nel giardino della Sig.ra Greta, che lo ha trovato in fin di vita. Sul filo del rasoio, probabilmente avvelenato da qualcuno che lo trovava « fastidioso », il piccolo si è aggrappato alla vita con le unghie e con i denti, tenendosi stretto ogni respiro, soffrendo atrocemente senza che nessuno lo aiutasse o mettesse fine alle sue terribili sofferenze. Inutile contattare l’ASL, il veterinario di zona, vigili urbani: nessuno si è preso la responsabilità di intervenire, e solo quando il gattino è finalmente spirato si sono degnati di venire per recuperarne il corpicino esanime. La crudeltà umana e la voragine della burocrazia hanno reclamato un’altra vittima: è ora di chiedere giustizia e che le leggi vengano cambiate affinché situazioni del genere non si ripetano mai più!

sign_button

Vuoi darci una mano ancora più grande? Diffondi il più possibile questa petizione, inviando la mail ai tuoi amici o condividendo i link sui tuoi account social.

CONDIVIDI

dot dot dot

Ci sono altri temi che ti stanno a cuore? Su Firmiamo.it puoi creare e promuovere una TUA petizione in maniera facile e veloce: scrivi ora lo statuto e inizia gratuitamente la tua raccolta firme!
Firmiamo.it è anche social: seguici su Twitter e sulla nostra pagina Facebook.

© 2015 – Newsletter di Firmiamo.it

Vouloir guérir pensée de Frère Gérard Biron de l’ Ordre des Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 11:57

             Quand on est malade, il est normal de vouloir guérir. Cela est naturel. On utilise tous les moyens, on accepte tous les soins et tous les médicaments qui peuvent aider à la guérison.

En sachant qu’ils vont soutenir toutes les forces du corps qui travaillent à nous guérir de la maladie. De plus, il est fondamental d’apprendre à dynamiser ces forces de manière consciente.

Vouloir guérir est normal, puisqu’il est possible de guérir et que notre corps veut guérir. Le Seigneur Jésus, qui guérissait toute maladie ( Matthieu 4, 23 ), nous a révélé que Dieu veut toujours notre guérison. Il est Dieu de la vie. Vouloir guérir, c’est donc croire que tout notre corps tend vers la guérison.

C’est s’ouvrir à toutes les forces de vie qui sont en nous.  S’ouvrir à la force de guérison des traitements.  S’ouvrir à la force que nous donnent l’affection et le soutien de ceux et celles qui nous aiment et veulent que nous retrouvions la santé.

 S’ouvrir à la force que nous donnent la présence et le soutien de la communion des saints,  en particulier à la force et au soutien qui nous viennent de sainte Marie, la Mère du Seigneur et notre Mère,  et de saint Pérégrin, le Serviteur de Marie, qui a été guéri parce qu’il a cru que Jésus voulait et pouvait le guérir. Prier pour sa guérison, c’est donc naturel et normal.

Cela tient à notre foi dans la vie et dans l’amour du Christ pour nous.

Prier pour sa guérison, c’est croire qu’immense est la force de Jésus et de son Esprit. C’est croire que si on s’ouvre vraiment à cette force de Jésus, nous recevons une aide extraordinaire. Celle-ci s’ajoute à toutes les autres forces de vie qui luttent en nous et avec nous contre la maladie.

 Frère Gérard M. Biron servite de Marie

Le rat noir |
Phenix Club |
zakariahammoumi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Science pour Tous
| ekinox21
| L'individu et le groupe