7 août, 2011

Eparchie Orthodoxe Apostolique des Rites Orientaux

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 17:31

L’Eparchie* Orthodoxe Apostolique des Rites Orientaux est appelée à devenir l’ Eglise Mère de toutes les Juridictions Orthodoxes Syro-Antiochiennes en Europe.

Bref historique de nos Eglises

En 1892, le 29 mai, en la cathédrale de Notre Dame de la Bonne Mort à Colombo ( Ceylan ), fut consacré le premier évêque français de notre Eglise.
Il s’agissait de son éminence Joseph VILLATTE d’abord protégé par l’Archevêché Gréco-Russe de San Francisco. Il prenait comme archevêque, consacré dans le Patriarcat Syrien d’Antioche, le titre de Mgr Timotheus.

Mgr Timotheus allait organiser les Eglises Européennes et Africaines. Le 6 mai 1900, il consacrait pour l’Italie Mgr Paolo Miraglia-Gulotti, le 29 décembre 1915, Mgr Frédérick Lloyd pour l’Amérique, et le 28 septembre 1921, Mgr George Mac Guire pour l’Eglise Orthodoxe Africaine.

L’Eglise Française allait continuer ensuite par les consécrations de Mgr Jules Houssay ( Abbé Julio ) le 4 décembre 1904 et Mgr Albert Laurain de Lignères en 1909. Puis notre Eglise française connut l’épiscopat de Mgr Louis Giraud (1911),Mgr Pierre Gaston Vigue (1921), Mgr Bernard Isidore Jalbert-ville (1930), Mgr Gérard Lescouzeres (1935).

Enfin, en 1952, à Bordeaux, fut ordonné un prêtre de talent, Ivan Drouet de la Thibauderie qui allait recevoir l’épiscopat en 1956 pour régenter notre Eglise.

Comme Mgr Timotheus avait eu le mérite de faire connaître l’Orthodoxie à l’Occident et comme Mgr Julio avait répandu depuis notre Eglise et dans le monde entier les charismes de guérison chrétienne, Mgr Ivan, allait marquer par sa culture et ses connaissances théologiques la seconde moitié du XX ème siècle de son empreinte toute de finesse et de bon sens.

Mgr. Ivan ( Mgr.Ivan est né au ciel le 23 septembre 1994.) resta longtemps seul à assumer la direction de l’Eglise avec comme fidèle collaboratrice Paule (sa compagne), oeuvrant efficacement dans son ombre.
Des clercs de grand coeur l’entouraient et tissaient laborieusement ce réseau de piété : le Père Jean Brouillet, le Père Bouis, le Père Paul LLech, Mgr Maxime Levallois, infatigable missionnaire de la première heure…Mgr Alphonso Garcia, en Espagne… Mgr Jacques Greil
Il nous donna de bons conseils et nous quitta hélas trop tôt.

Avant de nous quitter, il consacra des successeurs :
- Mgr Nicolas Lhotel pour les rites orientaux
- Mgr Paulin Fréguis pour Montreuil et sa région
- Mgr Bernard Violeau pour Paris et sa diaspora.

A son initiative également, en 1972, furent réintroduits dans le titre de l’Eglise les adjectifs « Orthodoxe apostolique », Mgr Ivan avait compris qu’il fallait se démarquer d’un vieux catholicisme qui ne menait nulle part sinon à créer des équivoques.
Voyant les choses en face, il s’était bien rendu compte que même si théologiquement la position « anti-infaillibiliste » est juste, elle ne mobilise pas les fidèles qui attendent plutôt un chemin d’amour et de vérité. Yvan s’était lancé résolument dans la prédication et l’exaltation des vertus chrétiennes.

Mgr Nicolas Evêque titulaire de Sainte Catherine d’Alexandrie, a été consacré le 21 Septembre 1991, à Paris, pour l’éparchie Orthodoxe Apostolique des rites Orientaux de France, Espagne et Afrique. Il a succédé au Métropolite Ivan, évêque titulaire de Saint Martin d’Antioche, décédé le 23 Septembre 1994.

* Eparchie = grand diocèse

QUI SOMMES NOUS ? NOTRE EGLISE MERE NOTRE IMPLANTATION DERNIERES NOUVELLES Ecrivez nous

Nouveau Blog Ordre de Saint André de Caffa ancien http://ordredesaintandredecaffa.unblog.fr

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 16:44

http://external.wikio.fr/blogs/top/getrank?url=http%3A%2F%2Fordredesaintandredecaffa.unblog.fr&style=8

Origines de l´Ordre Souverain et Militaire de Saint´André de Caffa

gliselogoistitutoordinedisantandreadicaffa.jpg

L´Ordre de Saint`André de Caffa a été une institution nobiliaire, chevaleresque, internationale, fondé pour honorer les vertus chrétiennes de Saint´André de Caffa de la noble famille des Benincasa ,martyrisé a Caffa (Tartarie) en 1300.L´Ordre a été reconstitué en 1687 pour assurer la continuation légitime et historique de l´Ordre militaire et chevaleresque et hospitalier fondé par le Duc Benincasa, approuvé par Charles IV , roi de Naples et par Pape Innocent XI et jamais aboli. Sa légitimité a été reconnue en plusieurs jugements émanant de nombreux magistrats parce que Ordre indépendant et international. En 1945 le Marquis Luca Benincasa a voulu officialiser le statut de l´Ordre en tant qu´Ordre indépendant et en 1952 l´Ordre de Saint´André de Caffa a été enregistré dans l´Historical File dont le siège est sis à Atlanta dans l´État de Géorgie (USA). L´Historical File est un organisme américain reconnu d´utilité publique et il a été fondé par le prince Hugo-José chef de nom et d´armes de la Dynastie de Constantinople Leopardi Tomasi Tomassini Paternò. Avec la mort du marquis Luca Benincasa survenue en 1960 cet Ordre ne vient plus conféré. En 1980 une cinquantaine de chevaliers appartenant à l´Ordre Militaire de Saint´André de Caffa se sont adressés à Sa Béatitude Boris 1er ,patriarche de l´Église orthodoxe autocéphale Syro-Antiochienne en Europe pour demander la protection perpétuelle de l´église Syrienne orthodoxe d´Antioche en Europe. Dans les siècles passés, l´Ordre de Saint´André de Caffa a toujours été au service de Dieu et des hommes en vivifiant la Foi à travers la pratique de la pitié et de la véritable justice sociale. Dans les périodes plus récentes, l ´Ordre Souverain et Militaire de Saint´André de Caffa n´a pas cessé d´accomplir sa mission évangélique et il s ´est toujours adapté aux conditions actuelles de l´apostolat chevaleresque renouvelé. L´Ordre de Saint´André de Caffa a été déclaré à la Préfecture de Lannion le 26 novembre 1980 et le 5 décembre 1980 il est érigé en Ordre Apostolique de Droit Patriarcal. Ainsi l´Ordre de Saint´André de Caffa s´est uni à la Terre Sainte et à l´Orient Chrétien par des liens spirituels, historiques et juridiques. Pour sa nature et pour ses buts statutaires l´Ordre de Saint´André de caffa soutient les Églises Apostolique et Orthodoxes et plus spécialement les Églises de Syrie et du Liban avec lesquelles il a noué des relations fraternelles. L´Ordre de Saint´André de Caffa fidèle à sa mission, veut défendre la Foi contre l´athéisme et le matérialisme et veut aussi promouvoir la sanctification de ses membres en les aidant à mieux vivre leur engagement chrétien dans l´amour , la tolérance et la fraternité. L´Ordre cherche également à assurer sa vocation hospitalière en aidant le sans-abris, ce qui souffrent physiquement ou moralement., les victimes des catastrophe , les jeunes abandonnés ou vivant dans l´errance. Promouvoir la Chevalerie au XXI ème siècles peut sembler anachronique parce que le vocable correspondant semble obsolète. Il faut dire que ce mot évoque des images de « Moyen Age » sans relation à ce qui vient vécu en nos jours. L´Ordre de Saint´André de Caffa a dégagé l´essence de l´Esprit chevaleresque et sait comment le pratiquer dans notre civilisation actuelle. Le monde souffre en effet de nombreux échecs, mais certains dis-fonctionnements peuvent être corrigé par la mise en pratique de la Chevalerie authentique. Chaque personne est appelée à la perfection « (Matthieu V,48) » : nous désirons que le caractère régulier et militant de notre « société de perfection évangélique » continue à interroger ,à appeler , et qui aie aussi la force de persévérer , en particulier , consacrer une chevalerie spirituelle dont le but est d´élargir ici sur terre les frontières du Royaume de Dieu et de s´efforcer à vivre l´union de tous les chrétiens ne Notre Seigneur Jésus Christ , comme réalisation de la volonté divine clairement exprimée en Jean 17 : 21-23. Il est nécessaire de préciser que l´Ordre de Saint´ André de Caffa appartient au Patriarcat Orthodoxe des Églises autocéphales Syro-Antiochiennes en Europe (Saint Synode de Lannion) totalement indépendant , même si apostolique, de l´Église Catholique Romaine. Il est vrai que nous vivons aujourd´hui dans une confusion totale, et il est également vrai que aujourd´hui il y a des gens qui utilisent la Chevalerie, même pour des fins personnels et vénaux. Il faut aussi souligner que la vénérable Église Catholique de Rome ou Saint Siège n´a pas le monopole des ordres de chevalerie. D´autres Églises ont le pouvoir légitime, dans leurs juridictions bien sur, de reconnaître les Ordres de Chevalerie et il n´est pas beau que tous les Ordres (hors Rome) soient définis des simples initiatives privées. L´Ordre Souverain et Militaire de Saint´André de Caffa n´est pas un Ordre « Romain » et que, même si il n´est pas connu ou reconnu il a la même dignité et la même valeur des autres Ordres de Chevalerie parce qu´il appartient à une Église dont sa succession apostolique, qui remonte à Saint Pierre Apôtre, est incontestable et indubitable.

Bureau Coopération et Missions Humanitaires

BUREAU COOPÉRATION ET MISSIONS HUMANITAIRES
Centre Services pour le Volontariat
Ordre Souverain et Militaire de Saint´André de Caffa
Notre Engagement.

L´Ordre de Saint´André de Caffa est aussi un´organisation de solidarité internationale.
Il apporte des réponses concrètes aux situations inacceptables des populations en souffrance.
Il participe à la lutte contre la pauvreté et pour l´intégration sociale.
Il apporte son soutien à des groupes de personnes victimes de conflits , de catastrophes naturelles ou de tout type de situation les plongeants dans un état de précarité.
Ses interventions se caractérisent par une approche globale de l´aide humanitaire intégrant l´urgence et le développement.
===================================

L´Ordre de Saint´André de Caffa s´est lancé depuis le 2001 dans l´aventure de l´humanitaire.
Huit années de projets, de bonheurs, de crises, de désaccords ou de succès .
Huit années de vie d´un ordre engagé dans la solidarité international

================================================
Depuis 2003 , les projets d´amélioration des conditions de vie liées à l´eau sont directement supervisés par la Cellule technique Eau-Hygiène-Assainissement du Bureau Coopération et Missions Humanitaires de l´Ordre de Saint´André de Caffa.
L´objectif principal est de lutter contre la propagation des maladies hydriques quelque soit le contexte.
La nature des interventions varie ainsi selon le niveau des réponses à apporter ;elle est également adaptée pour répondre de la manière plus efficace aux besoins locaux des populations.
L´approche communautaire est l´une des clés de la réussite des actions , elle st la garantie la plus fiable d´un impact à long terme.

===================================
Développement rural.

L´objectif de la Cellule technique Développement Rural du Bureau Coopération et Missions Humanitaires Union Blue Bérets est d´aider des populations rendues vulnérables suite à des crises humanitaires ou des situations économiques difficiles, à se nourrir de manière autonome.
Pour comprendre le fonctionnement des systèmes alimentaires de ces populations et garantir l´efficacité de ses interventions, la Cellule technique Développement Rural s´appuie sur une approche systémique qui met en évidence la place des stratégies et des savoirs locaux, l´économie des ménages et l´organisation des filières alimentaires locales.
Dialogue et concertation avec les communautés , implication des acteurs locaux , sont des principes qui garantissent la pertinence des projets.

==============================================

L´Ordre de Saint´André de Caffa est une organisation de solidarité internationale généraliste qui intègre dans ses programmes urgence, réhabilitation et développement.
L´Ordre est moteur de projets qu´ il élabore avec des partenaires nationaux notamment en identifiant et en mobilisant les ressources et les compétences locales.
Cette approche vise à répondre au plus près des besoins exprimés par les populations bénéficiaires en apportant des réponses globales et durables qui tendent vers l´autonomie des groupes de personnes aidés.

==================================
L´Ordre de Saint´André de Caffa recrute pour ses missions de solidarité internationale : des coordinateurs techniques, administrateurs, chefs de projet, chefs de mission et consultants.
Nous proposons un « contrat d´engagement volontaire à l´étranger »pour une durée de 6 mois , évaluant vers un statut de salarié avec un contrat à durée déterminée dit d´usage ».
L´expérience antérieure en ONG, sur le terrain est prise en compte pour l´accès au statut salarié ,l´ a durée de la période de volontariat pourra être réduite en fonction.
Les candidats sont invités à envoyer un curriculum vitae + une lettre de motivation par courrier électronique à l´adresse suivante : ordresaintandredecaffa@orange.fr
ou au numéro de fax : 0033(0)982638673

 

mots clés

A

Chapelle Hôpital Hautepierre de Strasbourg aumônier Père Denis Ledogar

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 16:36

gliseimagechapellehautepierre.jpg

gliseimagechapellehautepierre02.jpg

Hôpital de Hautepierre
Avenue Molière – 67098 STRASBOURG CEDEX
Aumônerie : Tél. 03 88 12 71 12
P. Denis LEDOGAR – Tél. 03 88 12 71 10 ou 06 08 63 10 72
Fax 03 88 12 70 99
P. Alain FONTAINE – Tél. 06 21 65 94 55
Mme Annick EINHORN – Tél. 06 81 96 57 41
Mme Sylvaine PIERRE – Tél. 06 98 70 04 89

Istituto Ordine di Sant Andrea di Caffa Ordre de Saint André de Caffa

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 16:21

Empoisonnement des animauxAndrea Di Caffa | Créez votre badge
Istituto Ordine di Sant Andrea di Caffa Ordre de Saint André de Caffa 100001606292883.1908.1214774339Etre au top sur GOOGLE avec REF-OK

wikio_btn_abo-univ_rounded-open-blue_fr

Organisation
de l’ ISTITUTO ORDINE DI SANT ANDREA DI CAFFA ORDRE SAINT ANDRE DE CAFFA

gliseimageistitutoordine.png

L’Ordre de Saint André de Caffa Istituto Ordine di Sant’ Andrea di Caffa est un Ordre totalement indépendant.
Son organisation est fédérale et internationale.
Ses Prieurés correspondent à des unités territoriales
regroupant des Commanderies d’au moins 10 membres
qui vivent dispersés mais en union d’esprit.

L’Ordre ne possède aucun bien matériel destiné à son propre usage,
il n’a pas de bureaux et de structures administratives permanentes.
Son fonctionnement repose intégralement sur le bénévolat.

Les Réunions regroupent périodiquement les Membres de l’Ordre de Saint André de Caffa,
qui choisissent librement de vivre selon la Règle de Saint Augustin,
et ses Recommandations de vie en déterminant, selon leur vocation,
le degré d’engagement qui leur convient.

L’activité caritative est proposée aux Membres de l’Ordre,
mais aussi à toute personne non-Membre de bonne volonté.

Toute personne qui se sent en affinité avec
la Présentation de l’Ordre de Saint André de Caffa Istituto Ordine di Sant’Andrea di Caffa, devenu « stagiaire »,
peut envisager sa postulation et poser sa Candidature
pour devenir Membre de
l’Ordre .

e-mail:  ordresaintandredecaffa@orange.fr

fax:  0033(0)962638673

5 août, 2011

Le Saint Suaire ou Linceul de Turin étude réalisée par Jean-Michel Maldamé frère dominicain.

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 9:12

Science et Spiritualité

Etude réalisée par Jean-Michel MALDAMÉ*, dominicain

Le Saint Suaire
ou Linceul de Turin
étude historique, théologique, philosophique et scientifique

Linceul de Turin ou Saint Suaire

* Jean-Michel Maldamé est dominicain, Docteur en théologie, Professeur à la Faculté de Théologie de l’Institut catholique de Toulouse, Doyen émérite de la Faculté de philosophie de l’Institut catholique de Toulouse, enseignant à Domuni et membre de l’Académie pontificale des Sciences.

Version 1.2, du 30.11.2005

Lorsque Thérèse Martin entra au Carmel de Lisieux, elle prit pour nom de religieuse soeur Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. Si beaucoup relèvent la première partie du nom et célèbrent à son propos l’esprit d’enfance, peu sont attentifs à relever l’importance de la référence à la sainte Face. L’expression s’enracine profondément dans la tradition puisqu’un texte d’Isaïe relève en ces termes l’action de Dieu ; «Ce n’est pas un messager ou un ange, c’est sa Face qui les a sauvés» (Is 63, 9, trad. Bible de Jérusalem). Les chrétiens ont lu ce texte comme une prophétie de la venue dans la chair de Dieu même. En effet Dieu n’a pas envoyé un ange, mais il est venu lui-même en la personne du Fils éternel incarné, Jésus, né de la Vierge Marie. Honorer la sainte Face, c’est donc honorer la présence de Dieu lui-même parmi les hommes. C’est également honorer la manière dont Dieu a agi. Il n’a pas agi avec éclat et force, mais avec tout ce que le visage humain évoque d’attention, de tendresse et de délicatesse. En recevant son nom de religieuse, Thérèse Martin y était attentive, comme en témoignent ses écrits, en particulier sa méditation sur le verset du psaume ; «Seigneur, cachez-nous dans le secret de votre Face !», mêlée de références au Cantique des Cantiques.

«Ô Face adorable de Jésus, seule Beauté qui ravit mon coeur, daigne imprimer en moi ta Divine Ressemblance, afin que tu ne puisses regarder l’âme de ta petite épouse sans te contempler Toi-même.
«Ô mon Bien-Aimé, pour ton amour, j’accepte de ne pas voir ici-bas la douceur de ton Regard, de ne pas sentir l’inexprimable baiser de ta bouche, mais je te supplie de m’embraser de ton amour, afin qu’il me consume rapidement et fasse bientôt paraître devant toi Thérèse de la Sainte Face». (Août 1896)
Thérèse de Lisieux par elle-même, t. I, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 63.

Les textes de sainte Thérèse s’inscrivent dans une longue tradition qu’il est nécessaire d’avoir présente à l’esprit pour comprendre les enjeux de la dévotion au Linceul de Turin. Beaucoup ont voulu faire de l’ostension du Linceul de Turin de 1998, l’occasion d’une reconnaissance officielle de l’authenticité de cette relique. Par authenticité, il faut entendre que le Linceul de Turin aurait enveloppé le corps du Christ lors de son ensevelissement. Pourquoi 1998 ? C’était fut le centenaire de la diffusion des premières photos du Linceul qui ont touché largement les milieux chrétiens, puisque l’art du photographe a permis de voir ce qui n’avait pas pu l’être auparavant. On a prétendu alors que ces photos prouvaient que ce linge avait vraiment enveloppé le corps de Jésus dans le sépulcre. Cette thèse de l’authenticité a été rejetée aussitôt par les spécialistes d’histoire – au premier rang desquels le chanoine Ulysse Chevalier. Depuis lors, il y a eu de nombreuses expertises scientifiques ; la datation du linge par le procédé dit du carbone 14 a confirmé les travaux des historiens. Mais cette expertise est contestée. Il nous semble important de donner des éléments de cette controverse, en notant cependant que la question de l’authenticité de doit pas empêcher de considérer l’essentiel, à savoir la valeur d’une représentation de Jésus-Christ et la signification de cette image. Aussi pour permettre au lecteur de voir clair, nous examinerons les éléments de la question qui touche divers domaines : sciences, histoire, philosophie et théologie, avec le souci de situer la dévotion au Linceul de Turin dans son contexte. La présentation du dossier historique et scientifique sera donc précédée par des considérations plus générales sur l’art et la piété chrétienne en Occident ; ceci nous permettra de montrer comment les questions posées touchent au Mystère du salut.
1. Les reliques des saints

La dévotion des chrétiens aux reliques est un phénomène aussi ancien que le christianisme. En effet, les chrétiens ont toujours honoré les martyrs en s’attachant à ce que la mort n’a pas détruit, leurs restes ou reliques. Cet acte d’affection est universel. Dans toutes les cultures, le respect du corps des défunts est une attitude fondamentale ; elle remonte aux origines même de l’humanité. Ne date-t-on pas la naissance de l’humanité aux traces de sépultures, attestation d’une reconnaissance de la transcendance et de la reconnaissance de la valeur de la personne ? Ainsi dans toutes les religions, les pères fondateurs ont été honorés. La Bible montre comment Abraham a acheté un tombeau pour son épouse Sarah, la grotte de Makpéla à Hébron, où il a été lui-même enseveli ; c’est ce lieu que les pèlerins juifs, musulmans et chrétiens visitent, le célèbre «Tombeau des patriarches» (Gn 23, 12-20). Ce monument reste au centre des conflits entre les fils d’Abraham, d’une part, Israël, fils d’Isaac, lui-même fils légitime d’Abraham et de Sarah, et, d’autre part, Ismaël, fils de la servante répudiée, Agar. L’actualité ne cesse de montrer l’importance symbolique d’un tel lieu dont la possession importe à la dignité et à la légitimité historique de l’identité nationale juive et palestinienne. Le culte rendu aux reliques des pères fondateurs touche à la religion et à l’identité politique.

La même dynamique joue dans le christianisme qui trouve dans le culte des reliques une attestation de sa source et la légitimation de son identité enracinée dans la décision de Jésus. Ainsi à Rome, les tombeaux des apôtres Pierre et Paul ont été au coeur de la dévotion aux deux colonnes de l’Église universelle ; la construction des grandes basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul confirme l’autorité de l’évêque de Rome et sa primauté. Pendant le règne de l’empereur Constantin, au début du quatrième siècle, l’hommage au tombeau des saints est devenu public et même officiel. On peut donc dater le culte des reliques des apôtres à cette époque après des siècles de silence et de discrétion. La solidité de la mémoire collective a été confirmée par les fouilles archéologiques. Il en va de même pour les églises locales qui ont vu dans le tombeau des saints fondateurs l’attestation de leur importance et leur lien à la succession apostolique.

Une telle attitude, émanant d’une piété désireuse de marquer une continuité et le caractère sensible de la mémoire, ne pouvait pas ne pas se porter sur le Christ. Aussi l’impératrice Hélène, mère de Constantin a présidé à la recherche des reliques de la Passion de Jésus à Jérusalem. La difficulté était considérable ; si à Rome le respect des cimetières était garanti par le Droit, la ville de Jérusalem avait été rasée par les conquérants romains dans l’intention d’effacer l’originalité du peuple élu. Les restes chrétiens avaient été ensevelis avec les autres édifices juifs lors de la construction de la ville païenne, bâtie sur les ruines de la Cité sainte ; seules les fondations souterraines du Temple avaient échappé à la destruction – elles constituent l’actuel «Mur des lamentations». Aussi les recherches menées au quatrième siècle n’ont pas pu retrouver avec certitude les restes de la ville que Jésus avait connue. Si la topographie permettait de retrouver l’emplacement du calvaire, rien ne permettait de retrouver des traces de la Passion. Les recherches de la mère de l’empereur ont abouti à des énigmes qui ont été tranchées, à la manière antique, par une ordalie ; un miracle a authentifié le bois de la croix parmi les poutres trouvées sur le site.

Le bois de la croix retrouvé par l’impératrice Hélène a été au principe d’une dévotion qui s’est développée en Occident au cours du Moyen Âge. Les pèlerins de Jérusalem ont voulu ramener des reliques de la Terre sainte. Les princes de l’Église et les rois ont voulu posséder les reliques principales, occasion d’affirmer leur légitimité et d’asseoir leur autorité politique par la possession de telles reliques. En France, le site le plus célèbre est la Sainte-Chapelle, construite par le roi saint Louis comme un immense reliquaire dans lequel se trouvait la couronne d’épine et un morceau du bois de la croix. Plus encore, ces reliques avaient pour but de devenir le centre d’un pèlerinage, comme si une part de la Terre sainte et de la vie publique de Jésus était rendue accessible aux chrétiens.

Le caractère miraculeux a été aussi au centre de l’intérêt porté aux reliques. Les restes du saint et plus encore les restes des objets qui auraient touché le corps de Jésus étaient revêtus de pouvoir de guérison et de manifestation de la vérité cachée dans les coeurs. Les centres de pèlerinages se sont multipliés justifiant leur réputation par la puissance de guérison des reliques.

Un esprit moderne, dont l’information n’est pas liée à la connaissance d’un seul lieu de pèlerinage, ne peut que constater qu’il y a surabondance de ces reliques. Il y a trop de morceaux de la vraie croix pour faire une seule croix ! S’il est des dévotions emplies de délicatesse, comme les nombreux voiles de la Vierge Marie, il en est de fort mauvais goût comme les prépuces de l’enfant Jésus ! Or toutes ces reliques ont été présentées avec l’autorité d’une tradition où l’épique se mêle au merveilleux. Toutes ne peuvent être vraies. Les justifications apparaissent à un esprit averti comme des fictions légendaires. La multiplicité des reliques atteste l’importance du commerce où les pèlerins et les croisés, souvent illettrés, étaient facilement dupés par d’habiles levantins. Un soupçon légitime pèse donc sur ces reliques. Si l’on admire aujourd’hui la beauté plastique des reliquaires, on ne fait guère attention à leurs vertus thaumaturgiques. Sur ce point, il faut noter qu’il y avait des tensions entre les clercs instruits et les illettrés. Les premiers y voyaient un risque de retour à la magie, les seconds une immédiateté du surnaturel, confondu avec le merveilleux. L’autorité de l’Église a toujours eu le souci de ménager les uns et les autres. Aujourd’hui encore !

Un tel phénomène s’est attaché aux suaires ou linceuls qui ont été présentés comme tout ou partie du linceul qui aurait servi à l’ensevelissement de Jésus. Une quarantaine de linges ont été recensés en Europe, la plupart apparus au cours du Moyen Âge. Au début du XXe siècle le cardinal archevêque de Paris annonçait clairement que l’authentique linceul se trouvait à Cadouin en Dordogne. Or un orientaliste, à qui on a montré le linge, a pu voir que ce que l’on prenait pour un motif décoratif était en réalité une écriture en caractères coufiques, c’est-à-dire de la calligraphie arabe. L’examen aux rayons X a montré que l’image avait été faite sur un linge où avaient été écrits des versets du Coran, la partie centrale ayant été effacée pour laisser place au Christ.

Le linceul actuellement conservé à Turin échapperait-il à la règle ? Pour répondre à cette question, il faut examiner son histoire avec soin, mais auparavant, il convient de respecter l’originalité de cette relique qui est une image de Jésus et donc de rappeler le sens de la dévotion chrétienne aux images saintes.
2. Les images saintes

Dans la tradition chrétienne, l’image remplit un double rôle ; elle a une fonction didactique et une fonction cultuelle.

L’aspect didactique a été traditionnellement mis en oeuvre dans l’Église latine. L’image permet en effet à ceux qui ne savent pas lire d’apprendre la vie de Jésus, l’histoire sainte, la vie des saints ou des leçons de morale utiles à mener une vie droite et sainte. Cet aspect n’a jamais fait difficulté. Aujourd’hui les catéchismes pour enfants sont illustrés et les films ou émissions à la télévision sont reçus dans la pédagogie. Ils poursuivent cet effort pédagogique auquel l’Église a toujours été attentive et tout particulièrement au Moyen Âge fidèle à l’enseignement du pape saint Grégoire le Grand.

«Autre chose est d’adorer une peinture et autre chose d’apprendre par une scène représentée en peinture ce qu’il faut adorer. Car ce que l’écrit procure aux gens qui lisent, la peinture le fournit aux analphabètes qui la regardent, puisque ces ignorants y voient ce qu’ils doivent imiter ; les peintures sont la lecture de ceux qui ne savent pas leurs lettres, de sorte qu’elles tiennent le rôle d’une lecture surtout chez les païens».
Saint Grégoire, lettre XI, 13, cité dans Sixten Ringbom, De l’icône à la scène narrative, Paris, édit. G. Monfort, 1997.

Si l’aspect didactique n’a jamais été l’objet de remises en cause, l’aspect cultuel a fait difficulté. En effet, l’image a une force de suggestion telle que celui qui la regarde est fasciné et qu’il entre dans une attitude que les psychologues appellent de l’empathie. L’image est ambiguë. Pour cette raison, la Loi de Moïse interdit la fabrication d’images – peinture ou statues – et considère comme une tentation la pratique du paganisme qui multiplie les images. Le mystère de Dieu ne saurait être représenté sensiblement. Pour la Bible, seul l’homme est à l’image de Dieu et il est comme sa ressemblance, selon la lettre du texte de la Genèse (1, 26).

Pour tenir à distance cette fonction cultuelle, les premières représentations chrétiennes ont été symboliques et n’ont jamais prétendu être des reproductions exactes de la réalité. Les Pères de l’Église ne font jamais allusion à des portraits authentiques de Jésus, de Marie ou des apôtres. Saint Augustin le dit explicitement (Sur la Trinité, l. VIII, chap. IV, n° 17). La présence du Seigneur ne se laisse pas enfermer dans un portrait où les traits sont figés.

La situation a changé au cours du sixième siècle en Orient, avec l’apparition des premières icônes. Les artistes ont donné à la liturgie et au culte des supports sensibles. La présence des icônes a suscité une querelle. Tandis que les uns refusaient toute image, peinture ou statue au nom de l’interdit biblique de toute représentation de Dieu et du divin (Cf. Ex 20, 4), les autres justifiaient leur art par la nature même de l’incarnation. L’Église a tranché au cours d’un Concile oecuménique (Nicée II), disant que l’on ne pouvait représenter Dieu, mais que l’on pouvait représenter le Verbe fait chair en son humanité et les saints. La tradition a depuis lors distingué l’usage idolâtrique de l’image et son usage liturgique où l’image est au service du mystère.

«Plus on regardera fréquemment ces représentations imagées, plus ceux qui les contempleront seront amenés à se souvenir des modèles originaux, à se porter vers eux, à leur témoigner en les baisant, une vénération respectueuse sans que ce soit une adoration véritable selon notre foi qui ne convient qu’à Dieu seul. Mais comme on le fait pour l’image de la croix précieuse et vivifiante, pour les saints évangiles, pour les autres objets et monuments sacrés, on offrira de l’encens et des lumières en leur honneur, selon la pieuse coutume des anciens. Car l’honneur rendu à une image remonte au modèle original. Quiconque vénère une image, vénère la réalité qui y est représentée».
Deuxième concile oecuménique de Nicée, tenu en 787, Gervais Dumeige, Nicée II, édit. de l’Orante, Paris, 1978, p. 240.

L’art de l’icône met en oeuvre le sens du mystère, puisqu’il ne cherche pas à donner un portrait ni du sauveur ni des saints, mais seulement de faire paraître sur la représentation de leur visage la présence de Dieu et le rayonnement de l’Esprit Saint. Pour respecter cette exigence spirituelle, les peintres d’icônes ont défini des règles strictes d’interprétation et se sont donnés des contraintes très sévères.

Comment justifier les critères de la représentation ? Si aujourd’hui les études comparatives montrent comment l’art byzantin a puisé à des sources diverses, la piété a voulu authentifier de manière religieuse des décisions picturales. Ainsi pour légitimer la créativité des ateliers monastiques, des récits sont apparus qui justifiaient les options prises. Dans cet ensemble, deux types de récits miraculeux dominent. Selon le premier, une sainte femme, Véronique, aurait essuyé le visage du Christ et son linge aurait miraculeusement conservé les traits de Jésus pendant sa passion – cet épisode, qui est absent des récits évangéliques, est bien connu des chrétiens d’Occident par la pratique du Chemin de croix. Le second type de récit rapporte qu’au moment où l’artiste était paralysé à cause de l’impossibilité de représenter sensiblement les traits de son modèle, un ange serait venu à son aide et aurait tenu son pinceau – ce sont les icônes dites «non faites de main d’homme». Cet appel au miracle a contribué à fixer des critères stricts dans les canons iconographiques. Aujourd’hui encore, toutes les représentations du Christ se ressemblent – ce qui a l’avantage d’en favoriser la lisibilité par un très vaste public. Il importe de se rappeler qu’en Orient l’icône n’est pas un portrait, mais un instrument du culte qui doit dire le dévoilement du mystère de Dieu présent dans un être de chair. Une icône n’est pas faite pour donner une réponse à la curiosité de celui qui voudrait un «portrait authentique de Jésus», mais d’aider à prier et à méditer les épisodes de la vie de Jésus, de l’Annonciation à la Résurrection.

En Occident, il n’y a pas eu de querelles aussi vives, puisque la fonction didactique des images avait été admise sans difficulté. Il y a eu cependant des tensions. La première concerne la différence entre les clercs instruits et les fidèles illettrés ; ces derniers avaient tendance à donner aux images une force magique de guérison ou de bénédiction à quoi le monothéisme strict s’oppose. La seconde est intérieure aux spirituels ; si la tradition bénédictine de Cluny a développé l’ornementation des églises et les fastes liturgiques, la tradition cistercienne les a réduits et a cherché le maximum de dépouillement. Aujourd’hui encore, l’art sacré est traversé par les mêmes tensions entre les partisans d’un art dépouillé et ceux qui veulent multiplier les images et les décorations.

C’est dans ce contexte que la dévotion entretenue autour du Linceul du Christ prend sa pleine dimension et trouve son originalité. Elle rassemble autour d’elle deux fonctions, celle de la relique et celle de l’image. L’importance de ces deux fonctions explique pourquoi les suaires ont été si nombreux en Occident. Le suaire permet de s’approcher de ce qui a touché le corps du Christ en sa Passion et donc en un sens de le toucher. Il permet aussi de voir le visage du Sauveur et d’entrer en compassion avec lui.

Les suaires apparus au cours du Moyen Âge participent d’un esprit qui s’est développé au XIVe siècle, lié à la dévotion personnelle, comme l’ont montré les historiens de l’art. Dans cette attitude, l’image n’est plus didactique ; elle n’est pas non plus comme l’icône au service d’une manifestation du divin transcendant et inaccessible ; elle sert à la prière personnelle qui doit être emplie de sentiments et d’affection, dans une attitude spirituelle qui donne une interprétation affective du texte de Paul ; «Ayez entre vous les sentiments qui furent dans le Christ Jésus» (Phil 2, 6). L’image est faite pour émouvoir. Les images les plus émouvantes sont tirées de la Passion de Jésus et des douleurs de sa mère. La représentation du Christ au tombeau joue un grand rôle dans ce qu’il faut appeler un mysticisme largement partagé par le peuple chrétien.

«Quand on étudie avec attention la littérature religieuse du moyen âge, on y remarque, dès la fin du XIIIe siècle, d’étonnantes nouveautés. La sensibilité, jusque là contenue, s’y exalte. La surprise est grande pour celui qui a vécu dans la familiarité des sévères docteurs du XIe et du XIIe siècle, qui transposent toutes les réalités en symboles, qui se meuvent dans le pur éther de la pensée. [...] Désormais les penseurs les plus austères sortiront brusquement de l’abstraction, pour peindre Jésus souffrant, pour pleurer sur ses plaies, pour compter les gouttes de son sang. Une tendresse inconnue détend les âmes. On dirait que la chrétienté tout entière reçoit le don des larmes. [...] Dès le commencement du XIVe siècle, la Passion devint la grande préoccupation des âmes. [...] La plupart des opuscules sont anonymes. Il faudrait se garder de croire que cette exaltation de la sensibilité fût particulière aux mystiques ; l’Église tout entière entra dans ces sentiments.»
Emile Mâle, L’Art religieux de la fin du Moyen Âge, p. 86-88

La dévotion aux suaires participe de cette manière, qui suscite des émotions, celles qui ont été exprimées par l’hymne Salve sancta Facies, pour la fête de sainte Véronique.

«Je vous salue, ô sainte Face de notre Rédempteur, où se reflète, comme dans un pur miroir, la splendeur de notre Dieu. Imprimée sur un linge blanc comme neige, vous fûtes donnée à sainte Véronique comme gage de l’amour de Jésus. Salut ornement de ce monde, miroir des Saints, Vous que les esprits célestes désirent contempler, purifiez-nous de toute tache et joignez-nous à la compagnie des bienheureux. Salut, ô notre gloire dans cette vie si pénible, fugitive et fragile, qui finit si promptement. Conduisez-nous à la patrie, ô bienheureuse image de notre Dieu, afin que nous y contemplions le visage immaculé de Jésus-Christ. Nous vous en supplions, soyez pour nous une aide assurée, un doux rafraîchissement, une douce consolation. Préservez-nous de toute nuisance de l’ennemi de notre âme, et faites que nous jouissions enfin de l’éternel repos avec les bienheureux.»
Salve sancta facies. Hymne pour la fête de sainte Véronique au bréviaire

La dévotion à la Passion a été encouragée par l’autorité ecclésiastique par le biais des indulgences. Qu’est-ce que l’indulgence ? C’est une remise de peine. On sait que le pécheur doit faire pénitence à la fois pour réparer le tort commis et pour se fortifier contre la séduction. Au Moyen Âge, la pénitence était tarifée en mois et en jours selon la gravité de la faute. L’Église qui fixait la pénitence pouvait en dispenser. De telles remises de peine – qu’il ne faut pas confondre avec l’absolution du péché – ont été données à l’occasion de la dévotion aux images, représentant la Passion ; couronnement d’épines, flagellation, Ecce homo, crucifixion et enfin mise au tombeau. Ainsi, une image s’est développée au cours du XIVe siècle, dite «Christ de pitié». On entend par là une représentation du Christ mort, présenté à la dévotion des fidèles par deux anges – remplacés ensuite par sa mère, Marie, et saint Jean chez les maîtres italiens.

Les suaires participent de cette dévotion populaire soutenue par les indulgences acquises par les pèlerins. La dévotion devant le suaire était un moyen de supplier Dieu ; son efficacité était justifiée par le caractère d’authenticité de la relique ; un pouvoir miraculeux était en effet attribué à l’image. Tandis que les clercs insistaient sur le fait que l’image n’était qu’un moyen pédagogique pour aider à la prière, en fixant l’attention et en orientant le sentiment du coeur, les milieux populaires insistaient sur le rayonnement et la puissance de guérison et de salut. Ce phénomène général se retrouve de manière éminente à propos du Linceul de Turin.
3. L’histoire du linceul de Turin

C’est à tort que l’on ne parle que de la ville de Turin à propos du linceul qui est actuellement dans la cathédrale. Ce linceul a été exposé à la dévotion populaire pour la première fois à Lirey près de Troyes en Champagne, alors frontière entre le riche duché de Bourgogne et le royaume de France. L’histoire a été soigneusement établie dès le début des controverses voici un siècle, par le chanoine Ulysse Chevalier. Elle a été résumée dans l’article «Suaire» du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XV, écrit par le très savant bénédictin Henri Leclercq.

Au milieu du XIVe siècle Geoffroy Ier de Charny fonda une collégiale à Lirey au diocèse de Troyes, qu’il dota ensuite d’une relique de la Passion. Le donateur n’a pas dit pas clairement l’origine de cette relique – son fils disait qu’il l’avait reçu en cadeau, tandis que sa petite-fille disait que c’était le butin d’une guerre heureuse – mais l’intention était claire. Geoffroy Ier avait fondé une collégiale et la dévotion à la relique en assurait la prospérité car elle rassemblait un peuple nombreux. Le culte se développait, lorsque l’évêque du lieu, Henri de Poitiers, intervint. Il rassembla une commission d’experts qui conclut que la pièce d’étoffe exposée n’avait jamais enveloppé le corps du Sauveur. Plus encore, selon le témoignage de son successeur sur le siège épiscopal, il a découvert l’artisan fabriquant du Suaire qui a avoué. En conclusion, il en interdit l’ostension (1356).

Le silence se fit jusqu’en 1389. La collégiale ayant perdu sa source de revenus, Geoffroy II, fils de Geoffroy Ier, demanda au légat du pape l’autorisation de la reprise de la dévotion. Le légat donna un indult pour l’ostension de linceul, concession qui évitait toute expression compromettante et qualifiait le Suaire de «figure ou représentation du suaire de Jésus-Christ». L’évêque de Troyes, Pierre d’Arcis, intervint alors. Comme son prédécesseur, il interdit l’ostension du Suaire et dénonça publiquement la duperie qui consistait à présenter au peuple un linge en prétendant qui aurait enveloppé le cadavre de Jésus. Les chanoines désobéirent ; on fit appel au pape, résidant alors en Avignon. Pierre d’Arcis exposa au pape l’histoire du linge de Lirey.

Le pape Clément VII confirma l’indult donné par son légat, mais il précisa des conditions pour l’ostension. Celle-ci n’est autorisée que si on avertit les fidèles «à haute et intelligible voix» que «ce n’est pas le vrai suaire qui a recouvert le corps de Jésus-Christ, mais seulement une peinture pour représenter ce suaire». Ce même jour (6 janvier 1390) le pape fit savoir aux officiaux des diocèses de Langres, d’Autun et Chalons-sur-Marne les décisions prises. Il insiste sur le point suivant ; «Pour éviter toute fraude et toute cause d’erreur, il faudra avertir les fidèles qu’on ne montre pas le vrai suaire de Jésus-Christ, mais une figure ou représentation de ce suaire». Après avoir permis une grande prospérité à la collégiale de Lirey, le pèlerinage et le culte tombèrent en désuétude à cause de la guerre qui avait commencé de ravager la Champagne.

Le Suaire a voyagé. Il est allé d’abord dans le diocèse de Liège où, après enquête, l’évêque, Jean de Heinsberg, interdit toute dévotion publique. Le témoignage de cet évêque et des experts alors consultés émane de personnalités étrangères au conflit local entre les seigneurs, les chanoines et leur évêque et donc étranger à toute rivalité entre la collégiale de Lirey et la cathédrale de Troyes.

Le Linceul fut ensuite en la possession du Duc de Savoie, au château de Chambéry où un incendie le mit à mal (1532). Il arriva enfin à Turin où, plus tard, la princesse Marguerite de Savoie sollicita une indulgence pour les fidèles faisant leurs dévotions à cette relique (1670). Celle-ci fut accordée sous la réserve que la vénération ne porte pas sur le Suaire en tant que véritable linceul de Jésus ; les indulgences étant accordées en réponse à la méditation sur les souffrances, la mort et la sépulture du Sauveur.

Extrait de la lettre de l’évêque Pierre d’Arcis, au pape Clément VII, résidant en Avignon (Lettre écrite en 1389) :

« L’affaire, Saint Père, se présente ainsi. Depuis quelque temps dans ce diocèse de Troyes, le doyen d’une certaine église collégiale, à savoir celle de Lirey, faussement et mensongèrement, consumé par la passion de l’avarice, animé non par quelque motif de dévotion mais uniquement de profit, s’est procuré pour son église un certain linge habilement peint sur lequel, par une adroite prestidigitation, était la représentée la double image d’un homme, c’est-à-dire le dos et le devant, le doyen déclarant et prétendant menteusement que c’était le véritable suaire dans lequel notre Sauveur Jésus-Christ avait été enveloppé dans le tombeau, et sur lequel le portrait de Sauveur était resté imprimé avec les plaies qu’il portait. [...] En outre, pour attirer les foules afin de leur extorquer sournoisement de l’argent, de prétendus miracles ont eu lieu, certains hommes étant loués afin de se donner pour guéris lors de l’exposition du suaire, dont chacun croit qu’il est le suaire de Notre-Seigneur. Mgr Henri de Poitiers de pieuse mémoire, alors évêque de Troyes, étant mis au courant de ces faits et pressé d’agir par de nombreuses personnes prudentes, comme c’était en effet son devoir dans l’exercice de sa juridiction ordinaire, se mit à l’oeuvre pour découvrir la vérité dans cette affaire. Car beaucoup de théologiens et de personnes visées déclaraient qu’il ne pouvait s’agir du suaire authentique de Notre-Seigneur dont le portrait se serait ainsi imprimé dessus, puisque les saints Evangiles ne faisaient pas mention d’une telle impression, alors que si elle s’était produite, il semblait bien évident que les saints évangélistes n’auraient pas omis de le rapporter, et que le fait ne serait pas demeuré caché jusqu’à nos jours. En fin de compte, après avoir déployé une grande diligence dans son enquête et ses interrogatoires, il a découvert la fraude et comment ledit linge avait été astucieusement peint, la vérité étant attestée par l’artiste qui l’a peint, autrement dit que c’était une oeuvre due au talent d’un homme, et non point miraculeusement forgée ou octroyée par grâce divine» (Texte latin reproduit par U. Chevalier, Etude critique sur l’origine du Saint Suaire de Lirey-Chambéry-Turin, 1900, Annexe, document G, p. VII-VIII).

Un événement important a eu lieu à la fin du XIXe siècle ; les premières photographies du linceul de Turin ont été faites par un photographe amateur Secondo Pia. Or celui-ci publia les photos en les interprétant selon une analogie : l’image recueillie sur le linceul serait «comme un négatif de photographie». De ce fait, l’image gardée sur le linceul ne serait pas une peinture, mais une empreinte ; et il présenta celle-ci comme la preuve qu’il s’agissait de celle que le corps de Jésus aurait laissé sur un linge qui l’avait enveloppé par contact avec son corps.

Cette interprétation a été au principe de publications affirmant qu’il y avait là la preuve que les réserves faites par les autorités ecclésiastiques étaient erronées et qu’il était nécessaire de reconnaître dans le Linceul de Turin une authentique relique de la Passion, mettant dans l’ombre toutes les autres. En relevant les ressemblances entre les suaires, on affirmait qu’ils s’étaient tous inspirés de celui de Turin qui était l’original. Plus encore, l’image du Linceul serait au principe de la tradition iconographique qui a donné au Christ un visage reconnaissable par les croyants.

Face à ces affirmations, un éminent historien, le chanoine Ulysse Chevalier a mené une enquête très précise qui a donné lieu à plusieurs publications (en particulier, Le Saint Suaire de Turin est-il l’original ou bien une copie ? Chambéry, 1899 ; Etude critique sur l’origine du Saint Suaire de Lirey-Chambéry-Turin, Paris, 1900 ; Le Saint Suaire de Turin. Histoire d’une relique, Paris, 1902). Il s’agit d’un travail de très grande minutie accompli à partir des documents originaux, archives conservées à la Bibliothèque nationale de Paris, dans l’Aube et au Vatican. Ces travaux montrent que le Suaire de Turin n’échappe pas à la règle qui vaut pour tous les suaires qui ont été présentés à la dévotion populaire au Moyen Âge ; c’est un objet confectionné pour être au centre d’un pèlerinage et présenté avec une légende qui en justifie la valeur – en lien avec les croisades ou pèlerinages à Jérusalem.

Les défenseurs de l’authenticité n’ont pas trouvé de document ancien qui puisse contredire cette conclusion historique. En effet, rien ne vient fonder de manière assurée l’existence du Suaire avant le quatorzième siècle. Les diverses tentatives faites jusqu’ici ne peuvent entraîner la conviction ; elles restent marquées du sceau de l’inconnu. Ainsi, un journaliste, I. Wilson a proposé d’identifier le linceul de Turin avec le Mandylion d’Édesse. Ce linge participe de la tradition de sainte Véronique ; il représentait le visage de Jésus. Il a été utilisé par les chrétiens pour se protéger par des ostensions solennelles lorsque la ville était menacée par les invasions arabes. Après la chute de la royauté chrétienne d’Édesse, le Mandylion est venu à Constantinople où il a été honoré. Il a disparu, hélas, lors de la prise de Constantinople par les Turcs. L’identification proposée avec le linceul de Turin n’est pas possible. D’abord, le Mandylion d’Edesse ne représentait que le visage – il aurait fallu le plier pour ne montrer qu’une partie du Linceul. Ensuite, l’examen des documents d’époque invalide toute identification. Ainsi l’éminent arabisant J.-M. Fiey, dominicain de Beyrouth, après avoir accepté cette hypothèse, a étudié les documents arabes concernant le Mandylion ; il a reconnu que cette thèse n’est pas soutenable (J.-M. FIEY, «Image d’Edesse ou Linceul de Turin», dans la Revue d’Histoire Ecclésiastique, avril-juin, 1987, p. 271-277).

L’histoire confirme que le Linceul de Turin était inconnu avant sa première ostension en Champagne. Les essais de reconstitution d’un itinéraire antérieur ne sont pas probants ; même les partisans avertis de l’authenticité ne présentent cette histoire que comme une hypothèse (Cf. A.-M. Dubarle, Histoire ancienne du linceul de Turin jusqu’au XIIIe siècle, Paris, 1985).

Quelques dates

1357 ; Le suaire apparaît pour la première fois dans la collégiale fondée par Geoffroy Ier de Charny où il attire des foules considérables

1453 ; Chambéry, église de Franciscains. Marguerite de Charny, fille de Geoffroy II de Charny cède le Linceul à Louis Ier duc de Savoie

1532 ; Sainte chapelle de Chambéry. Dans la nuit du 3 au 4 décembre, un incendie ravage la sacristie. Le linceul est sauvé. Il conserve de cette mésaventure des traces de brûlures et des cernes d’eau. Les parties détruites par le feu sont rapiécées en 1534.

1578 ; Turin. Le duc de Savoie transfère le Linceul dans sa nouvelle capitale.

1898-1903 ; A la suite des premières photographies, polémiques sur l’authenticité. L’historien Ulysse Chevalier édite les textes qui concernent l’histoire du suaire. Il publie le rapport de Pierre d’Arcis, datant de 1389, assurant que le Linceul a été peint par un artiste (artifex) dont son prédécesseur Henri de Poitiers avait obtenu les aveux.

1931, 1933 et 1973 ; ostensions et expositions

1878 ; ostension à la suite de laquelle des chercheurs scientifiques procèdent à des prélèvements en vue d’analyses scientifiques.

1988 ; datation au carbone 14 qui établit que le linge a été fabriqué entre 1260 et 1390.

L’étude historique ne permet pas de conclure à l’authenticité de la relique, mais comme elle laisse dans l’ombre plusieurs éléments, en particulier la manière dont le Linceul aurait été confectionné et son lieu d’origine, les défenseurs de l’authenticité tentent d’utiliser les résultats d’analyses scientifiques. Quel est leur statut et leur valeur ?
4. Questions soulevées par les analyses scientifiques

Le terme d’analyse scientifique désigne l’usage de procédés liés à des procédés techniques sophistiqués. Le premier et le plus simple est constitué par la photographie du linceul, d’autant que les photos de Secondo Pia ont été remplacées par des clichés de meilleure qualité (en 1933 par Enrié, et plusieurs fois depuis lors).

Remarquons tout d’abord que la comparaison du Linceul avec un négatif de photo n’a valeur que de métaphore, car personne ne saurait sérieusement identifier un linge avec une plaque ou une pellicule de photographe. La constitution chimique d’une pellicule et son type bien spécifique de réaction à la lumière ne sont pas du tout comparables aux propriétés d’un tissu.

Quels sont les éléments qui relèvent de l’analyse scientifique donnés par les expertises faites avant la datation au carbone 14 ? Ces expertises ont permis l’analyse de ce qui est devenu un des objets anciens les plus attentivement scrutés par des instruments scientifiques sophistiqués. Le débat sur l’authenticité porte sur l’interprétation des résultats de ces observations et mesures.

Une première conclusion s’impose ; le Linceul n’est pas une oeuvre faite avec un pinceau sur une toile. Le terme de peinture employé au Moyen Âge doit être révisé. Mais cette correction ne suffit pas à écarter les documents historiques.

Pour pallier le silence de l’histoire les partisans de l’authenticité ont présenté, à partir des expertises faites en 1978 et depuis lors, plusieurs arguments, dont nous relèverons qu’ils n’ont pas entraîné l’adhésion des scientifiques.

1. Un premier argument est médical. L’image relève que le crucifié aurait été cloué non par les mains, mais par les poignets. Des essais de suspension de cadavres ont été faits pour montrer qu’il était impossible de suspendre un corps par les seuls poignets. Cet argument était développé pour dire que le faussaire ignorant ce fait aurait du montrer la marque des clous dans les mains. Des contre-expertises ont été faites ; elles ont montré qu’une crucifixion par les mains est médicalement possible, d’autant que le poids du corps du crucifié reposait aussi sur les pieds. L’argument tombe et le texte de l’évangile de Jean qui dit que Jésus a montré la marque des clous dans ses mains doit être entendu au sens strict (Jn 20,20).

2. Un autre argument des défenseurs de l’authenticité vient de la découverte par Max Frei de la présence de pollens sur le Linceul. Ils proviennent de fleurs qui poussent en Orient. Cet argument prouverait l’origine palestinienne du linceul et garderait trace de son itinéraire jusqu’en Champagne. Outre que ce point a été contesté par des botanistes (Le professeur G. Jalut de Toulouse), cet argument n’est pourtant pas probant, car les relations commerciales étaient fréquentes entre l’Orient et l’Occident ; on trouvait habituellement sur les foires de Champagne des onguents et des parfums venus d’Orient ; ils auraient pu servir à confectionner la relique.

3. Un autre argument des défenseurs de l’authenticité est la présence de sang humain ; cet argument serait lié au fait que le fabriquant médiéval de l’image n’aurait pas osé se servir de cette substance. A vrai dire, il n’y a pas de certitude sur ce point. Les analyses ont trouvé des porphyrines, produit qui se trouve bien dans le sang humain, mais aussi dans la sève des végétaux. Les analyses chimiques faites par W. McCrone aussi ont mis en évidence des substances colorantes qui ne sont pas d’origine humaine, et qui font partie des éléments dont se servaient les artistes médiévaux (en particulier du vermillon). Les expertises faites ensuite par Heller et Adler ont précisé qu’il pouvait y avoir des liquides physiologiques, mais ils n’imposent pas que ce soit du sang.

4. Un autre argument des défenseurs de l’authenticité (V. Miller et S. Pellicori) est qu’il y aurait sur le Linceul des marques de sécrétion provenant de la douleur due à la crucifixion. Il y aurait donc la trace d’un supplice réel. Outre les difficultés de diffusion de ces sécrétions, l’argument ne suffit pas à prouver que la relique n’est pas d’origine médiévale. En effet, si une crucifixion est impensable en Occident chrétien, elle ne l’est pas, hélas, au Moyen Âge par des musulmans qui auraient voulu ainsi tourner en dérision le Seigneur Jésus en persécutant un chrétien. L’hypothèse a donc été présentée de la crucifixion d’un inconnu – sans doute un notable – dont le linceul aurait été conservé avec respect puis rapporté ensuite en Occident. Mais cette hypothèse, qui a donné matière à roman (René Swennen, Le Roman du Linceul, Gallimard, 1991), n’a pas été confirmée par quelque document historique. On peut aussi penser à une célébration de pénitents où l’on aurait mimé une crucifixion qui aurait fini par la mort du pénitent ; en effet le XIVe siècle a vu se développer les processions de pénitents et de flagellants.

5. Un autre argument des défenseurs de l’authenticité est constitué par ce qu’ils appellent la tridimensionalité (Observations de Jumper et Jackson). Pour eux, si l’image du linceul n’est pas peinte, c’est qu’elle provient de l’empreinte prise sur un corps en relief. Cet argument a été contredit par ceux qui ont relevé que l’on obtient une image de même nature à partir d’un objet en relief. Tous les enfants savent que pour reproduire sur une feuille de papier la gravure d’une pièce de monnaie, il est vain de vouloir la dessiner, mais qu’il est plus facile de poser la feuille de papier sur la pièce et de frotter avec un crayon ; on voit apparaître l’image dans une feuille qui épouse la forme du relief. Joé Nickell a obtenu avec des statues gothiques des visages tout à fait ressemblants à celui du Linceul de Turin ( Cf. M. Blanc, «Le saint Suaire de Turin, une solution plausible», La Recherche, n° 98, p. 298). Les mêmes travaux ont été repris dans une perspective polémique par Henri Broch qui a obtenu des images ressemblantes (Henri Broch, Le Paranormal, Paris, édit. du Seuil, 1989). Il a détaillé la technique du pliage qui évite la déformation du visage, à moins que la statue d’origine ne soit qu’un bas relief ce qui évite la déformation de l’image. L’empreinte obtenue par frottis étant difficile, on a introduit dans le débat la notion de «roussisssure», de manière à respecter la diffusion des pigments colorés. La revue Science et vie (Juillet 2005) publie le résultat obtenu avec un bas relief.

6. D’autres arguments de type archéologiques ont été présentés par les défenseurs de l’authenticité ; les inscriptions et la manière dont certains détails apparaissent en impression. Il y aurait des éléments qui étaient inconnus au Moyen Âge et qui relèveraient de l’Antiquité (utilisation de pièce de monnaie pour couvrir les yeux, lettres grecques,…). Un tel argument n’est pas dirimant, car la lecture de ces traces ne s’impose pas vraiment ; c’est une interprétation qui reste arbitraire. Ces observations ne permettent pas de remonter avec certitude au premier siècle de notre ère.

On voit donc que l’interprétation des analyses scientifiques n’imposaient pas la reconnaissance de l’authenticité et ne pouvaient mener à une conclusion assurée. C’est la raison pour laquelle, l’expertise par datation au Carbone 14 a joué un rôle décisif. Elle avait été demandée en 1978, mais elle avait été refusée, parce qu’il aurait fallu prélever une part importante du tissu. Les progrès de la science ont permis de ne prélever que des échantillons qui n’ont pas abîmé le Linceul.

L’expertise a été commanditée par le cardinal Ballestrero. Trois échantillons ont été pris et confiés à des laboratoires différents. Ils ont été étudiés en aveugle en même temps que trois autres échantillons d’oeuvres anciennes dont la datation n’est pas controversée. Trois grands laboratoires (Oxford, Zurich, Tucson Arizona) ont procédé à cette datation par ce procédé classique utilisé par les archéologues et les historiens. La conclusion fut que les plantes dont est confectionné le tissu ont poussé au treizième ou au quatorzième siècle et donc qu’il est impossible que ce linge ait enveloppé le corps de Jésus lors de sa sépulture. Les analyses ont retrouvé les dates des échantillons de référence et se sont accordées sur la date des trois échantillons du Linceul avec une certitude de 95 %. Les conclusions signées par 21 scientifiques ont été publiées dans la revue Nature (vol. 337, 16 février 1989). Le jeudi 13 octobre 1988 le cardinal Anastasio Ballestrero a rendu publiques les conclusions des experts nommés. La conclusion des experts est claire : le linge a été confectionné avec des plantes qui ont poussé au Moyen Âge. L’expertise date le tissu et ne dit rien de l’image. Le mode de la confection de l’image échappe à une telle investigation.

La force de l’argument de la datation par le carbone 14 est dirimante ; elle aurait dû clore le débat entre experts scientifiques. Pourtant, toute mesure physique peut être contestée, aussi il est normal que le résultat ait été soumis à la critique.

«Je ne considère pas que le résultat de la datation radiocarbone du Suaire de Turin montre que le Suaire est une contrefaçon. [...] Montrer que le Suaire est une contrefaçon supposerait une intention frauduleuse et il est clair que la datation au radiocarbone n’apporte aucune preuve à l’appui d’une telle hypothèse.»
Lettre de Michaël Tite citée en annexe du livre de Arnaud-Aaron UPINSKY, La Science à l’épreuve du linceul. La démonstration scientifique de l’authenticité, Paris, OEIL, 1990, p. 240.

5. Remarques épistémologiques sur la datation au 14C

La datation au carbone 14 n’a pas convaincu les défenseurs de l’authenticité et la controverse est vive actuellement. Les partisans de l’authenticité multiplient les colloques et les publications. Voici un résumé de leur position et les arguments qui leur sont rétorqués.

1. Les défenseurs de l’authenticité, désireux d’invalider les résultats de l’expertise, disent qu’elle aurait été faite dans de mauvaises conditions. La lecture du compte rendu paru dans la revue Nature écarte toute suspicion de cet ordre. La procédure est parfaite quant à sa mise en oeuvre – certes on aurait pu, comme on l’a envisagé, faire l’analyse avec douze échantillons ; on a aussi évité d’abîmer la relique en prélevant des échantillons sur l’image du corps crucifié.

2. Une autre critique est plus radicale. A. Upinsky tient pour vrai que le Suaire est bien le linge qui a enveloppé le corps de Jésus ; il relève que la datation au carbone 14 récuse cette affirmation, qui ne s’impose que dans le cadre de l’explication scientifique. Partant de ce fait, il dénonce les fondements de la science moderne et pas seulement la conduite de l’expertise. «Ce n’est pas le Linceul qui est à l’épreuve de la Science, mais la Science à l’épreuve du Linceul. [...] La part du suaire non réductible à notre science strictement rationnelle laisse entrevoir une chance inespérée de libérer la science officielle du ghetto dans lequel elle s’est laissée enfermer [...] et de résoudre ainsi la contradiction épistémologique qui divise les sciences de la vie et celle de l’inerte» (Arnaud-Aaron UPINSKY, La Science à l’épreuve du linceul. La démonstration scientifique de l’authenticité, Paris, OEIL, 1990, p. 240). Relevons qu’il y a une contradiction à manifester les limites et les insuffisances de la science et à utiliser ensuite le label scientifique pour valider une conviction religieuse.

3. Une autre contestation prolonge le fait que les analyses montrent qu’il ne s’agit pas d’une peinture et que l’hypothèse de l’empreinte par frottis ne rend pas compte de la manière dont la couleur est inscrite sur la toile. La notion de «roussissure» est donc préférable.

4. On fait grand cas aujourd’hui d’inscriptions qui seraient la marque des temps anciens. Outre que la lecture d’inscriptions fragmentaires est toujours délicate, comme le reconnaissent les auteurs (A. Marion et A.-L. Courage), il reste qu’elles ne font que nommer Jésus et donc n’apportent aucune nouveauté, puisque nul n’a jamais douté que la relique représentait le Christ au tombeau.

5. Certains tiennent que l’empreinte est le fruit d’un rayonnement qui aurait mis en oeuvre une telle énergie qu’elle aurait modifié la teneur en carbone 14 du tissu. Mais une telle décharge d’énergie supposerait une explosion dix fois supérieure à une bombe atomique ; Jérusalem aurait été alors rayée de la carte du monde. Dans cette ligne d’explication, certains défenseurs de l’authenticité vont jusqu’à dire que ce rayonnement met en oeuvre une énergie qui dépasse les limites de l’observable et donc qu’ils saisissent la trace de la résurrection de Jésus. Le Suaire deviendrait alors une preuve de la résurrection de Jésus, puisqu’il n’est pas l’empreinte d’un cadavre, mais d’une source d’énergie rayonnante !

La multiplication des arguments et des contre arguments montre que la question posée par le Linceul de Turin ne saurait avoir de réponse décisive par la seule argumentation scientifique, comme le relevait M. Tite, qui a participé à la datation au carbone 14. Comment ne pas relever à quel point les passions – et les convictions religieuses n’en sont pas exemptes – habitent les protagonistes du débat ? Pour clarifier, il faut faire une analyse philosophique attentive aux questions de méthode pour ne pas s’enfermer dans une polémique sans issue.

Les sciences de la nature étudient des phénomènes qui, pour être objet d’expérience, doivent être reproductibles. La science est fondée sur la mise en série d’éléments multiples avec une visée d’universalité. La science assure son universalité en donnant à ses énoncés une formulation qui prend une forme universelle, celle des mathématiques. La science ne traite que du général et du nécessaire, disait Aristote. L’événement contingent ou unique n’est pas un objet de science. La science établit les lois de la nature. Dans une analyse, les sciences de la nature rattachent un objet particulier à un ensemble pour en dire la nature, la structure ou les propriétés. Elles ne prennent pas en compte la singularité comme telle. Ces brèves remarquent disent la force et les limites de la science. Pour cette raison, l’expertise ne saurait conclure en matière d’histoire. L’historien étudie un événement singulier. La question de l’authenticité du linceul de Turin relève donc de la compétence de l’historien.

Ces brèves remarques épistémologiques montrent que la question posée par le Linceul relève de la compétence de l’historien et ne saurait être tranchée par la science. Celle-ci ne peut que donner des limites dans l’espace et le temps. On voit donc, au plan de la méthode, la difficulté à vouloir obtenir, par des arguments scientifiques, une conclusion contraire à l’étude historique. Il en va en ce domaine comme en d’autres. Ainsi la justice fait appel à des experts. Ceux-ci donnent des conclusions, mais ils ne se substituent pas au juge ; ils donnent des éléments. De même en médecine, le médecin fait appel à des laboratoires qui lui donnent des éléments pour faire le diagnostic ; mais seul le médecin qui connaît le malade peut en donner une interprétation. On est donc invité à retrouver l’essentiel l’image et ce qu’elle représente. Nous pensons donc qu’il faut éviter de parle de faussaire, mais bien d’artiste ayant su, par une procédé qui reste inconnu, créer une image émouvante répondant au besoin spirituel de son temps. Il faut éviter en la matière de tomber dans l’erreur dénoncée par le célèbre adage ; «le doigt montre la lune et l’imbécile regarde le doigt» et se demander ; Que signifie l’image et que signifie l’intérêt de cette image pour un croyant désireux de contempler le mystère de l’amour qui se donne à voir dans le visage du crucifié ou Sainte Face ?
6. Théologie de la Passion et de la Résurrection

Le débat est théologique, puisqu’il concerne la Passion du Christ. Pour en juger, il faut revenir aux sources, à savoir les documents apostoliques ; l’image correspond-elle avec ce que les évangiles rapportent de la Passion ? Pour l’essentiel oui, – mais des détails divergent ; ainsi Jésus n’aurait pas été cloué à la croix par les mains, mais par les poignets. De fait, l’image du Linceul de Turin permet d’illustrer les récits de la Passion – mais elle ne s’impose pas et n’autorise pas à corriger les textes canoniques.

On peut aussi relever que si les évangiles synoptiques parlent d’un linceul pour la sépulture de Jésus, l’évangile de Jean nous dit que l’apôtre que Jésus aimait, témoin de son ensevelissement, lorsqu’il est entré dans le tombeau après la résurrection, vit «le linge qui avait été posé sur le visage de Jésus» et «les bandelettes». Le récit de Jean laisse entendre que le corps Jésus n’avait pas été enveloppé d’un linceul, mais que dans l’attente d’une sépulture conforme à la Loi, on s’était contenté de lier les membres de Jésus et de couvrir son visage, en le liant par une mentonnière, dans l’attente d’une sépulture plus décente. Les exégètes sont aujourd’hui très attentifs aux détails donnés par l’évangile de Jean et reconnaissent la valeur du texte écrit par un témoin privilégié. Or la situation décrite par Jean correspond mal à l’empreinte sur le Linceul de Turin. La difficulté a été relevée, il y a déjà longtemps, par F.-M. BRAUN, Le Linceul de Turin et l’évangile de saint Jean, Tournai, 1939. La discussion reste sur ce point ouverte.

Une objection à l’authenticité peut être faite à partir de la sensibilité du peuple élu. Elle souligne la différence de mentalité entre le monde juif dans lequel vivaient les apôtres et la sensibilité occidentale attentive aux reliques. Dans le monde juif, tout ce qui touche à la mort est source d’impureté (cf. Nombres 19,11-22). La sépulture doit se faire le plus rapidement possible et tout contact avec le cadavre doit être évité. Le peuple d’Israël a le sang en horreur et tout ce qui est tâché par le sang est considéré comme souillé et doit être détruit. Ni Nicodème, ni Joseph d’Arimathie, ni Pierre, ni Jacques n’auraient contrevenu à un tel interdit et gardé des linges souillés. Le message de l’ange de la résurrection ; «Ne cherchez pas le vivant parmi les morts» (Lc 24, 5) s’inscrit dans ce contexte. En Israël, le véritable héritage d’un maître disparu est constitué par ses disciples et non par quelque relique.

Le débat théologique porte également sur la résurrection. Y aurait-il, comme le prétendent certains, une «preuve scientifique» de la résurrection de Jésus ? La résurrection peut-elle être prouvée scientifiquement – en donnant au terme son sens actuel ? Pour répondre à cette question, il faut poser la question de la nature de la résurrection. Celle-ci est l’acte de Dieu donnant à Jésus une vie nouvelle. Ce n’est pas simplement la réanimation d’un cadavre et son retour à la vie antérieure, mais une métamorphose, puisque l’acte de Dieu fait que Jésus échappe aux contraintes de l’espace et du temps qui sont les nôtres. Comme tel, le corps du Ressuscité échappe aux prises de la physique et de l’observation scientifique. Les mesures physiques n’accèdent pas à cet événement.

L’affirmation qu’il y a une saisie matérielle de l’acte de Dieu glorifiant son Fils réduit la résurrection à n’être qu’un miracle, en entendant ce terme dans le sens de la philosophie du positivisme (philosophie scientiste du XIXe) ; selon cette philosophie, le miracle est défini comme ce qui outrepasse l’ordre naturel des faits ou s’oppose à lui. La notion théologique de miracle est beaucoup plus large. En effet, pour les Écritures, le miracle est une intervention de Dieu par manière de signe et de prodige, trace d’un acte de révélation et donc ouverture au Mystère. Un miracle ne se limite pas au merveilleux. Un miracle ne relève ni du paranormal, ni du surnaturel dont sont friands les milieux ésotériques.

La prétention à une preuve scientifique du mystère du salut ou d’une vérité de foi est aussi un contresens sur la nature de l’acte de foi. La foi ne saurait être obtenue ni par contrainte, ni par manière de preuve scientifique au sens moderne du terme. La foi est, tout à la fois, don de Dieu et acte libre d’un croyant. Prétendre qu’il y a une preuve scientifique de la résurrection, c’est dénaturer la foi qui cesserait d’être le fruit d’un acte de liberté et qui n’est plus un don de Dieu, puisqu’inscrite dans le réseau nécessitant de la logique de la démonstration. S’il y a des raisons de croire, elles ne sauraient réduire la foi à une inférence logique à partir d’observations expérimentales.

Ainsi au plan de la théologie, la dévotion au Linceul de Turin doit le statut de ce genre de dévotion dans la tradition de l’Église ; elle est un acte de piété qui utilise le sensible pour prier. L’accès à Dieu impliqué dans cette dévotion participe d’une attitude qui mérite attention, car elle touche à la nature de la Révélation et à son mode de manifestation.
7. Le mystère du visage

La diffusion de la dévotion au Linceul de Turin est habituellement concentrée sur une partie de la relique ; le visage. Il y a là un élément important dont il faut comprendre la portée.

Le visage de l’homme est le lieu où se manifeste la grandeur de la personne humaine. Le visage est non seulement le siège physique des sens et donc de la communication avec soi-même et avec autrui, mais il est habité par l’âme qui y inscrit son histoire et son secret. La notion de visage a donc été utilisée dans les Écritures pour dire la manifestation de Dieu comme nous l’avons relevé plus haut en citant sainte Thérèse de Lisieux. La bénédiction dans la Bible se fait en référence avec la face de Dieu. On lit au livre des Nombres ; « Voici comment vous bénirez les Israélites ; « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse pour toi rayonner son visage et te fasse grâce ! Que le Seigneur te découvre sa face et t’apporte la paix ! » Qu’ils mettent ainsi mon nom sur les Israélites et je les bénirai» (Nb 6, 23-27).

L’expérience mystique est exprimée dans le désir de voir la face de Dieu. La prière dans laquelle Moïse exprime son désir est celle de voir la gloire de Dieu ; Dieu répond ; «Tu ne peux voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre» (Ex 33, 20). Aussi la prière est-elle en désir de la vision béatifique qui sera donnée au-delà de la mort corporelle, la personne humaine étant libérée des limites présentes de la chair. Le psalmiste déclare à son Dieu ; «De toi mon coeur a dit ; « Cherche sa face ». C’est ta face, Seigneur que je cherche. Ne me cache point ta face» (Ps 27, 8-9). La vision de Dieu est liée à l’espérance de la résurrection ; alors l’acte de Dieu, glorifiant ses bien-aimés, leur permettra de le voir, car nous dit saint Paul ; «nous le voyons à présent, dans un miroir, mais alors ce sera face à face. A présent, je connais d’une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme je suis connu» (1 Cor 13,12). La vision de la Face de Dieu est donc réservée pour le temps qui suit la résurrection. C’est pour cette raison que la tradition chrétienne n’a jamais admis que l’on puisse dire avoir vu Dieu pendant cette vie présente. Saint Jean de la Croix, comme bien des auteurs spirituels, a rappelé cette exigence. Il l’a fait pour corriger les excès d’une dévotion trop sensible où la prière s’attache plus à l’image qu’à celui qu’elle représente.

Dans la ligne de la tradition spirituelle, il convient donc de relever que la volonté de prouver l’authenticité du Linceul de Turin est un piège. En effet à prétendre posséder le portrait authentique de Jésus, on se détourne de la réalité. Pour la foi, le Christ est ressuscité d’entre les morts. Il siège «à la droite du Père» dans la gloire. L’entrée dans la gloire est objet de foi ; elle ne laisse pas saisir sur une plaque photographique. L’appel au miracle attestant scientifiquement la résurrection, méconnaît la grandeur de la foi qui permet de connaître en vérité l’action de Dieu ressuscitant Jésus et l’établissant en tête de l’humanité nouvelle.

«Celui qui est vraiment pieux met surtout sa dévotion dans l’objet invisible que représentent les images. Il n’a pas besoin de beaucoup d’images ; très peu lui suffisent [...]. Il y a plus ; son coeur n’a aucune attache aux images dont il se sert. Vient-on les lui enlever, il ne s’en préoccupe pas beaucoup ; il cherche en effet, cette image vivante qu’il porte en lui-même, c’est-à-dire Jésus crucifié. Voilà pourquoi, par amour pour lui, il est plutôt heureux de ce qu’on lui enlève tout et de ce que tout lui manque, même les moyens qui semblaient les plus aptes à l’élever vers Dieu. [...] Sans doute c’est une chose bonne que de se réjouir quand on a ces images ou ces moyens qui favorisent la dévotion ; aussi doit-on choisir toujours celles qui y portent le plus ; mais ce n’est pas une perfection que d’y être tellement attaché qu’on les possède avec un esprit de propriété. [...] Ce moyen doit aider l’âme à prendre son vol vers Dieu, et il doit être aussitôt mis de côté.» Jean de la Croix, La Montée du Carmel, l. III, chap. 34, Paris, édit. du Seuil, 1947, p. 432.
8. Prudence et sagesse de l’Église

Les inconnues qui subsistent sur la confection du Linceul de Turin sont nombreuses. Il est légitime de vouloir les réduire et donc de poursuivre la recherche historique en utilisant les moyens que la science donne au chercheur. Les conclusions doivent être présentées en tenant compte de sa nature et ne pas réduire le Linceul à être un objet de curiosité et ainsi l’attachement de certains chrétiens à cette relique sera respecté. Il faut donc en toute chose comprendre la nature de l’image et respecter sur ce point la prudence et la sagesse de l’Église. L’Église a toujours gardé une extrême réserve pour reconnaître l’authenticité des reliques en général et, en ce qui concerne le Linceul de Turin, par la voix des évêques concernés, elle n’a cessé de mettre en garde les fidèles – pour combattre la vénalité des clercs, l’usurpation de légitimité sacrale des princes et l’idolâtrie qui s’attache au culte des objets. Si l’Église a accordé des indulgences, les conditions ont toujours été précisées. Les indulgences viennent du profit que le fidèle trouve à méditer la Passion du Christ et à participer à la liturgie.

Sur ce point, la Tradition respecte ce qui a été institué par Jésus-Christ, les sacrements qui constituent le trésor de l’Église et la source de la sainteté. Le Chrétien, désireux de faire fructifier la grâce baptismale, dispose du sacrement de l’eucharistie. La Tradition l’invite à participer à l’office liturgique dont la lecture de l’Écriture Sainte constitue l’essentiel. Les dévotions, dont les images font partie, sont au service de la liturgie et de la célébration des sacrements, comme l’attestent les témoignages de Pères et des Docteurs (de saint Grégoire le grand à saint Jean de la Croix). Une même vigilance apparaît à la lecture de la décision pontificale prise par Clément VII à propos des ostensions à Lirey ; l’acte de dévotion ne saurait être confondu avec une action liturgique. Cette attitude confirme que la prédication et la catéchèse chrétiennes sont centrées sur les sacrements, signes du salut. La position de l’Église en la matière est parfois difficile et souvent courageuse, car ceux qui n’ont pas eu la chance de bénéficier d’une bonne initiation à la vie sacramentelle ont tendance à valoriser le merveilleux et le sentimental, au détriment des sacrements de la foi.

Extrait de la lettre du pape Clément VII au chapitre de Lirey (1390) ; «Chaque fois que ladite figure ou représentation sera dorénavant montrée au peuple, le doyen et le chapitre susdits, ainsi que les autres personnes ecclésiastiques qui feront l’ostension de la figure ou représentation, ou celles qui seront présentes, ne pourront en aucun cas revêtir à cet effet pendant toute la durée de l’ostension, ni chape, ni surplis, ni aube, ni pluvial, ni aucun autre vêtement liturgique. Ils ne feront pas non plus de solennités en usage dans l’ostension des reliques. De même ne pourront-ils allumer à cet effet ni torche, ni cierge, ni chandelle, ni utiliser aucune sorte de luminaire. Enfin celui qui fera l’ostension devra avertir le peuple au moment de la plus forte affluence et dire à haute et intelligible voix, toute fraude cessant, que la dite figure ou représentation n’est pas le vrai Suaire de Notre Seigneur, mais qu’elle n’est qu’une peinture ou un tableau du Suaire qu’on dit avoir été celui du même Seigneur Jésus Christ».

Note : La situation des papes d’Avignon à la fin du XIVe siècle ne change en rien la valeur juridique du document et à son autorité dans la mesure où toutes les décisions prises en Avignon ont été ensuite assumées à la fin du grand schisme d’Occident ; elles font partie de l’exercice ordinaire du Magistère du Pontife romain.

Les débats actuels sur l’authenticité du Linceul de Turin invitent à préciser la théologie des images. Les rappels du Concile oecuménique de Nicée II, les études des historiens ont montré que l’image utilisée dans la prière doit correspondre à des critères bien précis. En particulier, elle ne doit pas faire écran entre Dieu et celui qui le prie. Pour cette raison l’art utile au chrétien est toujours attentif à traduire une part du mystère et de l’inaccessible du visage représenté. Les critères en matière de peinture d’icône l’ont établi. La tradition occidentale a suivi d’autres voies, mais l’histoire de l’art confirme que le réalisme plat qui vise à faire des portraits ressemblants est une illusion, voire une trahison de l’esprit qui convient à la prière.

Il apparaît alors paradoxalement que les inconnues qui entourent la fabrication de l’image du Linceul font partie de sa qualité. Elles ne sont pas un obstacle à la piété, au contraire. Elles aident à ne pas le réduire à être un «portrait authentique» de Jésus, ou à se complaire de manière morbide au spectacle de sa mort. Les inconnues ne sont pas aussi une raison de faire appel au miracle, ce serait contredire la manière dont Dieu agit pour nous sauver. La logique de l’incarnation veut en effet que Jésus ne fasse pas semblant d’être un homme ; Jésus s’est manifesté en tout comme un homme, en sa vie comme en sa mort. Le centre du salut qui est l’acte de Dieu le Père ressuscitant son Fils endormi dans la mort et l’arrachant à la corruption n’est pas un acte qui puisse se saisir sur un instrument de physique. Il paraît au croyant dans la lumière de la foi.

La prudence et la sagesse de l’Église, dont nous avons rappelé les raisons, permet de bien user des images dans la tradition dont le Linceul de Turin est un exemple éminent. Cette image grâce aux nombreuses reproductions et adaptations peut aider à méditer les évangiles ; elle peut aussi aider les chrétiens à communier aux souffrances du Christ et comme le dit saint Paul, «achever en leur corps ce qui manque aux souffrances du Christ» (Phil. 3, 10). Thérèse de Lisieux, Thérèse de l’enfant Jésus et de la sainte Face, nous rappelle que l’image est au service de l’amour, participation active à la charité de Dieu. Elle nous apprend que l’absence de «portrait authentique» de Jésus Christ n’est pas une carence, car Jésus ne cesse de se manifester en ceux dont il nous a dit ; «c’est à moi que vous l’avez fait !» (Mt 25, 31-40).

Notre réserve face aux excès de la dévotion est liée à la nature même de la relation au Christ. En effet, une part de notre désir serait de toucher et de voir avec les yeux de chair. Or Jésus ressuscité dit à Marie-Madeleine qui voulait le saisir ; «Ne me touche pas ! Ne me retiens pas !» (Jn 20 , 17). De même, il dit à Thomas ; «Heureux ceux qui croient sans avoir vu» (Jn 20, 29). Saint Paul prolongeait cette exigence liée à la nature de la foi en disant qu’il ne faut pas connaître le Christ «selon la chair» (2 Cor 5, 16).

Si la vision de Dieu est réservée à la vie éternelle, cela ne veut pas dire que Dieu se cache. Il se fait voir par son Fils. En effet lors du jugement dernier, les justes diront au Christ-Roi ; «Seigneur quand nous est-il arrivé de te voir ?» (Mt 25, 37).
Pour finir

Lorsque Pilate présenta Jésus à la foule qui demandait sa mort, il dit ; «Voici l’homme!» Voici l’homme ! C’est un condamné à mort ensanglanté, vêtu par dérision d’une tunique pourpre et couronné d’épines. (Jn 19, 5). Il réalise ce qui avait été prophétisé par Isaïe à propos du mystérieux serviteur ; «comme un surgeon il a grandi devant le Seigneur, comme une racine en terre aride ; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards et sans apparence qui nous eut séduits ; objet de mépris abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance comme quelqu’un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n’en faisions aucun cas» (Is 53, 2-3). Lorsque l’Eglise garde la mémoire de cette parole, elle l’entend dans l’actualité de la Passion de Jésus qui se continue en ses membres d’humanité (Mt 25, 31s).

Voici l’homme ! Il a pour visage aujourd’hui les affamés et massacrés d’Afrique. Voici l’homme ! Il a pour visage celui des exilés de toutes nos guerres et celui des humiliés de nos crises économiques. Voici l’homme ! Il a pour visage celui de ceux qui sont assassinés pour la liberté de parole et la défense de la dignité. Voici l’homme ! Il a pour visage celui de ceux qui sont enfermés, abandonnés dans leur solitude et ne peuvent plus communiquer avec autrui. Il a pour visage celui de ceux qui s’en vont, celui de ceux qui meurent. Voici l’homme, dont le visage est celui de Dieu (Jn 14,9).

Frère Jean-Michel MALDAMÉ, op
juin 2005
Bibliographie

1. Histoire. Les études de Ulysse Chevalier sont fondamentales parce qu’elles fournissent tous les documents anciens, Etude critique sur l’origine du Saint suaire de Lirey-Chambéry-Turin, Paris, Picard, 1900. Elles sont résumées dans le Dictionnaire d’histoire et d’archéologie chrétienne, article «Suaire». Elles sont reprises et complétées pour le XXe siècle par Odile Celier, Le Signe du Linceul, Paris, édit. du Cerf, 1992. cf. D. Raffard de Brienne, Dictionnaire du Linceul de Turin, Paris, 1997.

2. Observations scientifiques ; Observations faite après l’ostension de 1878 par l’association nord-américaine STURP. Documents dans La Sindone e la scienza, bilanci e programmi. Atti del congresso internazionale de sindonologia, Turin, 1979. Résumé de la controverse dans un dossier de la revue L’Histoire, n° 20, 1980. Datation au carbone 14 ; Revue Nature, 16 février 1989. Sur les remises en causes récentes et les travaux du CIELT, plusieurs colloques ont été publiés, le dernier dont les actes sont disponibles est L’identification de l’homme du linceul, Jésus de Nazareth, Paris, 1995. Sur le dossier scientifique et la lecture des lettres anciennes, André Marion et Anne-Laure Courage, Nouvelles découvertes sur le suaire de Turin, Paris, Albin Michel, 1997.

Il faut noter que les partisans de l’authenticité multiplient les travaux et les publications, tandis que les scientifiques ne consacrent ni temps ni argent à ce qu’ils considèrent comme un objet médiéval. La datation au carbone 14 a clos le débat de manière définitive.

3. Au plan théologique, les partisans de l’authenticité sont rassemblés dans des associations diverses qui ne partagent pas la même sensibilité ; il convient de distinguer soigneusement entre les nord-américains et les européens, entre la Contre-Réforme catholique et les membres de l’association «Montre-nous-ton-visage», etc.

Les études historiques sur la dévotion sensible à la Passion sont nombreuses, Par exemple, «Les grandes processions de pénitents de 1349 à 1399», dans La Piété populaire du Moyen Age, Turin, 1975 ; collectif, Le Pressoir mystique, Paris, édit. du Cerf, 1990 ; Sixten Ringbom, De l’icône à la scène narrative, Paris, G. Monfort, 1997.

Sur la mystique de la Passion, cf. Stanislas Breton, Mystique de la Passion, Paris, Desclée, 1966 et les études sur les mystiques rhéno-flamands.

Textes cités illustrant le propos

1. «Ô Face adorable de Jésus, seule Beauté qui ravit mon coeur, daigne imprimer en moi ta Divine Ressemblance, afin que tu ne puisses regarder l’âme de ta petite épouse sans te contempler Toi-même.

«Ô mon Bien-Aimé, pour ton amour, j’accepte de ne pas voir ici-bas la douceur de ton Regard, de ne pas sentir l’inexprimable baiser de ta bouche, mais je te supplie de m’embraser de ton amour, afin qu’il me consume rapidement et fasse bientôt paraître devant toi Thérèse de la Sainte Face». (Août 1896). Thérèse de Lisieux par elle-même, t. I, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 63.

2. «Autre chose est d’adorer une peinture et autre chose d’apprendre par une scène représentée en peinture ce qu’il faut adorer. Car ce que l’écrit procure aux gens qui lisent, la peinture le fournit aux analphabètes qui la regardent, puisque ces ignorants y voient ce qu’ils doivent imiter ; les peintures sont la lecture de ceux qui ne savent pas leurs lettres, de sorte qu’elles tiennent le rôle d’une lecture surtout chez les païens».

Saint Grégoire, lettre XI, 13, cité dans Sixten Ringbom, De l’icône à la scène narrative, Paris, édit. G. Monfort, 1997.

3. «Plus on regardera fréquemment ces représentations imagées, plus ceux qui les contempleront seront amenés à se souvenir des modèles originaux, à se porter vers eux, à leur témoigner en les baisant, une vénération respectueuse sans que ce soit une adoration véritable selon notre foi qui ne convient qu’à Dieu seul. Mais comme on le fait pour l’image de la croix précieuse et vivifiante, pour les saints évangiles, pour les autres objets et monuments sacrés, on offrira de l’encens et des lumières en leur honneur, selon la pieuse coutume des anciens. Car l’honneur rendu à une image remonte au modèle original. Quiconque vénère une image, vénère la réalité qui y est représentée».

4. Deuxième concile oecuménique de Nicée, tenu en 787, Gervais Dumeige, Nicée II, édit. de l’Orante, Paris, 1978, p. 240.

«Quand on étudie avec attention la littérature religieuse du moyen âge, on y remarque, dès la fin du XIIIe siècle, d’étonnantes nouveautés. La sensibilité, jusque là contenue, s’y exalte. La surprise est grande pour celui qui a vécu dans la familiarité des sévères docteurs du XIe et du XIIe siècle, qui transposent toutes les réalités en symboles, qui se meuvent dans le pur éther de la pensée. [...] Désormais les penseurs les plus austères sortiront brusquement de l’abstraction, pour peindre Jésus souffrant, pour pleurer sur ses plaies, pour compter les gouttes de son sang. Une tendresse inconnue détend les âmes. On dirait que la chrétienté tout entière reçoit le don des larmes. [...] Dès le commencement du XIVe siècle, la Passion devint la grande préoccupation des âmes. [...] La plupart des opuscules sont anonymes. Il faudrait se garder de croire que cette exaltation de la sensibilité fût particulière aux mystiques ; l’Eglise tout entière entra dans ces sentiments.» Emile Mâle, L’Art religieux de la fin du Moyen Âge, p. 86-88

5. Salve sancta facies. Hymne pour la fête de sainte Véronique au bréviaire

«Je vous salue, ô sainte Face de notre Rédempteur, où se reflète, comme dans un pur miroir, la splendeur de notre Dieu. Imprimée sur un linge blanc comme neige, vous fûtes donnée à sainte Véronique comme gage de l’amour de Jésus. Salut ornement de ce monde, miroir des Saints, Vous que les esprits célestes désirent contempler, purifiez-nous de toute tache et joignez-nous à la compagnie des bienheureux. Salut, ô notre gloire dans cette vie si pénible, fugitive et fragile, qui finit si promptement. Conduisez-nous à la patrie, ô bienheureuse image de notre Dieu, afin que nous y contemplions le visage immaculé de Jésus-Christ. Nous vous en supplions, soyez pour nous une aide assurée, un doux rafraîchissement, une douce consolation. Préservez-nous de toute nuisance de l’ennemi de notre âme, et faites que nous jouissions enfin de l’éternel repos avec les bienheureux.»

6. Extrait de la lettre de l’évêque Pierre d’Arcis au pape Clément VII, résidant en Avignon (Lettre écrite en 1389)

«L’affaire, Saint Père, se présente ainsi. Depuis quelque temps dans ce diocèse de Troyes, le doyen d’une certaine église collégiale, à savoir celle de Lirey, faussement et mensongèrement, consumé par la passion de l’avarice, animé non par quelque motif de dévotion mais uniquement de profit, s’est procuré pour son église un certain linge habilement peint sur lequel, par une adroite prestidigitation, était la représentée la double image d’un homme, c’est-à-dire le dos et le devant, le doyen déclarant et prétendant menteusement que c’était le véritable suaire dans lequel notre Sauveur Jésus-Christ avait été enveloppé dans le tombeau, et sur lequel le portrait de Sauveur était resté imprimé avec les plaies qu’il portait. [...] En outre, pour attirer les foules afin de leur extorquer sournoisement de l’argent, de prétendus miracles ont eu lieu, certains hommes étant loués afin de se donner pour guéris lors de l’exposition du suaire, dont chacun croit qu’il est le suaire de Notre-Seigneur. Mgr Henri de Poitiers de pieuse mémoire, alors évêque de Troyes, étant mis au courant de ces faits et pressé d’agir par de nombreuses personnes prudentes, comme c’était en effet son devoir dans l’exercice de sa juridiction ordinaire, se mit à l’oeuvre pour découvrir la vérité dans cette affaire. Car beaucoup de théologiens et de personnes visées déclaraient qu’il ne pouvait s’agir du suaire authentique de Notre-Seigneur dont le portrait se serait ainsi imprimé dessus, puisque les saints Evangiles ne faisaient pas mention d’une telle impression, alors que si elle s’était produite, il semblait bien évident que les saints évangélistes n’auraient pas omis de le rapporter, et que le fait ne serait pas demeuré caché jusqu’à nos jours. En fin de compte, après avoir déployé une grande diligence dans son enquête et ses interrogatoires, il a découvert la fraude et comment ledit linge avait été astucieusement peint, la vérité étant attestée par l’artiste qui l’a peint, autrement dit que c’était une oeuvre due au talent d’un homme, et non point miraculeusement forgée ou octroyée par grâce divine» (Texte latin reproduit par U. Chevalier, Etude critique sur l’origine du Saint Suaire de Lirey-Chambéry-Turin, 1900, Annexe, document G, p. VII-VIII).

7. Quelques dates

1357 ; Le suaire apparaît pour la première fois dans la collégiale fondée par Geoffroy Ier de Charny où il attire des foules considérables

1453 ; Chambéry, église de Franciscains. Marguerite de Charny, fille de Geoffroy II de Charny cède le Linceul à Louis Ier duc de Savoie

1532 ; Sainte chapelle de Chambéry. Dans la nuit du 3 au 4 décembre, un incendie ravage la sacristie. Le linceul est sauvé. Il conserve de cette mésaventure des traces de brûlures et des cernes d’eau. Les parties détruites par le feu sont rapiécées en 1534.

1578 ; Turin. Le duc de Savoie transfère le Linceul dans sa nouvelle capitale.

1898-1903 ; A la suite des premières photographies, polémiques sur l’authenticité. L’historien Ulysse Chevalier édite les textes qui concernent l’histoire du suaire. Il publie le rapport de Pierre d’Arcis, datant de 1389, assurant que le Linceul a été peint par un artiste (artifex) dont son prédécesseur Henri de Poitiers avait obtenu les aveux.

1931, 1933 et 1973 ; ostensions et expositions

1878 ; ostension à la suite de laquelle des chercheurs scientifiques procèdent à des prélèvements en vue d’analyses scientifiques.

1988 ; datation au carbone 14 qui établit que le linge a été fabriqué entre 1260 et 1390.

8. Le principe de la datation au carbone 14 repose sur le fait que tout être vivant contient dans ses cellules du carbone et des isotopes du carbone, dont le carbone 14 radioactif. L’abondance relative de ce dernier reste constante par suite des échanges permanents entre l’organisme et le milieu extérieur. A la mort les échanges cessent et la teneur en carbone 14 diminue progressivement. Grâce à la connaissance de sa période (durée pendant laquelle la quantité de substance radioactive diminue de moitié), la mesure de l’abondance actuelle permet de déduire la date de la mort de l’organisme.

10. «Je ne considère pas que le résultat de la datation radiocarbone du Suaire de Turin montre que le Suaire est une contrefaçon. [...] Montrer que le Suaire est une contrefaçon supposerait une intention frauduleuse et il est clair que la datation au radiocarbone n’apporte aucune preuve à l’appui d’une telle hypothèse.»

Lettre de Michaël Tite citée en annexe du livre de Arnaud-Aaron UPINSKY, La Science à l’épreuve du linceul. La démonstration scientifique de l’authenticité, Paris, OEIL, 1990, p. 240.

11. «Celui qui est vraiment pieux met surtout sa dévotion dans l’objet invisible que représentent les images. Il n’a pas besoin de beaucoup d’images ; très peu lui suffisent [...]. Il y a plus ; son coeur n’a aucune attache aux images dont il se sert. Vient-on les lui enlever, il ne s’en préoccupe pas beaucoup ; il cherche en effet, cette image vivante qu’il porte en lui-même, c’est-à-dire Jésus crucifié. Voilà pourquoi, par amour pour lui, il est plutôt heureux de ce qu’on lui enlève tout et de ce que tout lui manque, même les moyens qui semblaient les plus aptes à l’élever vers Dieu. [...] Sans doute c’est une chose bonne que de se réjouir quand on a ces images ou ces moyens qui favorisent la dévotion ; aussi doit-on choisir toujours celles qui y portent le plus ; mais ce n’est pas une perfection que d’y être tellement attaché qu’on les possède avec un esprit de propriété. [...] Ce moyen doit aider l’âme à prendre son vol vers Dieu, et il doit être aussitôt mis de côté.» Jean de la Croix, La Montée du Carmel, l. III, chap. 34, Paris, édit. du Seuil, 1947, p. 432.

12. Extrait de la lettre de Clément VII au chapitre de Lirey (1390) ; «Chaque fois que ladite figure ou représentation sera dorénavant montrée au peuple, le doyen et le chapitre susdits, ainsi que les autres personnes ecclésiastiques qui feront l’ostension de la figure ou représentation, ou celles qui seront présentes, ne pourront en aucun cas revêtir à cet effet pendant toute la durée de l’ostension, ni chape, ni surplis, ni aube, ni pluvial, ni aucun autre vêtement liturgique. Ils ne feront pas non plus de solennités en usage dans l’ostension des reliques. De même ne pourront-ils allumer à cet effet ni torche, ni cierge, ni chandelle, ni utiliser aucune sorte de luminaire. Enfin celui qui fera l’ostension devra avertir le peuple au moment de la plus forte affluence et dire à haute et intelligible voix, toute fraude cessant, que la dite figure ou représentation n’est pas le vrai Suaire de Notre Seigneur, mais qu’elle n’est qu’une peinture ou un tableau du Suaire qu’on dit avoir été celui du même Seigneur Jésus Christ».

Note : La situation des papes d’Avignon à la fin du XIVe siècle ne change en rien la valeur juridique du document et à son autorité dans la mesure où toutes les décisions prises en Avignon ont été ensuite assumées à la fin du grand schisme d’Occident ; elles font partie de l’exercice du Magistère du Pontife romain.

Haut de page

version 2.0 – © Copyrights DOMUNI 2005 – tous droits réservés
biblio.domuni.org

4 août, 2011

La Vierge Marie Mère de l’ Eglise et Femme Eucharistique .

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:47

Marie, la « femme eucharistique »

Marie est présente, avec l’Église et comme Mère de l’Église, dans chacune de nos célébrations eucharistiques. « C’est pourquoi personne mieux qu’elle ne peut nous apprendre à comprendre et à vivre avec foi et amour la messe, en nous unissant au sacrifice rédempteur du Christ. Lorsque nous communions, nous aussi, comme Marie et unis à elle, nous nous unissons au bois de la Croix que Jésus, à travers son amour, a transformé en instrument de salut, et nous prononçons notre « Amen », notre « oui » à l’Amour crucifié et ressuscité » (Benoît XVI, Angélus, 11 septembre 2005).
« Que Marie très sainte, Vierge immaculée, arche de l’alliance nouvelle et éternelle, nous accompagne sur ce chemin de la rencontre avec le Seigneur qui vient. En elle, se réalise de la manière la plus parfaite l’essence de l’Église. L’Église voit en Marie (…) son icône la mieux réussie et elle la contemple comme modèle irremplaçable de vie eucharistique. C’est pourquoi, en présence du « verum Corpus natum de Maria Virgine » sur l’autel, le prêtre, au nom de l’assemblée liturgique, affirme avec les paroles du Canon : « Nous voulons nommer en premier lieu la bienheureuse Marie toujours Vierge, Mère de notre Dieu et Seigneur, Jésus-Christ » (Prière eucharistique I). Son saint nom est invoqué et vénéré aussi dans les canons des traditions chrétiennes orientales. Les fidèles, quant à eux, « recommandent à Marie, Mère de l’Église, leur existence et leur travail. S’efforçant d’avoir les mêmes sentiments que Marie, ils aident toute la communauté à vivre en offrande vivante, agréable au Père ». Elle est la Tota pulchra, la Toute-belle, puisque resplendit en elle la splendeur de la gloire de Dieu. La beauté de la liturgie céleste, qui doit se refléter aussi dans nos assemblées, trouve en elle un miroir fidèle. Nous devons apprendre d’elle à devenir nous-mêmes des personnes eucharistiques et ecclésiales pour pouvoir nous aussi, selon la parole de saint Paul, nous présenter « sans tache » devant le Seigneur, comme celui-ci a voulu que nous soyons dès le commencement » (Benoît XVI, encyclique Sacramentum caritatis, n° 96).
Saint Joseph n’a pas eu la possibilité de communier. En revanche, il a possédé le privilège d’être le père nourricier de Jésus et de devoir veiller attentivement sur lui. C’est donc par lui, comme par Marie, que nous devons passer pour nous approcher de notre Seigneur. Nous pouvons appliquer à saint Joseph ces mots de l’Écriture à propos d’un autre Joseph, le patriarche de l’Ancien Testament, que ses frères avaient vendu par jalousie et goût du lucre, et qui avait fini premier ministre du pharaon d’Égypte (Genèse 37). Ayant interprété un songe de pharaon, il comprit qu’à sept années d’abondance succèderaient sept années de disette (Genèse 41, 1-36), il fit emmagasiner de grandes quantités de froment et de ressources alimentaires variées. Si bien que, la famine venue, quand les gens demandaient de quoi manger à pharaon, celui-ci leur disait : « Allez à Joseph », il vous donnera du pain (Genèse 41, 55). Allons nous aussi à Joseph, mais à l’époux de Marie cette fois, et il nous donnera également du pain. Non seulement du pain, mais « le Pain descendu du ciel » (Jean 6, 41). Ce qui fait que saint Joseph est bien présent à nos communions, qu’il préside à la répartition des espèces sacrées, ce dont nous lui sommes très reconnaissants.

1 août, 2011

Un peu de vie syro antiochienne

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 23:01

Sa Béatitude Tugdual I
“Le Voyageur Insolite”
par
Jean Stahl et Gabrielle
© Alliance du Monde – 1979
Première Partie

Jean-Pierre DANYEL, en religion Mgr. TUGDUAL est né à FLERS le 22 juin 1917.

Dès sa naissance, il est, pour qui catalogue tout, un être « anormal » et, ainsi que l’écrit JULLIAN dans
« Délit de vagabondage » (1978) « Tout être anormal est un peu fou ou un peu génial ».

Jean-Pierre DANYEL n’est, ni « un peu fou » ni « un peu génial », bien qu’il vint au monde de père et de
mère inconnus. Il EST et il sera ainsi tout au long de sa trop brève existence, établi – avec ses beaux
yeux bleus reflétant un ciel sans nuage – dans la VERITE, comme l’abbé Henri HUVELIN le disait de
BOSSUET.

D’aucuns lui ont prêté de la sévérité : il y avait en lui la sécurité. Il regardait toute chose à la lumière de
l’Infini de Dieu.

Fait prisonnier pendant la « drôle de guerre », il rencontre derrière les barbelés celui qui devint « son
Ami » et à qui il doit de connaître le cheminement vers la Foi, une foi que rien n’ébranlera, qui irrite
presque certaines âmes mais qui lui procure la sérénité.

Il ne faut pas le confondre avec le pape LEON V (un bénédictin du nom de Léon BRITIGENE, pape de
juillet au 5 septembre 903) qu’une vieille légende bretonne identifie avec Saint TUGDUAL (Hans
Kuhner – Dictionnaire des Papes – Buchet Chastel (Corréa) 1958). Ils n’eurent de commun que leur
sainteté dans les épreuves.

Le saint pape LEON V fut jeté en prison par le prêtre « anti-pape » CHRISOSTOME et étranglé –
comme ce dernier d’ailleurs – par l’ancien anti-pape SERGE, de retour d’exil.

Jean-Pierre DANYEL, lui, fut constamment la cible de ceux qui furent incapables de le comprendre.

Il était un « quiétiste », c’est-à-dire un mystique authentique. Dans les événements, il voyait d’un regard
simple la Providence les conduire. Il expliquait toute chose à la lumière de Dieu. Il a senti très vivement
la petitesse de tout ce qui finit.

Il fit une étude approfondie des Psaumes, des prophètes, de l’Ecriture toute entière.

Il a passé en revue l’Ancien et le Nouveau Testaments. Il y a trouvé l’Accord exprimé avant lui par
Pascal et Bossuet :

« L’accord des deux Testaments est si véritable qu’ISAÏE a pu être appelé du nom ‘d’évangéliste’, tant il
a parlé clairement du Christ » dit BOSSUET, qui fait commencer l’histoire de JESUS-CHRIST au début
même du peuple de Dieu, ce qui est juste puisque le peuple de Dieu n’a fait que figurer.

PASCAL parle des « 3 stades de la Révélation :
1) chez les juifs, la figure sans la réalité :
2) dans l’Eglise de Dieu, la réalité sous la figure ;
3) et le dernier terme de la Révélation finale, la réalité sans la figure dans le Ciel ».

Il importe à Jean-Pierre DANYEL de se pénétrer de l’Esprit de la Sainte Ecriture dont l’Evangile est la
LOI effective.

L’Esprit à l’égard de l’Eglise du Christ l’amène à concevoir une promesse d’Unité dans ses trois
expressions Confessionnelles car, dans son ardente Charité, il s’est toujours refusé à mettre l’accent sur
des réalités, même historiquement prouvées, qui les ont divisées dans le passé.

Tout comme l’abbé Paul de BROGLIE (1834 – 1895) = (3) = dont la Vocation fut tardive puisque c’est à
trente deux ans qu’il était entré au Séminaire, c’est dans sa trente troisième année que Jean-Pierre
DANYEL – ce solitaire qui, en expérimentant l’adage « O Beáta solitudo sola beatitudo » – sent l’
approche de Dieu il va demander les Sacrements de Baptême, de Confirmation et de Communion à
l’Eglise Catholique Orthodoxe de France, à Paris dans la juridiction du Patriarcat de Roumanie et cela
avant de partir pour le Mont Athos où il connaîtra par expérience les origines du Christianisme.

Il en reviendra imprégné de l’idéal monastique : tout attendre de la Providence, ne rien posséder, ne rien
demander. Et il s’engage dans la Vie monastique, puis reçoit l’Ordination Sacerdotale le 1er mars 1953
et la Bénédiction Abbatiale le 20 Mai 1955 dans l’Ordre de Saint COLOMBAN (Cet Ordre était en
léthargie depuis le 9e Siècle ; S.B. Tugdual I a fait renaître.) Et c’est le 5 mai 1957 qu’il accède à la
plénitude du Sacerdoce en recevant la Consécration épiscopale des mains de Monseigneur IRENEE
(dans le Siècle, Comte Charles-Borromée PONCELIN D’ESCHEVANNES), assisté de NN.SS.
EUGENE (dans le Siècle, Comte de BATCHINSKY) de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne, en exil et
JULIEN ERNI, fondateur du S.E.O. à Genève, avec pour mission : la Restauration de la Sainte Eglise
Celtique.

Par cette Consécration épiscopale, le nouvel Evêque-Moine-Abbé de Saint Dolay bénéficie de la
Succession Apostolique de l’Apôtre Saint Pierre à ANTIOCHE (premier des trois Sièges pétriniens),
Mgr. Joseph-René VILATTE – Tableau I.

Entre son séjour au Mont Athos et son installation à l’Ermitage du Bois-Juhel en Saint-Dolay
(Morbihan) se place une période d’apostolat hors du commun mais qui n’ôte rien à l’union intime de son
âme à Dieu.

Pressé de partager l’idéal chrétien et le Don de Dieu avec ses frères en humanité, plutôt que d’attendre
les fidèles dans un lieu de culte, il va vers les foules et célèbre le Saint Sacrifice de la Messe dans un
camion installé en Chapelle, et consacré, qu’il ouvre dans les lieux les plus fréquentés – voire en plein
centre de Nantes – et où son verbe clair et incisif essaie d’ouvrir les cœurs endurcis en leur commandant
de laisser le Christ agir dans leur âme.

Cette Autorité qui s’impose d’emblée rebute quelques personnes ; elle leur paraît de l’orgueil. Mais il
sent la Sainte Présence Omniprésente et il n’hésite pas car s’il hésitait, il entendrait cette Parole de
Notre Seigneur : « Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ». (Matth. 8 : 26)

Puis au début de sa Vie érémitique, pour n’être pas tributaire de la compassion, à l’exemple du Mahatma
GHANDI qui promenait ses chèvres le long des routes, il mena le long des talus une vache qui lui avait
été offerte en reconnaissance de bienfaits acquis, car S.B. Tugdual ne se contentait pas d’adorer Dieu, il
intervenait pour toutes les détresses qui lui étaient signalées et il obtenait du Ciel des guérisons
multiples et la Protection efficace.

Bien que Jean-Pierre DANYEL = S.B. TUGDUAL= menât son existence en être libre, en toute
autonomie, il avait eu à cœur de respecter la légalité, et c’est ainsi que fut officialisée son Œuvre par la
Cultuelle qui en fait état et dans laquelle il avait tenu à mentionner l’Ermitage du Bois-Juhel en Saint-
Dolay où il s’était fixé.

A noter que SAINT DOLAY est un lieu de prédilection pour la Restauration de la SAINTE EGLISE
CELTIQUE puisqu’il se trouve entre deux lignes de forces druidiques émanant de CAR NAC-Médio-
lanon des Druides.

L’Eglise Celtique se propagea grâce à une pléiade d’Evêques-Ermites dont les noms sont encore vénérés
en Bretagne, tels GUENOLE, THEGONEC, DOLAY, PATERNE, etc.

Mar TUGDUAL I, comme jadis Saint POLYCARPE, en consacrant un certain nombre d’Evêques, n’
avait d’autre but que de propager l’Eglise dans la Tradition de Saint JEAN et de multiplier les barrages
efficaces contre l’esprit satanique, grâce à la plénitude des pouvoirs qu’il conférait à ses Evêques, d’où
son extrême sévérité, qui a même pu paraître excessive mais qui était parfaitement fondée, vis-à-vis de
ceux de ses Evêques qui ne marchaient pas dans le même esprit que lui.

Peu avant son décès survenu le 11 août 1968, dans la solitude à l’Hôpital de NANTES (1), il avait été
élevé le 25 décembre 1966 à la dignité de Prince du Saint Synode Ukrainien et fait Prince et Grand
Ecuyer par la Dynastie de Cappadoce en Arménie.

(1) Où il avait été transporté dès que le mal l’eut pris et abandonné par certains « amis » désireux de
ne pas être importunés pendant leurs vacances et qui n’eurent pas la Bonté d’avertir son disciple préféré
qui l’attendait chez lui ni le couple qu’il se plaisait à appeler « mes petits enfants ».

Il aura été ce « Voyageur » étranger au monde des humains, désireux de passer son Chemin en Paix
pour gagner sa Patrie : l’ETERNITE.

Mais, comme pour tous les authentiques serviteurs de DIEU l’incompréhension et les persécutions ne lui
furent pas épargnées.

Succession Apostolique de Sa Béatitude Tugdual I

Monseigneur JOANNES MARIA VAN ASSENDELFT, Evêque de Myre en Lycie, consacre en 1954
Monseigneur Charles Irénée Maria Joseph d’Eschevannes

Monseigneur Charles Irénée Maria Joseph d’Eschevannes, assisté par Mgr. Julien Erni et Mgr. Eugène
de Baczyna-Batchinsky, consacre le 5 mai 1957,

Monseigneur Jean-Pierre Danyel, en religion S.B. Tugdual I.

Sa Béatitude Tugdual I ordonna prêtre Michel Raoult, le 10 janvier 1959, et lui conféra l’épiscopat le 7
août 1960, assisté par Mgr. Julien Erni et Mgr. Charles Marie Joseph Poncellin d’Eschevannes.

Plus tard pour des raisons de transfert, Mgr. Michel Raoult fut consacré sub conditione, le 17 juin 1967
par Monseigneur Hugh George de Willmott Newman, assisté par Mgr. Robert Gustave Lutgen et Mgr.
Servan Edgard Joseph Adeline Devulder.

Mgr. Michel France Marie Raoult conféra la prêtrise sub conditione au prêtre Jésuite Maurice Lemage,
en religion Mar Boris Timotchenko ; et lui conféra l’épiscopat le 30 avril 1970. Il devint Patriarche des
Eglises Orthodoxes Autocéphales d’Europe, sous le nom de Boris 1er .

Mar Boris Timotchenko (Lemage) reçut d’autres consécrations sub conditione, notamment le 25 juillet
1972, par Mgr. Goffredo Angelo Balostro, qui fut consacré évêque par Mgr. Giovanni Taddei, le 15
octobre 1961. Mgr. Giovanni Taddei fit un peu avant sa mort obédience à Rome, en tant qu’ évêque sous
le Pontificat de S.S. Paul VI.

Mar Boris Timotchenko (Lemage), assisté par Mgr. Henri Hillion, Mgr. Jacques Le Fevre et Mgr.
Erwan Timotchenko (Lemage, fils), consacre le 17 mars 1978 Mgr. ROGER CARO (alias Pierre
PHOEBUS, et à partir de ce jour STEPHANOS. )

ROGER CARO, consacre
sub conditione le 30 juin 1979, assisté par Mgr Maurice AUBERGER (THEOPHOREONAI) et Jean-
Paul CHARLET (JETHRO) :

Mgr. Philippe Laurent De Coster.

Les évêques témoins qui ont imposé les mains lors de cette consécration sub conditione sont: Robert
Raguin, Giulio Rondini, Noël Reynaud (Luc d’Antioche), Patrick Lebar, Loubet, etc. Cette consécration
« sub conditione », afin de transmettre les successions apostoliques transmises par Monseigneur
Giovanni Taddei dans les diverses Eglises Orthodoxes: Russe-Orthodoxe, Grec-Melkite, Antioche, et
de l’Eglise Vieille Catholique d’Utrecht, et la succession Catholique Romaine du Brésil par Mgr. Michel
Staffiero.

La validité de Mar Boris Timotchenko consacré par Mgr. Goffredo Angelo Balostro n’a jamais été
contesté, au contraire sa consécration par Mgr BALLOSTRO assisté de deux consécrateurs, le relie au
consécrateur de Mgr BALLOSTRO, en l’occurrence Mgr Giovanni TADDEI, ancien prêtre romain,
dont le sacre par Mgr VAN ASSENDELFT a été reconnu valide et authentique par des théologiens et
canonistes de l’Eglise Catholique Romaine particulièrement qualifiés.

De Mgr. Bloom van Assendelft, S.B. Tugdual I jusqu’à Mar Boris Timotchenko, nous avons consulté les
ouvrages suivants :

« Eglises et Evêques Catholiques non Romains », par Ivan de la Thibauderie, docteur en théologie.
(Dervy, Paris, 1962 – épuisé)

Independent Bishops : An Intenational Directory – Edited by Gary L. Ward, Bertil Persson, et Alan
Bain. Chez Apogee Books, Penobscot Building, Detroit, Michigan 48226, USA. (1990, épuisé)

La Succession Apostolique dans les Eglises Catholiques, par Jan Steperoy, avec l’aimable collaboration
de Prof. Dr. Bertil Persson. Avant propos de Mgr. Dominique PHILIPPE (1992).

Mar Boris Timotchenko (Lemage), et ses autres successions apostoliques:
Les Successions Apostoliques de Monseigneur Philippe-Laurent De Coster, Evéque Vieux Catholique
Romain Latin, (Edition Eucharistie et Dévotion, © Gand – 2000).
Retour

Index
Monseigneur Michel Raoult
Homme de foi et de convictions profondes
Monseigneur Michel Raoult fut dans la socièté un homme politique, qui fonda le bureau de « l’AOCPA
Choisir la Vie », d’où son œuvre immense au service de la protection de l’enfant à naître. Cette
association française qu’il fonda a comme objectif l’abolition des lois qui depuis 1975 légalisent,
organisent et financent l’avortement et leur remplacement par un ensemble de mesures protectrices
de l’enfant à naître, de la mère et de la famille. Toujours avec vigueur, il affirmait inlassablement le
caractère sacré de la vie humaine. Le 27 mars 2002 en la mairie de Nanterre (France), la folie
meurtrière de l’assassinat interrompit trop vite son existence toute entière dévouée. Depuis près de
trente ans il a été de tous grands combats contre l’avortement, organisant notamment d’imposantes
manifestations en 1988 et en 1995, cette dernière dans le cadre de l’Union pour la Vie pour
commémorer vingt ans après l’adoption de la triste loi qui a dépénalisé l’avortement en France. Il fut
l’homme d’unité et de dialogue, cherchant toujours la concertation avec les autres mouvements qui
étaient engagés au service de la même cause sacrée. Dans ce combat difficile, il y a eu des revers mais
aussi des succès. Monseigneur Michel Raoult fut un travailleur infatigable et un remarquable
organisateur qui entraînait par l’exemple chrétienne, savait déléguer les tâches et faisait très largement
confiance amenant les militants et responsables de tout niveau à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il fut
également un homme d’Eglise et de société très clairvoyant, qui faisait évoluer son point de vue quand
on lui opposait des arguments solides. Avant tout, il fut dans les pas de son consécrateur S.B. Tugdual I
un homme très chaleureux et sensible qui faisait pour rendre service dans la plus grande discrétion et
toujours dans la bonne humeur. C’est à partir de 1972, qu’il consacra beaucoup plus de temps à sa lutte
contre l’avortement plutôt qu’aux affaires ecclésiastiques, mais sans jamais faillir à ses promesses
canoniques lors de son Sacre par S.B. Tugdual I le 7 août 1960. D’ailleurs il a encore conféré des
ordinations en 1998, et une consécration épiscopale en 2001. Au printemps 2001 il s’était engagé dans la
politique municipale de Nanterre (France) sur la liste d’opposition et devint conseiller municipal de cette
ville, dans le but chrétien d’y exercer une influence positive en faveur de la vie. Pour son idéal, il y fut
assassiné le 27 mars 2002. Michel Raoult, conseiller municipal de Nanterre, abattu dans les
circonstances tragiques, est mort debout, s’apprêtant à tenter de désarmer le malheureux agresseur.
Homme de foi et de convictions profondes, il a toute sa vie manifesté un indéfectible attachement à la
vie et à la cause des plus faibles que sont les enfants à naître.
(Source : AOCPA – Choisir-La-Vie.)

Mgr. Philippe Laurent De Coster
Eglise Vieille Catholique Romaine de Flandres
© 2007
La Sainte Eglise Celtique Aujourd’hui
par
Jean Stahl et Gabrielle
© Alliance du Monde – 1979
Qu’à partir du 6e Siècle les invasions terribles des Vikings, détruisant les monastères et massacrant le
clergé, aient laissé l’Eglise Celtique dans un tel état d’affaiblissement qu’elle pût être enfin absorbée au
9e Siècle par l’impérialisme latin ; qu’Oswald, Roi d’Ecosse, ait cru devoir sanctionner cet état de fait
apparent, il n’en demeure pas moins que son esprit demeure vivace, à la manière du prophétisme sous
les persécutions des Rois de Juda.

Et, en 1953, il a suffi que les trois caractères de l’Eglise Celtique que nous venons de relever, à savoir : l’
influx apostolique de Saint Pierre à Antioche ; le courant johannite et la mystique celtique-druidique se
soient trouvés réunis dans un homme de Dieu épris d’absolu, pour que , spontanément, apparaisse dans
le lieu même, proche du Medio-lanon de Carnac, où vécut l’Evêque-ermite Saint Dolay et dans la même
forme qu’il y a quinze siècles, un surgeon de la Saint Eglise Celtique.

Jour après jour, pendant près de quinze ans, dans son marécage du Bois-Juhel, où il avait construit sa
chaumière de ses mains, Mgr. Tugdual renoua les liens qui le liaient à ce lointain passé, reprenant les
mêmes rites, travaillant avec la vigueur qui le caractérisait à la même œuvre divine de purification, de
protection et d’assainissement spirituels. Sa prière et son labeur incessants lui valurent en 1957, d’être
consacré Evêque dans la chapelle de son ermitage par Mgr. Irénée Poncelin d’Eschevannes, 8e
successeur de Mgr. Joseph-René VILATTE, qui le fit bénéficier de la lignée apostolique légitime de St.
Pierre à Antioche et le confirma dans la mission canonique de « présider à l’entière restauration de la
Sainte Eglise Celtique, avec ses rites, son monachisme, sa culture et ses coutumes ».
Il y dépensa ses forces jusqu’à sa mort le 11 août 1968 ; quatre mois auparavant il avait consacré
Evêque et missionné pour la continuation de « l’Eglise de Saint Jean », son disciple (Mgr. Jean Stahl,
ancien prêtre Cistercien) dont il suivait les efforts et qu’il avait mis à l’épreuve depuis cinq années.
(Extrait de l’étude de Mgr. Jean Stahl, « La Sainte Eglise Celtique ».)

Dans la lignée issue du Patriarcat d’Antioche, Monseigneur Jean-Pierre DANYEL, sous le nom de Mar
Tugdual I, missionné pour la Restauration de la Saint Eglise Celtique, qui dans la nuit du 13 au 14 avril
1968, assisté de NN.SS. Suliac, Imier, Paterne et Cry, consacre Mgr. Jean Stahl, Evêque de l’Alliance
du Monde, ayant son Siège à EXMES, Orne.

La Sainte Eglise Celtique, aujourd’hui sous la désignation de l’Eglise Orthodoxe Celtique, sise au
Monastère de la Sainte Présence à Saint-Dolay, avec l’Eglise Orthodoxe Française sise au Monastère
Saint Michel du Var, et l’Eglise Orthodoxe des Gaules, forment entre elles la « Communion des Eglises
Orthodoxes Occidentales ».

Tugdual I fut canonisé en 1996 à l’église du Monastère de la Sainte Présence, Le Bois Juhel, à Saint-
Dolay (Bretagne), France. Désormais, Saint Tugdual est vénéré au Monastère de la Sainte Présence.

Une mise au point exclut une fois pour toutes l’interprétation grossière, encore trop répandue dans les
esprits occidentaux, selon laquelle un seul PATRIARCAT serait « L’EGLISE », les autres, fussent-ils
antérieurs, devant être considérés comme schismatiques et suspects d’hérèsie.

(1) L’Eglise est UNE dans ses sept expressions, qui ne doivent ni s’opposer l’une à l’autre, ni tenter
d’exercer une suprématie l’une sur l’autre. Le Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, en est le ROI, le
Prêtre véritable, le Prophète divin, la Victime sacrificielle.
(2) L’Eglise est SAINTE, dépositaire de la Foi. Elle est le signe visible de la Parole de Dieu sur terre.

(3) L’Eglise est CATHOLIQUE, divinement inspirée, elle a, par Jésus-Christ, la Grâce d’être
éternelle et universelle.
(4) L’Eglise est APOSTOLIQUE, car elle repose sur la Foi des Apôtres et sur leurs filiations
ininterrompues jusqu’au Evêques contemporains.
Un Dernier Mot

L’heure est propice, pour l’Eglise du Christ, de mettre à profit ces tendances latentes et d’acheminer
toute la chrétienté, Catholique et Apostolique, vers l’unité. Entreprise d’autant plus urgente que l’
incrédulité nous presse et que l’assaut des nouvelles invasions barbares de nos jours ne sera brisé que
par le front unique de l’antique chrétienté reconstituée. Pour nous tous dans le Vieux Catholicisme
Romain, l’Union des Églises ne peut se réaliser que dans une « Communion des Églises Catholiques et
Orthodoxes ». Est-ce à dire, comme semblent le vouloir certains esprits outranciers, que tout travail
œcuménique efficace et loyal doit poursuivre d’emblée ce but sans atténuation ni mise au point ? Nous
sommes donc convié à un apostolat d’ordre moral et intellectuel. L’union définitive et durable doit s’
élaborer rapidement en ce 21e siècle, par des échanges de pensées efficaces, loyaux et sincères, mais
surtout par un élan d’amour qui rapproche les cœurs jusqu’ici défiants et éloignés. Mais si tout travail
pour l’Union doit se faire par l’amour, il doit se faire aussi dans la lumière : charité et vérité, telle doit
être notre devise de l’Union.

Mgr. Philippe Laurent De Coster, B.Th., DD.
Évêque Vieux Catholique Romain Latin de Flandres
© 2007
Ecrivez-nous
In Memoriam Monseigneur André Maurice Alexandre Enos
de l’Union des Églises Catholiques Indépendantes
Mgr. A.M.A. Enos, assisté de Mgr. Philippe
Laurent De Coster, et
Mgr. Gabriel Charles Emile Hegger, consacre
Mgr. Valentin Sanchez
Y Morales dit Val-Moral, nomen VIGILE
Extrait de la Filiation Apostolique

Mgr. Wolsey consacré par Mgr. Nicholson, consacre le 11 juillet 1956, Mgr. Julien Erni comme président du
Siège Œcuménique Ecclésial de Genève. Il consacre le 4 novembre 1962 assisté de Mgr. Laemmer et Mgr.
Charles Brearley : Mgr. André Maurice Alexandre Enos, comme président de l’Union des Églises Catholiques
Indépendantes. Mgr Enos, assisté de Mgr. Philippe Laurent De Coster et Mgr. Gabriel Charles Emile Hegger,
consacre le 28 avril 1979, Mgr. Valentin Sanchez Y Morales dit Val-Moral, nomen VIGILE comme évêque de
l’Eglise Orthodoxe hors Patriarcat, maintenant « Eglise Orthodoxe Française ».

Top 10 mots les plus recherchés avec Google Fr

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 9:27

D’après une étude mené par Google-ZeitGeist, voici le Top 10 des mots les plus recherchés sur Google France.

Ce dernier sondage nous montre la disparition du mot sexe, Google ferait il un trie dans ses résultats de recherches ?

Top 10 – mots les plus recherchés – Google Fr

Youtube

Jeux Yahoo

Pages Jaunes

Orange

Facebook

Vidéo TV

Météo

Ebay

Les amateurs appréciant le sexy, le sexe est encore présent Google mais les internautes ne cherchent plus de la même manière.

Ce ne sont plus les mêmes requêtes qui sont demandés.

31 juillet, 2011

Padre Girolamo Maria Russo dell’ Ordine dei Servi di Maria

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 17:31

 

Padre Girolamo Maria Russo dell' Ordine dei Servi di Maria logo-small

segnala sitoglisephotopadregirolamorussoservodimaria1.jpg

Padre Girolamo Maria Russo era nato a Cimitile il 26.12.1885, si spense a Saviano presso il Convento dei Servi di Maria in Alberolungo il 30.11.1970. Ordinato sacerdote il 10.06.1911, trascorse più della metà dei suoi 60 anni di sacerdozio nel Convento savianese dei Servi di Maria. Proprio a Saviano, sotto la sua direzione, fiorì l’ E.N.A.O.L.I., Ente Nazionale di Assistenza agli Orfani dei Lavoratori Italiani. Iscritto nell’albo dei giornalisti, fu nel 1969 nominato Cavaliere del Lavoro dal Presidente della Repubblica. È stato il riformatore della Provincia dei Servi di Maria dell’Italia Meridionale. Il 18 settembre 1999, a circa trent’anni dalla scomparsa, i resti mortali di Padre Russo furono solennemente traslati dal cimitero di Palma Campania nel Convento S. Anna ad Alberolungo, nella frazione di Sirico, dove fin dal 1921 questo devoto Servo di Maria aveva fondato un Collegio per promuovere le vocazioni dell’Ordine, «gettando, così, le basi della futura, risorta Provincia religiosa dell’Italia Meridionale». (O.S., settembre-ottobre 1999, dove si trovano anche altri interventi commemorativi di questa integra figura di sacerdote).

 

 

pdf servidimariascrittodipadregirolamorussocircailcolleginodipalmacampania.pdf
Download Planet

<a href= »http://www.mydownloadplanet.com/s/Active_Harem/ » mce_href= »http://www.mydownloadplanet.com/s/Active_Harem/ »>Download Active Harem</a>

Palma Campania Petizione Salviamo il Convento dei Servi di Maria

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 17:21

Palma Campania Petizione Salviamo il Convento dei Servi di Maria wikio_btn_abo-univ_rounded-open-blue_fr

glisephotosaintesprit1.gifpdf servidimariapetizionesalviamoilconventodeiservidimariapalmacampania.pdf

Download Planet

1...353637383940

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904