25 septembre, 2012

Le Kurdistan et ses chrétiens : Entretien avec Louay Shabani, syro-antiochien d’Irak, Italie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 13:32

Le Kurdistan et ses chrétiens : Entretien avec Louay Shabani, syro-antiochien d’Irak, Italie

Le Kurdistan et ses chrétiens : Entretien avec Louay Shabani, syro-antiochien d'Irak, Italie mirella

« Toute ma famille est syro-antiochienne, ce qui n’a pas empêché des mariages interconfessionnaux ou mixtes. Deux de mes sœurs ont, de fait, épousé des jacobites, donc des orthodoxes, mais cela n’a entraîné aucun problème. La coutume en Orient voulant que les enfants suivent la confession du père, les équilibres familiaux sont sauvegardés par une rotation : on alterne la célébration des fêtes religieuses, pour Pâques on fréquente une église et pour Noël l’autre, bien que les enfants soient affilés à l’église syro-jacobite. En général, il ne se pose pas de gros problèmes, quelquefois seulement des difficultés peuvent surgir pour la célébration de Pâques à cause de sa date et des calendriers liturgiques différents suivis par les deux églises.

*

En ce qui concerne leur localisation, les chrétiens qui se trouvent dans l’hinterland de Mossoul, vers la région Nord, sont les plus proches des Kurdes. Et ces derniers temps, un tel voisinage n’est pas seulement géographique mais encore de nécessité : les chrétiens doivent pouvoir disposer d’une force prête à les protéger.

Comme dans tout l’Orient chrétien, chez nous aussi le culte de la Vierge Marie est très développé. Outre les temps liturgiques qui lui sont consacrés par notre rite, sous influence latine, tout le mois de mai lui est aussi consacré par la récitation du rosaire. Les sanctuaires mariaux sont toujours pleins de monde, parfois même de musulmans qui eux aussi ont une grande vénération envers Notre Dame.

Nous autres chrétiens nous constituons une minorité assez faible et nous devons nous confronter à l’islam, c’est pourquoi nous ne créons pas de tension avec les autres chrétiens. Nous avons de bons rapports avec les yezidis.

Dans la province de Mossoul, comme dans tout le pays, l’enseignement est donné en arabe, l’arabe étant la langue officielle de l’Irak, mais nous chrétiens nous parlons le soureth araméen qui se transmet de père en fils et se maintient dans la liturgie. Habituellement il y a des personnes âgées de la communauté qui donnent des leçons aux enfants. Au cours de la divine liturgie, même si elle se célèbre parfois en arabe, le moment de la consécration est toujours en syriaque-araméen. Le missel lui-même est bilingue : arabe et araméen. Le temps passant, à cause des problèmes de survie et de la globalisation, l’usage de l’araméen est un peu en train de se perdre, cette langue qui naquit à l’origine comme parlée et est devenue liturgique, se détachant un peu de celle que les chrétiens parlent à la maison, et devenant quasi-incompréhensible. C’est la raison pour laquelle, dans les célébrations liturgiques, en fonction de son inspiration du moment, le prêtre alterne les deux langues (arabe et syriaque). Dans mon village de Bartella, en semaine les messes du matin sont célébrées en syriaque parce que les personnes âgées préfèrent leur langue maternelle, la messe de fin d’après-midi est en arabe parce que fréquentée surtout par des jeunes qui étudient ou travaillent à Mossoul. Autre particularité : la messe du matin est traditionnelle, le célébrant tournant le dos aux fidèles. Au contraire le soir le prêtre célèbre face au peuple.

Les chants et les hymnes les plus beaux et les plus populaires sont ceux d’Ephrem, transmis oralement de père en fils et mis aujourd’hui seulement par écrit. Nous chantons surtout à Pâques. Il y a une grande participation populaire et beaucoup d’émotion. Par exemple un chant dit « de la Croix » raconte que la croix sur laquelle est mort Jésus a parlé et raconte les différents moments de la crucifixion. »

Mirella Galletti, Le Kurdistan et ses chrétiens : Entretien avec Louay Shabani, syro-antiochien d’Irak, Italie, 2007.

.

Vous aimerez peut-être:
Le sort des chrétiens en Irak- Problèmes et perspectives : …
Présent et devenir des chrétiens d’Irak
Conférence : Le sort des chrétiens en Irak
Publié par Sandrine Alexie à l’adresse 1:05 PM icon18_email

0 commentaires:

 

Enregistrer un commentaire

 

 

Liens vers ce message

Créer un lien

Dépêches

Jactiv
La jeunesse, plus de la moitié de la population, est née avec l’ouverture du Kurdistan mais porte un regard critique sur son fonctionnement. « L’ancienne génération n’est pas consciente des changements dans le monde, elle essaie de garder certaines
Le Figaro
Le gouvernement irakien n’a pas demandé pour le moment à Total de se retirer du gisement d’Halfaya qu’il coexploite dans le sud du pays, bien que Bagdad ait menacé de le faire en représailles à son entrée dans l’exploration pétrolière au Kurdistan,
20minutes.fr
La responsable du principal parti kurde de Turquie appelle à des discussions entre le gouvernement et les activistes kurdes pour empêcher une escalade de la violence, susceptible selon elle de contrecarrer la rédaction de la nouvelle Constitution du pays.
Nouvelles d’Arménie
Dix soldats turcs ont été tués et 70 blessés mardi au cours d’une embuscade tendue par des rebelles séparatistes kurdes contre un convoi militaire dans le sud-est de la Turquie, a-t-on appris de source sécuritaire locale. Un précédent bilan de cette
fourni par
small-logo

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Labels

22 septembre, 2012

Le tableau indique pour chaque lieu : le pays, la région (en italique) et la province (ou le département), ainsi que la distance à une grande ville plus connue. Les lieux les plus connus n’ont pas été répertoriés (Paris, Londres, Madrid etc…). Quand c’était nécessaire nous avons ajouté le nom du lieu dans la langue du pays. Abbenze Tunisie Ancienne ville de Numidie, à environ 300 km au sud-ouest de Tunis (position exacte inconnue) Agaune Suisse Valais – ville du canton du Valais, abritant l’abbaye Saint Maurice fondée en 515 par le roi Sigismond, à 70 km à l’est de Genève. Agde France Languedoc-Roussillon – Ville de l’Hérault, à 50 km au sud-ouest de Montpellier. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Agen France Aquitaine – Préfecture du Lot-et-Garonne, à 120 km au sud-est de Bordeaux. Siège épiscopal. Aix France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Sous-préfecture des Bouches-du-Rhône, à 25 km au nord de Marseille – Siège épiscopal. Alaska U.S.A. Au nord-ouest du Canada cet Etat, essentiellement peuplé d’Inuits, se prolonge par les ème îles Aléoutiennes. Evangélisé au 19 siècle par l’Eglise orthodoxe russe. Alcala Espagne Castille-et-Mancha – Alcala de Hénarès est une ville de la province de Madrid à 30 km à l’est de cette ville. Alep (arb. Halab) Syrie Chef-lieu de la province du même nom à 300 km au nord-est de Beyrouth. Alésia (act. Alise- France Bourgogne – ville de la Côte d’Or, à 50 km au nord-ouest de Dijon. Lieu du célèbre Sainte Reine) siège qui mit fin à l’indépendance gauloise. Amasée Turquie Amasya – Capitale de la province turque de même nom, à 500 km à l’est d’Istanbul. (act. Amasya) Patrie de Saint Théodore et de l’historien Strabon. Amiens France Picardie – Préfecture de la Somme, à 100 km au nord de Paris. Siège épiscopal. Ancône (ital. Italie Marches – Chef-lieu de la Province du même nom, située sur l’Adriatique à 200 km au Ancona) nord-est de Rome. Andlau France Alsace – Ville du Bas-Rhin, à 35 km au sud-ouest de Strasbourg. Angers France Pays-de-Loire – Préfecture du Maine-et-Loire à 270 km au sud-ouest de Paris. Siège épiscopal. Aniane France Languedoc-Roussillon – Ville de l’Hérault à 25 km au nord-ouest de Montpellier, construite autour de l’abbaye fondée en 777 par Wittiza (saint Benoit d’Aniane). Anisole France Pays-de-Loire – ville de la Sarthe, à 40 km à l’est du Mans, construite autour de (act. Saint-Calais) l’abbaye fondée en 550 par le roi Childebert. Ansion France Poitou-Charentes – Ville des Deux Sèvre, à 50 km au nord-ouest de Poitiers, (act. Saint-Jouin-de- construite autour de l’abbaye fondée vers 340 par Jovinus (saint Jouin). Marnes) Antibes France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Ville des Alpes Maritimes à 140 km à l’est de Marseille. Ancien siège épiscopal, transféré à Grasse en 1244 et supprimé en 1790. Eglise orthodoxe des Gaules Antioche Turquie Hatay – Ce siège de l’un des cinq patriarcats historiques se trouve actuellement dans (turc. Antakyia) la province de Hatay, sur l’Oronte , à 800 km d au sud-est d’Istanbul et à 270 km au nord de Beyrouth. La ville antique a pratiquement disparu. Apt France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Ville du Vaucluse à 60 km au nord de Marseille. Ancien siège épiscopal supprimé en 1802. Aquilée Italie Frioul-Vénétie- ville de la province d’Udine à 80 km à l’est de Venise – fut un siège (ital. Aquilea) ème ème épiscopal important (« patriarcat ») entre le 4 et le 15 siècle. Aran Irlande Galway – Archipel formé de 3 îles, au large du comté de Galway à 270 km à l’ouest de Dublin. Cet archipel fut longtemps le domaine des moines qui l’habitèrent dès le début ème du 6 siècle. Arcis-sur-Aube France Champagne-Ardenne – ville de l’Aube, à 30 km au nord de Troyes (135 km à l’est de Paris) Argenton-sur- France Centre – Ville de l’Indre, à 100 km au sud-est de Tours. Creuse Argovie Suisse Canton du nord de la Suisse, entre les cantons de Bâle et de Zurich. (all. Aargau) Arles France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Sous-préfecture des Bouches-du-Rhône, à 80 km au nord-ouest de Marseille. Ancienne préfecture du prétoire des Gaules. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Depuis 2006 siège nominal de l’évêque primat de l’Eglise Orthodoxe des Gaules. Arpajon France Ile-de-France – ville de l’Essonne à 30 kilomètres au sud-ouest de Paris. Arras France Nord-Pas-de-Calais – Préfecture du Pas-de-Calais, à 150 km au nord de Paris. Siège épiscopal. Ars France Rhône-Alpes – Ville de l’Ain, à 25 km au nord de Lyon. Rendue célèbre par saint Jean- Marie Vianney (le « curé d’Ars »). Artonne France Auvergne – ville du Puy-de-Dôme à 25 km au nord de Clermont-Ferrand. Astorga Espagne León – ville chef-lieu de la région Maragatería à 300 km au nord-ouest de Madrid. Atripé Egypte Province d’Assiout – Monastère situé à 90 km au sud d’Assiout (400 km au sud du Caire) appelé aussi « Monastère blanc ». Auch France Midi-Pyrénées – Préfecture du Gers, à 160 km au sud-est de Bordeaux. Siège épiscopal. Augsbourg Allemagne Bavière – Ville de Souabe bavaroise à 60 km au nord-ouest de Munich. Autun France Bourgogne – Sous-préfecture de Saône-et-Loire –siège épiscopal. Auxerre France Bourgogne – Préfecture de l’Yonne, à 150 km au sud-est de Paris. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Avenay France Champagne-Ardenne – Ville de la Marne à 20 km au sud de Reims. Avila Espagne Castille-et-León – Capitale de la province de même nom à 88 km au nord-ouest de Madrid. Avranches France Basse-Normandie – Sous-préfecture de la Manche, à 270 km à l’ouest de Paris. Ancien siège épiscopal supprimé en 1802. Bangor Irlande du Down – Ville du comté de Down, à 18 km au nord-est de Belfast. Nord Barking Angleterre Essex – Ville du comté d’Essex, à 18 km à l’est du centre de Londres. Baugé France Pays-de-Loire – ville du Maine-et-Loire au nord-est d’Angers et au nord de Saumur. Bayeux France Basse-Normandie – Sous-préfecture du Calvados, à 230 km au nord-ouest de Paris. Siège épiscopal. Beaulieu-en- France Lorraine – Ville de la Meuse, à 80 km à l’ouest de Metz. Argonne Eglise orthodoxe des Gaules Beauvais France Picardie – Préfecture de l’Oise, à 70 km au nord-ouest de Paris. Siège épiscopal. Belley France Rhône-Alpes – sous-préfecture de l’Ain – Siège épiscopal. Besançon France Franche-Comté – Préfectrue du Doubs, à 320 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal. Bingen Allemagne Rhénanie-Palatinat – Ville au bord du Rhin à 155 km au nord-est de Metz. Birr (irl. Biorra) Irlande Leinster – ville du comté d’Offaly au centre de l’Irlande. Bischofsheim Allemagne Hesse – ville située sur le Rhin à 10 km à l’est de Mayence. Blangy-en-Artois France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Pas-de-Calais, à 70 km au sud-ouest de Lille. Bobbio Italie Emilie-Romagne – Ville de la province de Plaisance, à 76 km au sud de Milan. Bordeaux France Aquitaine – Préfecture de la Gironde, sur la Garonne. Siège épiscopal. Bourganeuf France Limousin – Ville de la Creuse, à 40 km au nord-est de Limoges. Bourges France Centre – Préfecture du Cher, à 200 km au sud de Paris. Siège épiscopal. Brême (all. Bremen) Allemagne Ville libre hanséatique, sur la Weser, à 300 km à l’ouest de Berlin. Brescia Italie Lombardie – Chef-lieu de la province de même nom à 80 km à l’est de Milan et 450 km au nord-ouest de Rome. Siège épiscopal. Breuil (act. Merville) France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Nord à 30 km à l’est de Lille. Brioude France Auvergne – Sous-préfecture de la Haute-Loire, à 50 km au sud de Clermont-Ferrrand Brive France Limousin – Sous-préfecture de la Corrèze, à 170 km au nord-est de Bordeaux. Burgos Espagne Castille-et-León – Chef-lieu de la province de même nom, à 240 km au nord de Madrid. Cahors France Midi-Pyrénées – Préfecture du Lot, à 100 km au nord de Toulouse. Siège épiscopal. Camaldoli Italie Toscane – Ville de la province d’Arezzo à 220 km au nord de Rome. Cambrai France Nord-Pas-de-Calais – Sous-préfecture du Nord – Siège épiscopal Cantorbery Angleterre Kent – Ville principale de la province du Kent, sur la rivière Stour, située à 90 km au (angl. Canterbury) sud-est de Londres. Siège de l’archevêque-primat d’Angleterre. Carthagène Espagne Murcie – Ville de la province de Murcie, à 380 km au sud-est de Madrid. Capse (act. Gafsa) Tunisie Gafsa – Chef-lieu de la province de même nom à 290 au sud-ouest de Tunis. Ancien siège épiscopal. Celle (act. Selles- France Centre – ville du Loir-et-Cher aux confins de la Sologne, du Berry et de la Touraine. sur-Cher) Césarée de Israël Ancienne métropole de la Palestine, à 50 km au nord de Tel-Aviv. Actuellement Parc Palestine National israélien. Césarée de Turquie Anatolie centrale – Préfecture de la province de même nom. Ancienne métropole de la Cappadoce Cappadoce à 600 km au sud-est d’Istanbul. (act. Kaysari) Chabris France Centre – ville de l’Indre, sur le Cher, au sud de Romorantin. Châlons (act. Châlons France Champagne-Ardenne – Préfecture de la Marne, à 150 km à l’est de Paris. Siège épiscopal. (act. Blangy-sur- Ternoise) en Champagne) Eglise orthodoxe des Gaules épiscopal. en Champagne) Chalon-sur-Saône France Bourgogne – Sous-préfecture de la Saône-eet-Loire, à 120 km au nord de Lyon. Chateaulin France Bretagne – Sous-préfecture du Finistère, à 20 km au nord de Quimper. Chinon France Centre – Sous-préfecture de l’Indre-et-Loire, sur la Vienne, à 250 km au sud-ouest de Paris. Clairvaux France Champagne-Ardenne – ancienne commune de l’Aube qui était située près de Chaumont. Depuis 1797, cette commune est rattachée à Ville-sous-la-Ferté. Clairvaux est essentiellement connue pour la célèbre abbaye fondée par saint Bernard. Clermont France Auvergne – Préfecture du Puy-de-Dôme, à 340 km au sud de Paris. Siège épiscopal. Cluny France Bourgogne – Ville de la Saône-et-Loire, à 80 km au nord de Lyon. Abrite la célèbre abbaye fondée par saint Bernon en 910. Coblence Allemagne Rhénanie-Palatinat – Ville située au confluent de la Moselle et du Rhin à 170 km au (all. Koblenz) nord-est de Metz. Cologne (all. Köln) Allemagne Rhénanie du Nord-Wesphalie – 4 épiscopal. Comminges France Midi-Pyrénées – Le Comminges est une région naturelle de France. Elle est issue de l’ancien comté historique du Comminges qui s’étendait de Muret à Luchon sur une partie des départements actuels de la Haute-Garonne, de l’Ariège, du Gers et des Hautes-Pyrénées. La ville principale de ce district est Saint-Bertrand-de-Comminges, à 95 km au sud-ouest de Toulouse. Condat France Franche-Comté – Ancien nom de la ville de Saint-Claude, sous-préfecture du Jura, à 100 km au nord-est de Lyon. Siège d’une ancienne abbaye fondée au Vème siècle par saint Romain et saint Lupicin. Couserans France Midi-Pyrénées – Le Couserans est une petite province gasconne pyrénéenne, située dans la partie occidentale du département de l’Ariège. Constance Allemagne Bade-Wurtemberg – à l’extrémité occidentale du lac du même nom (ou Bodensee) (all. Konstanz) Siège épiscopal (depuis 1731). Corbie France Picardie – Ville de la Somme, à 14 km à l’est d’Amiens. Cordoue (esp. Espagne Andalousie – Chef-lieu de la province de même nom, sur la Guadalquivir à 300 km au Cordoba) sud de Madrid. Corinthe Grèce Péloponèse – Située sur l’isthme qui porte son nom, la ville moderne est exactement située sur l’emplacement de la ville antique, à 62 km à l’ouest d’Athènes. Coutances France Basse-Normandie – Sous-préfecture de la Manche, à 280 km à l’ouest de Paris. Siège épiscopal. Cunault France Pays-de-Loire – ville du Maine-et-Loire à proximité de Saumur. Cusance France France-Comté – Ville du Doubs, à 30 km au nord-est de Besançon. Cyr Turquie Ancienne petite ville des environs d’Antioche dont la localisation est peu assurée. Siège épiscopal. Deurne Belgique Région flamande – District-Est de la ville d’Anvers. Dijon France Bourgogne – Préfectrue de la Côte d’Or à 260 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal Dol France Bretagne – ville de l’Ille-et-Vilaine au nord de Rennes et à l’est de Saint-Malo. Siège ème ème de l’évêque métropolitain de Bretagne du 6 au 18 siècle. Dortmund Allemagne Rhénanie du Nord-Wesphalie – Ville à l’extrémité orientale du bassin de la Ruhr, et à 230 km au nord-est de Bruxelles Dunois France Centre – le Dunois ou « pays dunois » est une région de l’ouest de la Beauce, s’étendant de Châteaudun (sous-préfecture de l’Eure-et-Loir, à 120 km au sud-ouest de Paris) jusqu’au nord du département de Loir-et-Cher, aux confins du Vendômois. (act. Clermont-Ferrand) ème plus grande ville d’Allemagne, sur le Rhin. Siège Eglise orthodoxe des Gaules Dunwich (act. Ipswich) Grande- Suffolk – ancienne ville du comté de Suffolk, à 120 km au nord-est de Londres. Ancien Bretagne siège épiscopal. Eauze France Midi-Pyrénées – Ville du Gers à 120 km au sud-est de Bordeaux. Ancien siège épiscopal. Einsiedeln Suisse Schwyz – Ville la plus peuplée du canton, à 30 km au sud-est de Zurich. Importante abbaye bénédictine. Emèse Syrie Ville de Syrie, à 140 km au nord-est de Beyrouth. Ancien siège épiscopal. Ephèse (act. Efès) Turquie Le site de l’antique ville d’Ephèse se trouve à 350 km au sud-ouest d’Istanbul et à 315 km à l’est d’Athènes. Ruines impressionnantes. Evreux France Haute-Normandie – Préfecture de l’Eure, à 90 km à l’ouest de Paris. Siège épiscopal. Faremoutiers France Ile-de-France – ville de la Seine-et-Marne, à 40 km à l’est de Paris. Abrite une célèbre abbaye fondée par sainte Fare en 620. Fahan Irlande Donegal – Ville du comté de Donegal dans la presqu’île d’Inishowen. Abbaye fondée par saint Muran. Fécamp France Haute-Normandie – Ville de la Seine Maritime, à 60 km au nord-ouest de Rouen. Fiesole Italie Toscane – Ville de la province de Florence à 5 km au nord-est de cette ville. Flüe (act. Flüeli-Ranft) Suisse Obwald – Ville du canton d’Obwald à 62 km à l’est de Berne. Fly France Picardie – Ville de l’Oise à 22 km à l’ouest de Beauvais. Eglise abbatiale du XIIème siècle. Folkestone Angleterre Kent – Ville côtière à proximité de Douvres et à 100 km au sud-est de Londres. Fontenelle France Haute-Normandie – Ville de la Seine maritime, à 25 km au nord-ouest de Rouen . Abbaye du XIIème siècle Freising Allemagne Bavière – Ville de l’arrondissement de Munich, à 30 km au nord-est de cette ville. Ancien siège épiscopal transféré à Munich en 1818. Fréjus France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Ville du Var à l’embouchure de l’Argens à 80 km au nord-est de Toulon. Siège épiscopal. Fulda Allemagne Hesse – Ville du centre de l’Allemagne, située au bord de la rivière Fulda entre « Rhön » et « Vogelsberg ». L’abbaye bénédictine (fondée en 744 par saint Boniface) et sa célèbre bibliothèque de manuscrits en ont fait un centre important de la renaissance du savoir à l’époque carolingienne. Gaillac France Midi-Pyrénées – Ville du Tarn à 50 km au nord-est de Toulouse. Galice (esp. Galicia) Espagne Communauté autonome du nord-ouest de l’Espagne. Saint Jacques de Compostelle en est le chef-lieu. Gand (nrl. Gent) Belgique Région flamande – Ville de Flandre-Orientale au confluent de la Lys et de l’Escaut. Siège épiscopal depuis 1559 Gap France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, à 150 km au nord-est de Marseille. Siège épiscopal. Gaza Palestine Gaza est la ville principale de la « bande de Gaza ». Cette antique cité est déjà mentionnée dans les textes égyptiens en 1800 avant notre ère. Gembloux Belgique Région wallonne – Ville de la province de Namur à 40 km au sud-est de Bruxelles. Gortyne Grèce Crète – La ville antique se trouve à 30 km au sud d’Héraklion , au centre de l’île . (act. Gortis) Grandval (act. Moutier- Suisse Berne – Ville du canton de Berne (Jura bernois) à 35 km au nord de cette ville. France Rhône-Alpe – Préfecture de l’Isère à 90 km au sud-est de Lyon. (act. Saint-Germer-de-Fly) (act. Saint-Wandrille-Rançon) Grandval) Grenoble Eglise orthodoxe des Gaules Hackness Angleterre Yorkshire – Ancienne abbaye située dans le district de Scarborough, à 52 km au nord- est de York et 300 km au nord de Londres. Wandignies- France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Nord, au cœur du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, Hamage à 30 km au sud-est de Lille. Hambourg Allemagne Ville libre hanséatique, à l’embouchure de l’Elbe et à 260 km au nord-ouest de Berlin. Turquie La ville antique se trouve à proximité du village (station thermale) de Pamukkale dans le district de Denizli, à 350 km au sud d’Istanbul et 470 km à l’est d’Athènes. Hippone (act. Annaba) Algérie Ville épiscopale de saint Augustin, se trouve dans la baie de Bône (arb. Annaba) à 220 km à l’ouest de Tunis. Importantes ruines de la ville antique. Hohenbourg France Alsace – Le « Mont-Sainte-Odile » domine la paine d’Alsace à 750 m d’altitude et à 30 km au sud-ouest de Strasbourg. Homblières France Picardie – Ville de l’Aisne à 6 km à l’est de Saint-Quentin. Huisseau-sur- France Centre – Ville du Loir-et- Cher à 6 km à l’est de Blois. Cosson Illyrie Côte L’Illyrie était un royaume des côtes de la rive orientale de l’Adriatique, correspondant à adriatique peu près à l’ouest de la Croatie, de la Slovénie et de l’Albanie actuelle. Iona Ecosse Hébrides intérieures – « L’Ile Sainte » de saint Columkill est proche de la côte écossaise, à 140 km au nord-ouest de Glasgow. Javron (act. Javron les France Pays-de-Loire – ville de la Mayenne – Javron-les-Chapelles se trouve au nord-est de la Mayenne, entre Mayenne et Alençon. Joinville-en- France Champagne-Ardenne – Ville de la Haute-Marne, arrondissement de Saint-Dizier, à 80 Champagne km au sud-est de Châlons –en-Champagne Jumièges France Haute-Normandie – Ville de la Seine maritime – Jumièges est située sur la rive droite de la Seine, entre Le Havre et Rouen, dans un méandre convexe du fleuve. Kent Angleterre Le Kent est un comté d’Angleterre situé au sud-est de Londres et dont le chef-lieu Kilrush Irlande Clare – L’île de Scattery (irl. Inis Cathaigh) se trouve à l’embouchure de la rivière Shannon, comté de Clare, à 230 km au sud-ouest de Dublin. France Champagne-Ardenne – Ville de l’Aube, à 20 km au sud de Troyes. La Ferté-Milon France Picardie – Ville de l’Aisne, à 27 km au sud-ouest de Soissons. Lagny France Ile-de-France – Ville de la seine-et-Marne, à 25 km à l’est de Paris. Lambèse (act. Algérie La ville antique se trouve dans le village actuel de Tazoult à proximité de Timgad (province de Batna) à 300 km au sud-est d’Alger. Ruines imposantes. Landelles France Centre – Ville de l’Eure et Loir, à 80 km au nord-ouest d’Orléans. Langres France Champagne-Ardenne – Sous-préfecture de la Haute-Marne, à 250 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal. Laodicée Turquie La ville antique se trouve à proximité de l’actuelle ville de Denizli, chef-lieu de la province de même nom à 360 km au sud d’Istanbul. Laon France Picardie – Préfecture de l’Aisne, à 120 km au nord-est de Paris. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Lavaur France Midi-Pyrénées – ville du Tarn – Lavaur se tient sur la rive gauche de l’Agout. Elle se situe à l’est-nord-est de Toulouse, au sud de Gaillac et à l’ouest de Castres. Siège épiscopal entre 1317 et 1802. (all. Hamburg) Hierapolis (act. Pamukkale) Chapelles) actuel est Maidstone. (act. Scattery Island) L’Isle-en- Champagne (act. Saint Phal) Tazoult) (act. Eskihisar) Eglise orthodoxe des Gaules épiscopal entre 1317 et 1802. Lavedan France Région naturelle française montagneuse, située au cœur des Pyrénées, et constituée d’un ensemble de vallées en amont de la ville de Lourdes. Le Dorat France Limousin – ville de la Haute-Vienne à 200 km au nord-est de Bordeaux. Le Mans France Pays-de-Loire – Préfecture de la Sarthe à 180 km au sud-ouest de Paris. Siège épiscopal. Lectoure France Midi-Pyrénées – Ville du Gers, à 80 km au nord-ouest de Toulouse. ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Léon France Le Léon ou Léonnais est une région de Bretagne, actuellement dans le département du Finistère ; son chef-lieu est Saint-Paul-de-Léon. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Lérins France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Groupe de deux îles au large de la ville de Cannes dans les Alpes Maritimes ; l’île Saint-Honorat abrite le célèbre monastère fondé en l’an 410. Lescar France Aquitaine – Ville des Pyrénées Atlantiques, à 6 km au nord-ouest de Pau. Ancien siège épiscopal, supprimé en 1801. Lichfield Angleterre Staffordshire – Cité du centre de l’Angleterre, à 175 km au nord-ouest de Londres. Siège épiscopal. Liège Belgique Région wallonne – Chef-lieu de la province de même nom et centre économique de la région wallonne, à 90 km à l’est de Bruxelles. Siège épiscopal. Limbourg Belgique Le Limbourg est une région historique située aux environs des villes de Liège (Belgique), Maastricht (Pays-Bas) et Aix-la-Chapelle (Allemagne). Limeuil France Aquitaine – Ville de la Dordogne, à 36 km au sud de Périgueux. Limoges France Limousin – Préfecture de la Haute-Vienne à 180 km au nord-est de Bordeaux. Siège épiscopal. Lindisfarne Angleterre Northumberland – île située en Angleterre, sur la côte de la Northumbrie. Accessible à marée basse par une chaussée submersible, elle abrite le célèbre monastère fondé en 635 par saint Aidan d’Iona, à 100 km au sud-est d’Edimbourg et 475 km au nord de Londres. Lisieux France Basse-Normandie – Sous-préfecture du Calvados, chef-lieu du Pays d’Auge, à 43 km à l’est de Caen. Ancien siège épiscopal supprimé en 1801. Llan-Carfan Pays-de- Glamorgan – village du district de Barry, abrite l’ancien monastère fondé par saint Galles Cadou, d’où sont originaires de nombreux saints Bretons, parmi lesquels saint Gildas, saint Malo etc., à 15 km au sud-ouest de Cardiff. Loches France Centre – Sous-préfecture de l’Indre-et-Loire, à 35 km au sud-est de Tours. Lodève France Languedoc-Roussillon – Sous-préfecture de l’Hérault, à 47 km au nord-ouest de Montpellier. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Lodi Italie Lombardie – Chef lieu de la province de même nom, à 30 km au sud-est de Milan et 450 km au nord ouest de Rome. Siège épiscopal. Lorsch Allemagne Hesse – Ville du district de Darmstadt, à 40 km au sud-est de Mayence et 180 km au nord-est de Metz, abrite la célèbre abbaye fondée en 764 par les moines de Gorze. Loutrakis Grèce Petite ville située à proximité de Corinthe, de l’autre côté du canal de l’isthme. Luxeuil France Franche-Comté – Ville de la Haute-Saône, à 70 km au nord de Besançon. Lyon France Rhône-Alpes – Préfecture du Rhône, au confluent de ce fleuve avec la Saône, à 400 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal. Maestricht Pays-Bas Limbourg – Chef-lieu de la province du Limbourg, à 25 km au nord de Liège et 90 km à l’est de Bruxelles. Siège de l’ancien évêché de Tongres-Maastricht, transféré à Liège. Mamilla (act. Isser) Algérie ville antique de la Mauritanie Sitifienne, actuellement située aux environs de Isser près de la ville de Boumerdès, à 60 km à l’est d’Alger. Marchiennes France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Nord, sur la rivière Scarpe, à 30 km au sud-est de Lille. Mariana France Corse – cité romaine dans la province romaine de Corse. Mariana a été une colonie romaine de premier plan fondée en Corse par Marius en 93 av. J.-C. De nos jours, elle est située sur la commune de Lucciana à 1 km de l’aéroport international de Bastia- (nrl. Maastricht) Eglise orthodoxe des Gaules est située sur la commune de Lucciana à 1 km de l’aéroport international de Bastia- Poretta. Marseille France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Préfecture des Bouches-du-Rhône. Siège épiscopal. Maubeuge France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Nord, à 70 km au sud-est de Lille. Maurienne France Rhône-Alpes – La Maurienne est une vallée intra-alpine française où s’écoule la rivière de l’Arc. Située dans le département de la Savoie, elle correspond à l’ancienne province homonyme du Duché de Savoie. Le siège épiscopal situé à Saint Jean–de- Maurienne a été supprimé en 1966. Mauron France Bretagne – Ville du Morbihan, à 45 km à l’ouest de Rennes. Mayence Allemagne Rhénanie-Palatinat – Chef-lieu de l’arrondissement du même nom, à 160 km au nord (all. Mainz) de Strasbourg. Siège épiscopal. Meaux France Ile de France – Sous-préfecture de la Seine-et-Marne, à 41 km l’est de Paris. Siège épiscopal. Meldaert Belgique Région flamande – Localité de la commune d’Hoegaarden dans le Brabant flamand, à 34 km à l’est de Bruxelles. Mélitène Turquie Chef-lieu de la province de même nom à 830 km au sud-est d’Istanbul. Menat France Auvergne – Ville du Puy-de-Dôme, arrosée par la Sioule dans la région naturelle des ème siècle par Saint Combrailles, au sud-est de Montluçon. Son Abbaye fut fondée au 6 Avit. Mende France Languedoc-Roussillon – Préfecture de la Lozère, à 100 km au nord de Montpellier. Siège épiscopal. Méobecq France Centre – Ville de l’Indre, au milieu de la région naturelle de la Brenne, à 80 km au sud- est de Tours. Abrite les restes de l’abbaye fondée en 640 par le roi Dagobert. Mérida Espagne Estramadure – capitale de la Région et de la province de Badajoz, située au sud-ouest de l’Espagne à 280 km au sud-ouest de Madrid. Siège épiscopal. Metz France Lorraine – Préfecture de la Moselle, à 260 km à l’est de Paris. Siège épiscopal. Ancienne capitale du royaume d’Austrasie. Milan (ital. Milano) Italie Lombardie – Capitale de la région Lombardie en Italie du nord à 470 km au nord-ouest de Rome. Siège épiscopal. Milève (act. Mila) Algérie Chef-lieu du département de même nom, à 260 km à l’est d’Alger. Minster-in-Thanet Angleterre Kent – Village du district de Thanet, à 100 km à l’est de Londres, abritant le monastère fondé en 670 par sainte Mildred. Modène Italie Emilie-Romagne – Chef-lieu de la province de même nom, à 165 km au sud-est de Milan. Siège épiscopal. Moldavie Roumanie Région montagneuse située au nord-est de la Roumanie et à cheval entre l’Ukraine, la – Rép. République de Moldavie et la Roumanie. Moldave Monastier France Auvergne – Ville de la Haute-Loire, fondée autour du monastère Saint-Chaffre. Mons Belgique Région wallonne – Chef-lieu de la province du Hainaut, à 50 km au sud-ouest de Bruxelles. Montier-la-Celle France Champagne-Ardenne – Abbaye fondée par Clovis II vers 650 sur la commune actuelle de Saint-André-les-Vergers, département de l’Aube, à la périphérie de Troyes. Montreuil-en- France Basse-Normandie – Village de l’Orne, à 48 km au nord-ouest d’Alençon, abritait jadis Normandie le monastère fondé en 745 par sainte Opportune. France Nord-Pas-de-Calais – La Morinie est dans le nord de la France le nom d’un territoire pouvant être une partie de l’ancien territoire des Morins (ancien peuple de la Gaule) dont le chef-lieu aurait été Thérouanne. (tur. Malatya) (act. Montreuil-au-Houlme) Morinie Eglise orthodoxe des Gaules Morlaix France Bretagne – Sous-préfecture du Finistère, à 170 km au nord-ouest de Rennes. Mozac France Auvergne – ville du Puy-de-Dome, à 15 km au nord de Clermont-Ferrand, abrite l’ancien monastère fondé par saint Calminius vers 750. Munster Allemagne Rhénanie-du-Nord-Westphalie – Chef-lieu du district de même nom, à 260 km à l’ouest de Berlin. Siège épiscopal. Namur Belgique Région wallonne – Chef-lieu de la province de même nom et de la Région wallonne, à 55 km au sud-est de Bruxelles. Nantes France Pays de Loire – Préfecture de la Loire Atlantique à 350 km au sud-ouest de Paris. Siège épiscopal. Nanteuil France Basse-Normandie – Localité de la Manche à 75 km au nord-ouest de Caen. Narbonne France Languedoc-Rousillon – Sous-préfecture de l’Aude à 87 km au sud-ouest de Montpellier. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Nevers France Bourgogne – Préfecture de la Nièvre, à 165 km au sud de Paris. Siège épiscopal. Nice France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Préfecture des Alpes Maritimes, à 160 km à l’est de Marseille. Siège épiscopal. Nicomédie (act. Izmit) Turquie La ville antique se trouve exactement recouverte par la ville moderne, à 80 km au sud- est d’Istanbul. Niranam Inde Kérala – Ville de lacôte sud-ouest de l’Inde dans l’Etat de Kérala, à 2000 km au sud de New-Dehli et 460 km au nord ouest de Colombo (Ceylan) Nisibe (act. Nusaybin) Turquie Actuellement petite ville à la frontière turco-syrienne , à 630 km aunord-est de Beyrouth. Nivelles Belgique Région wallonne – Ville du Brabant wallon à 27 km au sud de Bruxelles. Abrite le célèbre monastère double fondé par saint Amand en 650. Nole (ital. Nola) Italie Campanie – Ville de la Province de Naples, à 25 km au nord-est de cette ville et à 200 km au sud-est de Rome. Abrite le tombeau de saint Paulin. Nordwick Pays-Bas Hollande Méridionale – Ville située à 33 km au sud-ouest d’Amsterdam. Noyon France Picardie – Ville de l’Oise, à 90 km au nord-nord-est de Paris. Siège épiscopal. Oberaltaich Allemagne Bavière – Village du district de Straubing-Bogen, à 120 km au nord-est de Munich. Abrite un monastère fondé en l’an 1000 par le comte Frédéric de Bogen. Ogilvy (act. Pitlessie) Ecosse Comté de Fife – petite localité de l’est de l’Ecosse connue pour être le lieu de naissance de Saint Donald, à 40 km au nord d’Edimbourg. Ohrid Macédoine Ville du sud-ouest de la République de Macédoine, située en bordure du lac du même nom, à 400 km au sud de Belgrade. France Aquitaine – Sous-préfecture des Pyrénées Atlantiques, à 180 km au sud de Bordeaux. Ancien siège épiscopal supprimé en 1801. Russie Russie Centrale – Le célèbre monastère se trouve 4 km à l’est de Kozelsk, ville du district de Kalouga , à 220 km au sud-est de Moscou. (act. Saint-Marcouf) (nrl. Noordwijck) (act. Oberalteich) (maced. Ochrid) Oloron (act. Oloron-Sainte-Marie) Optino Orcades (angl. Orkney Iles Archipel situé au nord de l’Écosse. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées. Islands) Brittaniques Origny (act. Origny- France Picardie – Ville de l’Aisne, à 14 km à l’est de Saint-Quentin. Orléans France Centre – Préfecture du Loiret., à 110 km au sud de Paris Siège épiscopal. Osnabruck Allemagne Basse-Saxe – Ville chef-lieu du district de même nom , à 360 km à l’ouest de Berlin, à proximité de la Teutoburgerwald. Siège épiscopal. Palestrina Italie Latium – petite ville de la province de Rome, à 35 km à l’est de cette ville. sainte-Benoite) Eglise orthodoxe des Gaules Espagne Navarre – Chef-lieu de la communauté autonome de Navarre, à 320 km au nord-nord- est de Madrid. Siège épiscopal. Hongrie Ancienne province de l’empire romain en Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Italie Ombrie – chef-lieu de la province de même nom et capitale de la Région, à 135 km au nord de Rome. Siège épiscopal. Phrygie Turquie La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Sa ville principale est actuellement Ankara (Ancyre). Poitiers France Poitou-Charentes – Préfecture de la Vienne. Siège épiscopal. Provins France Ile-de-France – Sous-préfecture de la Seine-et-Marne, à 77 km au sud-est de Paris. Prum (all. Prüm) Allemagne Rhénanie-Palatinat – ville d’Allemagne située dans l’Eifel, qui est la partie orientale des Ardennes, à 55 km au nord-nord-ouest de Trêves. C’est par le Traité de Prüm que Lothaire Ier partagea en 855 la Francie médiane entre ses trois fils. Il se fit ensuite Pampelune (esp. Pamplona-Irunea) Pannonie (lat. Pannonia) Pérouse (ital. Perugia) moine et mourut peu après à l’abbaye de Prüm. Qalamoun Egypte Monastère copte orthodoxe « Saint Samuel le confesseur » à 150 km au sud-ouest du Caire. Quimper France Bretagne – Préfecture du Finistère, sur les rives de l’Odet, à 480 km à l’ouest-sud- ouest de Paris. Siège épiscopal. Quimperlé France Bretagne – Ville du Finistère, à 170 km au nord-ouest de Nantes. Radonège Russie District de Moscou – La ville de Sergeï Possad se trouve à 70 km au nord-est de Moscou. Elle portait le nom de Zagorsk jusqu’en 1991. Elle abrite le célébrissime monastère de la Trinité-Saint-Serge. Allemagne Bavière – Ville du district de Haut-Palatinat, à 100 km au nord- nord-est de Munich. Siège épiscopal. Italie Emilie-Romagne – Ville principale de la Province du même nom, à 280 km aun ord de Rome. Siège épiscopal. Rebais France Ile-de-France – Ville de Seine-et-Marne, à 65 km à l’est de Paris. Redon France Bretagne – Sous-préfecture de l’Ille-et-Vilaine, située au confluent de l’Oust et de la Vilaine, à 60 km au sud-ouest de Rennes. Reichenau Allemagne Bade-Wurtemberg – Reichenau est une île du lac de Constance située entre cette ville et les chutes du Rhin. Elle abrite une célèbre abbaye fondée en 724 par Saint Pirmin. Reims France Champagne-Ardenne – Sous-préfecture de la Marne. Siège épiscopal Remiremont France Lorraine – Ville du département des Vosges, bâtie autour du monastère fondé par saint Romaric en 620, à 125 km au sud de Metz. Rennes France Bretagne – Préfecture de l’Ille-et-Vilaine à 300 km au sud-ouest de Paris. Siège épiscopal. Réome (act. Moutiers- France Bourgogne – Ville de la Côte d’Or, à 67 km au nord-ouest de Dijon. Rhuys France Bretagne – La presqu’île de Rhuys est située dans le département du Morbihan, à 100 km au nord-ouest de Nantes. Riez France Provence-Alpes-Côte d’Azur – ville des Alpes de Haute-Provence, au sud de Digne. Ancien siège épiscopal supprimé en 1802. Rimnic Roumanie Région située dans l’ouest de la Roumanie près de la frontière serbe. Rochechouart France Limousin – Sous-préfecture de la Haute-Vienne, à 35 km à l’ouest de Limoges. Rodez France Midi-Pyrénées – Préfecture de l’Aveyron, à 120 km au nord-est de Toulouse. Siège épiscopal. (act. Sergeï Possad) Ratisbonne (all. Regensburg) Ravenne (ital. Ravenna) saint-Jean) Eglise orthodoxe des Gaules Roermond Pays-Bas Limbourg – Ville du Limbourg néerlandais, à 120 au nord-est de Bruxelles. Rosporden France Bretagne – Ville du Finistère à 20 km à l’est de Quimper. Ross Ecosse Ancien diocèse de l’extrême nord de l’Ecosse au nord-ouest d’Inverness (à 200 km au nord-ouest d’Edimbourg). Actuellement porte le nom de diocèse de Moray, Ross et Caithness (Eglise épiscopale écossaise). Rouen France Haute-Normandie – Préfecture de la Seine-Maritime et capitale de la région, à 110 au nord-ouest de Paris. Siège épiscopal. Ruspe Tunisie Ancienne ville de Byzacène, siège épiscopal de saint Fulgence, à 190 km au su-est de Tunis. France Bretagne – Préfecture des Côtes-d’Armor, à 80 km au nord-ouest de Rennes. Siège épiscopal. Saint-Dolay France Bretagne – Ville du Morbihan, à 65 km au nord-ouest de Nantes. Saint-Gall Suisse Saint-Gall – Chef-lieu du canton de même nom, à 160 km au nord-est de Berne. Saint-Maur-des- France Ile-de-France – Ville du Val-de-Marne, à 14 km au sud-est de Paris. Abritait autrefois Fossés une abbaye colombanienne fondée en 639 par le roi Clovis II. Saint-Omer France Nord-Pas-de-Calais – Sous-préfecture du Pas-de-Calais, à 50 km au nord-ouest de Lille. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Saint-Quentin France Picardie – Sous-préfecture de l’Aisne, à 130 km au nord-nord-est de Paris. Saint-Riquier France Picardie – Ville de la Somme, à 35 km à l’ouest d’Amiens. La ville s’appelait jadis Centule, ancienne cité monastique qui s’est développée autour du monastère fondé en 625 par Saint-Riquier. Saintes France Poitou-Charentes – Sous-préfecture de la Charente-Maritime entre Poitiers et Bordeaux. Siège épiscopal. Salins France Franche-Comté – Ville du Jura à 35 km au sud de Besançon. Salzbourg Autriche Salzbourg – Chef-lieu de la province de même nom, à la frontière austro-allemande, à 115 km au sud-est de Munich. Saintes Belgique Région wallonne – Localité du Brabant wallon, sur la commune de Tubize, à 22 km au sud-ouest de Bruxelles Sardes (act. Sadhili) Turquie la ville antique, qui présente es ruines impressionnantes, est à proximité du village de Sadhili, province de Manisa, à 290 km au sud-ouest d’Istanbul. Saroug (act. Süruç) Turquie Ville de Turquie à proximité de l’Euphrate et de la frontière syrienne. Saragosse Espagne Aragon – Chef-lieu de la province de même nom, à 280 km au nord-est de Madrid. Siège épiscopal. Saujon France Poitou-Charentes – Ville de la Charente Maritime arrosée par la Seudre, à l’ouest de Saintes. Saumur France Pays-de-Loire – Sous-préfecture du Maine-et-Loire, à 60 km au sud-ouest de Tours. Scété Egypte Le site des monastères de Scété et de Nitrie, se trouve à 100 km au nord-ouest du Caire. Les monastères sont toujours en fonction. Sébaste (act. Sivas) Turquie Ancienne ville de Petite Arménie, à 700 km à l’est d’Istanbul Séez (act. Sées) France Basse Normandie – Ville de l’Orne, à 20 km au nord d’Alençon. Siège épiscopal. Senlis France Picardie – Sous-préfecture de l’Oise à 40 km au nord de Paris. Ancien siège épiscopal supprimé en 1802. Sens France Bourgogne – Sous-préfecture de l’Yonne à 90 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal. (act. As Sabbah) Saint-Brieuc (br. Sant Brieg) (all. Sankt-Gallen) (act. Salins-les-Bains) (nerl. Sint-Renelde) (esp. Zaragoza) (act. Wadi Natroun) Eglise orthodoxe des Gaules Séville Espagne Andalousie – chef-lieu de la communauté autonome d’Andalousie et de la Province de Séville, à 390 au sud-ouest de Madrid. Siège épiscopal. Sherborne Angleterre Dorset – Ville du comté de Dorset, à 180 km au sud-ouest de Londres. Siège épiscopal. Sirmium (act. Sremska Serbie Voïvodine – Chef-lieu du district de Syrmie, à 70 km au nord-ouest de Belgrade. Mitroviça) Sithiu France Nord-Pas-de-Calais – Ancien nom de la ville de Saint-Omer. Le Mont Sithiu culmine à 21 m d’altitude. Soissons France Picardie – Sous-préfecture de l’Aisne à 90 km au nord-est de Paris. Siège épiscopal. Solignac France Limousin – Ville de la Haute-Vienne à 8 km au sud de Limoges . Abrite l’abbaye fondée par Saint Eloi en 631. Sorrente Italie Campanie – Ville de la province de Naples, à l’autre extrémité de la baie. Stavropol Russie Kraï de Stavropol – Chef-lieu de la province de même nom, situé à 1 230 km au sud de Moscou, au pied des montagnes du Caucase. Steyning Angleterre West-Sussex – ville du district de Horsham, à 70 km au sud de Londres. Strasbourg France Alsace – Préfecture du Bas-Rhin. Siège épiscopal. Syracuse Italie Syracuse – Chef-lieu de la province du même nom à la pointe sud de l’île de Sicile. Siège épiscopal. Talloires France Rhône-Alpes – Ville de Haute-Savoie, sur le lac d’Annecy, à 100 km à l’est de Lyon. Tambov Russie Oblast de Tambov – Chef-lieu de la province de même nom, situé à 419 km au sud-est de Moscou. Tarentaise France Vallée intra-alpine de . Elle fut une des six =du Duché de Savoie. Tarragone Espagne Catalogne – Chef-lieu de la province de même nom, à 80 km au sud-ouest de Barcelone. Siège épiscopal. Tarse Turquie La ville natale de Saint Paul se trouve à 680 km au sud-est d’Istanbul et 345 km au nord-ouest de Beyroouth. Thagaste Algérie Thagaste est l’actuelle Souk-Ahras, en Algérie. Elle est principalement connue être la ville natale de saint Augustin. Elle est située à 100 km au sud-est d’Annaba, ancienne Hippone, ville dont il fut évêque, et à 200 km au sud-ouest de Tunis. Thérouanne France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Pas-de-Calais à 60 km à l’est de Lille. Ancien siège épiscopal supprimé en 1557. Thessalonique Grèce Macédoine-centrale – Chef-lieu de la région et de la province de même nom, à 300 km au nord d’Athènes. Siège épiscopal. Thmuis (act. Tell el Egypte cette ville antique se situe dans le delta du Nil à 100 km au nord du Caire . Ancien siège épiscopal. Tholey Allemagne Sarre – Ville de l’arrondissement de Saint-Wendel à 28 au nord de Sarrebruck. Abrite une abbaye fondée en 570 par saint Magnéric, évêque de Trêves. Timisoara Roumanie Banat – chef-lieu de la région, à 400 km au nord-ouest de Bucarest. Siège épiscopal. Tolède Espagne Castille-Mancha – Chef-lieu de la région et de la province de même nom, ancienne capitale de l’Espagne, à 60 km au sud-sud-ouest de Madrid. Siège épiscopal. Tomar Portugal Centre – ville du district du Tage-Moyen, à proximité de Santarem, à 120 km au nord- est de Lisbonne. Toul France Lorraine – Sous-préfecture de la Meurthe-et-Moselle, à 260 km à l’est de Paris. Ancien siège épiscopal supprimé en 1802. Toulouse France Midi-Pyrénées – Chef-lieu de la région et du département de la Haute-Garonne, à 580 km au sud de Paris. Siège épiscopal. Tournai Belgique Région wallonne – Ville de la province de Hainaut, à 70 km au sud-ouest de Bruxelles. Siège épiscopal. (ital. Syracusa) (act. Souk Ahras) Timay) Eglise orthodoxe des Gaules Tours France Centre – Préfecture de l’Indre-et-Loire. Siège épiscopal. Tréguier France Bretagne – Ville des Côtes-d’Armor, au nord-ouest de Saint-Brieuc, ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Trêves (all. Trier) Allemagne Rhénanie-Palatinat – Ville principale de l’arrondissement du même nom, sur la Moselle à 80 km au nord de Metz. Siège épiscopal. Ancienne préfecture du prétoire des Gaules. Tricastin France Le Tricastin est une région naturelle et historique de la vallée du Rhône comprise entre le sud-ouest de la Drôme et le nord-ouest du Vaucluse. Trimithonte Chypre Ancienne ville de l’île de Chypre à 20 km à l’est de Nicosie. Troclar (act. Lagrave- France Midi-Pyrénées – localité de la commune de Lagrave dans le Tarn, à 13 km au sud- ouest d’Albi, où des fouilles archéologiques ont mis à jour les restes du monastère fondé par sainte Ségolène vers 620. Troyes France Champagne-Ardenne – Préfecture de l’Aube, à 130 km au sud-est de Paris. Siège épiscopal. Tyrol Autriche Région alpine qui s’étend entre l’Autriche et l’Italie du nord (Haut-Adige) et dont la ville principale est Innsbruck Utrecht Pays-Bas Utrecht – Ville des Pays-Bas, chef-lieu de la province du même nom au sud-est d’Amsterdam. Siège épiscopal. Uzès France Languedoc-Roussillon – Ville du Gard, à 20 km au nord de Nîmes. Ancien siège épiscopal supprimé en 1792. Vaison France Provence-Alpe-Côte d’Azur – Ville du Vaucluse, à 45 km au nord-est d’Avignon. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Valence France Rhône-Alpes – Préfecture de la Drôme à 90 km au sud de Lyon. Siège épiscopal. Vandières France Lorraine – ville de Meurthe-et-Moselle, à 30 km au nord de Nancy. Patrie de saint Jean de Gorze (Jean de Vandières). Vence France Provence-Alpes-Côte d’Azur – Ville des Alpes Maritimes à 20 km au nord-ouest de Nice. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Vendôme France Centre – Ville du Loir-et-Cher, à 60 km au sud-ouest d’Orléans. Verdun France Lorraine – Sous-préfecture de la Meuse, à 50 km à l’ouest de Metz. Siège épiscopal. Vérone (ital. Verona) Italie Vénétie – Chef lieu de la province du même nom, sur les rives de l’Adige, à proximité du lac de Garde. Siège épiscopal. Verulam (act. Saint- Angleterre Hertfordshire – Verulamium était la troisième plus grande ville britto-romaine de la province romaine de Bretagne. Elle se trouvait au sud-ouest de l’actuelle ville de St Albans dans le Hertfordshire (à 30 km au nord-ouest de Londrres) Vexin France Le Vexin est une région du nord-ouest de la France. On peut le délimiter approximativement d’est en ouest entre Pontoise et Romilly-sur-Andelle (environ 20 km avant Rouen). Vienne France Rhône-Alpe – Sous préfecture de l’Isère, à 20 km au sud de Lyon. Ancien siège épiscopal supprimé en 1790. Viviers France Rhône-Alpe – Ville de l’Ardèche , à 60 km aun ord d’Avignon. Ancien siège épiscopal supprimé en 1801. Wallers-en-Fagnes France Nord-Pas-de-Calais – Ville du Nord, à 100 km au sud-est de Lille. Wilton Angleterre Wiltshire – Ville du comté de Wiltshire, à proximité de Salisbury et à 180 km au sud- ouest de Londres. Winchester Angleterre Hampshire – Chef-lieu du comté, anc ienne cpaitale du Royaume de Wessex, à 100 km au sud-ouest de Londres. Siège épiscopal. Worcester Angleterre Worcestershire – Chef-lieu du comté de même nom, sur la rivière Severn, à 165 km aun ord-ouest de Londres. Siège épiscopal. Wormhout France Nord-Pas de Calais – Ville du Nord, à 50 km au nord-ouest de Lille. Wurtzbourg (all. Allemagne Bavière – Ville du district de Basse-Franconie, sur le Main, à 200 km au nord-est de Strasbourg. Siège épiscopal. en-Albigeois) Albans) Würzburg) Eglise orthodoxe des Gaules York Angleterre Yorkshire – Chef-lieu du comté de même nom, à 280 km aun ord de Londres. Siège métropolitain du nord de l’Angleterre.

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 12:25

25 août, 2011

Quod non iretur ad Tanam Libro « Né Turchi né Ebrei ma nobili ragusei »

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 0:36

etudededroitcoordinatestudioavvocaticaracciezamparutti.jpg

Quod non iretur ad Tanam
Libro « Né Turchi né Ebrei ma nobili ragusei »

Racconta Charles King come nel 1235 “un gruppo ambizioso di quattro frati domenicani” si mise in viaggio dall’Ungheria per scoprire l’antica patria dei magiari, che si pensava situata lungo il Volga: “[…] navigarono lungo il Danubio, poi attraversarono il Mar Nero e infine risalirono il Don […]”1.

All’epoca, le prime incursioni mongole stavano per colpire la regione (1241-42) e, anzi, fra Julian, trovò la civiltà a oriente, cioè quella ‘pax mongolica’ che, secondo l’autore, “permise al commercio e ai contatti di fiorire per un certo tempo durante il Medioevo”2.

L’opinione del rumeno Ion Bulei è, sul punto, un poco differente: “il flagello dell’invasione tartara ebbe anche l’effetto indiretto di arrestare per un certo tempo l’espansione ungherese verso l’oriente”3; dove pare di cogliere sicuramente un giudizio negativo nel sostantivo ‘flagello’ e un sottinteso positivo nell’ ‘effetto indiretto’.

Non sarebbero, comunque, stati anni facili, a considerare le molteplici sconfitte europee, e forse per ciò le grandi vie fluviali del nord al Mar Nero – Danubio, Dnestr, Dnepr, Don, Kuban – non furono convenientemente praticate, benché in specie il Danubio fosse navigabile con navi maggiori fino al cuore d’Europa e rappresentasse, quindi, una comoda direttrice di commercio.

Sicuramente , non può condividersi l’osservazione per cui i traffici “per un certo tempo” sarebbero fioriti per volontà mongola, se non altro a considerare che – per via fluviale o marittima – al Mar Nero bisognava arrivare; quindi, da quella costa settentrionale in sei mesi una carovana poteva vedere la Cina (contando, lungo la strada, sulla sicurezza offerta dalla cavalleria mongola) oppure da Trebisonda dirigersi in Persia.

Il mar Nero, tra il 1200 e la metà del XV secolo può ben dirsi “la plaque tornante” del commercio euro-asiatico [Bratianu] e quando gli Ottomani sigillarono gli stretti e distrussero le colonie genovesi di Crimea, della costa settentrionale e di Dobrugia, inibendone anche a Venezia la navigazione, si segnò la fine di un’epoca.

Le vie fluviali al Mar Nero possono essere ricordate, tra gli altri, con lo stesso C. King per cui “i fiumi del nord portavano il traffico attraverso la Polonia e la Russia fino al Mar Baltico, un’antica rotta che una volta aveva portato l’ambra al Mediterraneo e ora portava seta, pellicce e pelli di animali alle città in espansione dell’Europa del nord. I manufatti, soprattutto tessili, arrivavano dall’Europa centrale e venivano poi distribuiti da un capo all’altro della steppa euro-asiatica. I cereali e le spezie circolavano della direzione opposta verso l’Europa centrale o attraverso il Bosforo fino all’Egeo”4.

E ancora “la via valechiensis dei portolani del XIV secolo, interessava anche i magiari, che volevano stornare una parte del traffico a favore della Transilvania”5; e così, almeno, fino “all’inizio del quattrocento (quando) gli interessi dei polacchi cominciarono a volgersi verso il Baltico; quelli degli ungheresi verso l’Adriatico”6.

Tuttavia, ben più importanti delle vie fluviali furono quelle marittime al Mar Nero tracciate e garantite dall’Adriatico e dell’occidente italiano, attraverso gli stretti, da Venezia e Genova (e con minore importanza da Ragusa che per i suoi rapporti preferenziali con i Turchi frequentò il Mar Nero per tutto il XVI secolo e raggiungeva normalmente Istanbul anche via terra; e da Pisa).

Un’approfondita trattazione separata (soprattutto giuridica nel senso esposto più avanti) meriterebbero i rapporti di scambio con l’Ungheria; di grande interesse, sul punto, l’articolo di Józef Bessenyei, del 2004, per l’Associazione >7 dove bene si evidenziano le frequentazioni commerciali, il tipo di merce, la via degli scambi italo-magiari che scendendo (soprattutto) traverso la slovena Ptuj (la romana Petovium, sulla Drava) raggiungeva Venezia, benché “il primo affare di gran rilievo con il Regno d’Ungheria, in questa zona, venne messo a segno da una compagnia fiorentina, che acquisì il diritto di esportare dal regno magiaro dagli 8.000 ai 10.000 quintali d rame l’anno, diretti a Venezia per essere raffinati. Questa attività durò fino al 1391; nello stesso territorio e nello stesso periodo, si registra una notevole esportazione di oro dall’Ungheria”8.

Si tratta, quindi, di rapporti non occasionali e antichi, che soffriranno le vicende politiche, in specie i conflitti veneto-ungheresi in Adriatico, seppure un imponente rifornimento di bestiame vivo dall’Ungheria a Venezia non sia, pare, mai cessato.

La storia della ‘colonizzazione’ del Mar Nero, meglio dell’apertura del Mare Maggiore alla mercatura italiana e alla sua originale e nuova disciplina giuridica, prende abbrivio con la formazione dell’Impero Latino d’Oriente, quando Venezia navigò oltre Costantinopoli pare insediandosi allora (1206) a Tana, sull’estuario del Don, nel mare d’Azov, come naturale approdo per l’Oriente.

Così durante la diaspora delle èlite bizantine (Comneni a Trebisonda, Angeli in Epiro e, soprattutto, Paleologhi a Nicea) genovesi e pisani, sopravvissero al predominio commerciale veneziano che cresceva in Mar Nero, riuscendo anche a ottenere propri scali concorrenti; ma nel 1261 cambiò il vento di Levante, mostrando come, nonostante la ormai conclamata debolezza, l’Impero Romano d’Oriente ne fosse anche il fulcro.

Applicando la prima semplice legge della politica – il nemico del mio nemico è mio amico, già adottata dai bizantini il secolo precedente in funzione antinormanna – Giovanni Paleologo, il 13 marzo 1261, a Ninfeo, nei pressi di Nicea, perfezionava con Genova un elaborato e ampio trattato militare e commerciale con cui i liguri si impegnavano a sostenere Giovanni nella riacquisizione dell’Impero bizantino, mentre si concedevano alla Superba e ai suoi cittadini vantaggi doganali amplissimi, nonché l’esclusiva (con i pisani) della navigazione nel Mar Nero.

Il trattato veniva solennemente ratificato a Genova, con traduzione latina, il 15 luglio 1261…”iverint ad excellentissimum imperatorem Grecorum [tra l’altro, non più dei Romani, n.d.r] serenissimum dominum Michaelum, et fecerint convencionem cum ipso […]9 In primis […] et quod habebit guerram de cetero cum comuni Veneciarum et cum Veneticis omnibus, inimicis nostris, et quod non facies pacem cum ipso comuni, treguam neque concordium sine consciencia et voluntatem comunis Ianue […]” e, viceversa “sine cosciencia et voluntate nostri imperii”10 un impegno, dunque, reciproco alla guerra contro Venezia; la quale, a Costantinopoli, tanto al sicuro non doveva sentirsi da inviare, suo malgrado, la flotta a occupare una vicina isoletta strategica, la lasciando sguarnita la Città.

Così, il 16 luglio, il giorno dopo la ratifica del trattato, il generale di Nicea Alessio Strategopulo entrava in Costantinopoli senza colpo ferire, e ponendo così termine all’impostura dell’Impero Latino d’Oriente. Genova non aveva speso un ducato né conferito una goccia di sangue.

Naturalmente, i genovesi neppure discussero della piena validità del trattato del Ninfeo che, oltre a riconoscerla quale nazione più favorita, garantiva l’espulsione dei veneziani dal Mar Nero: scriveva un cronista bizantino, “il mare appartiene solo a loro”.

Curando la stesura del trattato del Ninfeo, d’altra parte, i consulenti e diplomatici genovesi dovevano avere tenuto ben presente il precedente, importante strumento internazionale risalente all’XI secolo con cui Costantinopoli favoriva analogamente Venezia (a eccezione dell’esclusiva nel Mar Nero) perché intervenisse contro i Normanni: allora (1081) fu adottata, per quello strumento, la forma unilaterale di (otto) privilegi concessi dall’Imperatore ai veneziani; le cose, come noto, si risolsero in fretta con la morte improvvisa, a Cefalonia, di Roberto il Guiscardo e l’esercito normanno si disfece; quindi, gli Imperatori succeduti a quell’Alessio II, che i privilegi aveva concesso sotto forma di “bolla d’oro” e decreto unilaterale, sostennero come la validità dei privilegi fosse venuta meno con la more di chi aveva pronunciati, provocando una violenta reazione marciana, anche armata, perché bene si intendeva in lagun la crisobolla essere “la pietra angolare dell’Impero coloniale veneziano nel Mediterraneo” (S. Ronchey).

Al contrario, il trattato (trattato, appunto) del Ninfeo è redatto in forma concettuale di piena reciprocità e non a caso, nelle molte pagine del documento, si ripetono numerose volte termini quali conventio, fecerint convencionem, e ripetendo i reciproci obblighi tra qui, da parte dell’Imperatore bizantino, “Promisit iterum et convenit quod non permittet ire de cetero negociatum intra maius mare aliquem Latinum nisi Iasnuenses et Pisanos”11.

Genova non perse tempo per dare fondamenta al proprio impero coloniale levantino.

In Crimea, (la Gazaria) dove si sarebbe sviluppata Caffa, la maggiore delle città genovesi con giurisdizione sulle altre del Mar Grande, la situazione politica era tutt’altro che pacifica e, comunque, Costantinopoli non v esercitava sovranità alcuna, perché ormai territorio mongolo e pare che Genova acquistò dall’Orda di Oran – Timur la terra necessaria nel sito antico di Teodosia, nel sud-est della penisola, protetto da una catena di monti alle spalle (da sembrare la madrepatria); pare fosse il 1266 e quesito allora chiamato Kafà; il primo console generale (Paolino Doria) si insediò a Caffa nel 1289 (l’ultimo, Antoniotto Della Gabella, nel 1475).

Caffa fu capitale, autonoma da Pera, di altre numerose città genovesi e centri commerciali minori in Crimea come in tutta la costa settentrionale del Mar Nero, senza dimenticare la forte presenza a Trebisonda.

Si garantiva, in tale modo, la regolarità dei traffici e della navigazione tra quelle città, Costantinopoli, il medioriente e Genova; in più, si era progettata una barca a fondo piatto, adatta alla navigazione fluviale che, all’occorrenza, poteva essere trasportata via terra per cui era agevole risalire un fiume e ridiscendere un altro durante la stessa spedizione. Con simili messi i Genovesi raggiunsero e navigarono anche il Mar Caspio, chiuso fino allora da leggende paurose.

Quindi, l’importante sviluppo dei traffici d’Oriente convinse il governo di Genova a istituire nel 1316 l’Ufficio degli Otto Sapienti di Gazaria, cui fu conferito potere legislativo esclusivo per le questioni marittime del levante, ultra Siciliam, a regolare il commercio fino a Tabriz (dove stabilmente sedeva un console genovese) seppure il tratto del viaggio da Trebisonda a Tabriz si svolgesse, evidentemente, a dorso di cammello e ciò a mostrare la continuità della “linea”, a cadenza semestrale, Genova – Pera – Caffa – Trebisonda – Tabriz.

Ancora oggi provvedimenti degli Otto Sapienti di Gazaria, costituiscono una sorta di “codice della navigazione” di grande importanza per le più varie questioni ivi affrontate e risolte riguardanti per esempio, la struttura della nave, il bordo libero, le rotte, la precisa navigazione a toccare sempre gli stessi porti, obbligatoriamente in convoglio è “di conserva”, cioè con equa divisione del rischio di perdita del carico tra tutte le navi.

Va detto che il trattato del Ninfeo, non riuscì a espellere conostante le intenzioni, Venezia dal Mar Nero: il leone marciano, particolarmente nei siti di Tana (mare d’Azov, sul Don) e Trebisonda (arrivo delle carovane di Tabriz) rimase ben presente a costo di scontri diplomatici e armati con Genova e talora con Bisanzio, magari con il sostegno dell’Impero di Trebisonda.

E’ ancora recente un’approfondita disamina degli aspetti politici sull’argomento da parte di Ovidiu Cristea titolata, appunto, “Venezia e il Mar Nero”12. Minuzioso anche il volume di Sergey P. Karpov riguardo l’Impero di Trebisonda e i suoi rapporti con l’Italia13.

Lex Mercatoria

Genova, sicuramente dominante dopo il 1261, non potevatrascurare il Danubio dove i liguri si insediarono nelle località di Licostomo e Chilia, costituito porto fluviale sul ramo settentrionale del delta; mentre Licostomo (un’isola del delta) pare fosse attribuita una valenza militare.

Quanto meno dal 1360 è documentata anche a Chilia e Licostomo la presenza di notai di cui sono conosciuti più di cento rogiti; senza, naturalmente compiere un’analisi tecnica, si vuol dire come quegli atti, confezionati non soltanto per mercanti italiani, stanno a testimoniare l’affermazione anche nel delta di quella nuova lex mercatoria che, tra il XII e il XVI secolo, rivoluzionò per sempre l’approccio e la regolamentazione dell’attività commerciale14.

Chilia e Licostomo, pur non conseguendo mai l’importanza di Caffa, già a metà ‘300, e quegli atti lo dimostrato, erano vivaci centri di commercializzazione delle risorse locali (miele, cera, grano) e ricchi centri finanziari; ma, soprattutto, “Chilia e Licostomo stavano (allora) straformando in empori internazionali del commercio polacco e ungherese”15

A questo punto si vuole meglio evidenziare il grande contributo offerto alla modernizzazione e alla secolarizzazione della società medievale da parte di quegli strumenti giuridici speciali, rivolti alla mercatura, che trovano fonte spontanea nei Comuni, particolarmente marittimi, e nelle corporazioni italiane; strumenti tanto efficaci da affermarsi quasi per forza propria e con un’espansione territoriale che seguiva gli insediamenti del mercante; non a caso i veneziani, genovesi, ragusei ecc., ovunque si stabilissero, si dedicavano anzitutto a ottenere dall’autorità del luogo un territorio, magari una strada soltanto, di loro esclusiva giurisdizione, non soltanto per affermazione di autonomia, ma per commerciare non secondo diritto comune o usi feudali, sebbene tramite la c.d. lex mercatoria i cui istituti soltanto apparivano funzionli alla nuova economia, non più di scambio, legata alla vita del castello, ma dotata di ben altro respiro; istituti e strumenti giuridici funzionali alla nuova figura del mercante.

Poche pagine rappresentano meglio la nuova professione regolata dal nuovo diritto, di quelle, magistrali, di Umberto Santarelli:

Nel nostro vocabolario corrente col termine mercante – col suo moderno sinonimo commerciante, voglio dire – si suol definire colui che esercita professionalmente l’attività del comprare e rivendere (tra imprenditori, nel caso del commercio all’ingrosso; da imprenditori a consumatori nel commercio al minuti). E’ un’attività, la sua, che si interpone tra due termini diversi e pur funzionalmente complementari: la produzione da una parte, e dall’altra il consumo. Ma rispetto alla produzione (agraria o industriale, questa oggi prevalente su quella) il commercio si pone in funzione strumentale, come veicolo di collegamento della produzione stessa con il consumo: per dire tutto questo con una parola sola, gli economisti parlano del commercio (e dei servizi) come di settore terziario rispetto all’agricoltura e all’industria16.

Ciò di cui si parla, invece,

[…] fu ben altro e di più che l’esercente una funzione terziaria. Fu, al contrario, colui che – per usare la nostra terminologia moderna – “analizzò il mercato” per accertare la domanda potenziale in termini di qualità e quantità prevedendone l’evoluzione. Sulla base di questa previsione provvide a commissionare il prodotto agli artigiani dirigendo le varie fasi della lavorazione affidate spesso a botteghe diverse. Immagazzinò poi il prodotto e provvide ad immetterlo sui mercati (non solo, naturalmente, su quello della propria città, ma su quelli – spesso anche lontanissimi – sui quali più vivace era la domanda e conseguentemente più pingue poteva essere il profitto).

Di tutte queste operazioni il mercante si addossava l’onere e il rischio: dall’analisi di mercato, della conseguente scelta delle merci da far produrre, dalle modalità e dei tempi di produzione, dell’ammasso del prodotto nei magazzini, del suo trasporto infine e della vendita. Le difficoltà tecniche erano, com’è evidente, diverse e gravi; e richiedevano grande perizia in chi doveva affrontarle e superarle. Non minore era il rischio economico: un errore nell’analisi di mercato e nelle previsione di vendita; un difetto nella direzione della produzione che ne avesse aumentato i costi o prolungato i tempi; un eccesso di merce in magazzino che avesse inutilmente immobilizzato masse anche ingenti di capitale, o – al contrario – una carenza delle riserve che avesse reso impossibile soddisfare con profitto un’impennata della domanda: erano tutti pericoli (e pericoli gravi) ai quali il mercante era quotidianamente esposto. Il mercante, e lui solo: non gli artigiani-produttori, che si limitavano ad eseguire i lavori loro commessi riscuotendone dal mercante il compenso pattuito e restando così estranei a quello che noi oggi chiamiamo rischio d’impresa (ma pagando – ovviamente – questa loro indennità con la perdita, a vantaggio del mercante, di una parte non trascurabile del loro potenziale compenso). Ciò significa che di tutti coloro che a vario titolo e con diversità di funzioni partecipavano al processo produttivo, il solo mercante rivestiva nel fatto la qualifica di imprenditore, perché solamente a lui competeva di pianificare prima e di dirigere poi l’intero processo produttivo delegando soltanto l’esecuzione di alcune fasi di questo procedimento a terzi (che si assumevano la funzione sostanziale di lavoranti a domicilio), e di tutto assumendosi – giusto come si conviene all’imprenditore – il rischio economico17.

Si diceva della forza modernizzatrice e secolarizzante di quello che verrà un ordinamento giuridico organico di cui il nostro mercante-imprenditori, così ben descritto, si servirà insieme ai nuovi “banchi” e alla tecnica della partita doppia; simili istituzioni non avevano allora, naturalmente, confini (come non ne aveva il diritto comune) e così la diffusione territoriale del nuovo jus mercatorum trovata negli ordinamenti feudali, aristocratici e contrari alle autonomie comunali.

Altrimenti dicendo, il nuovo diritto “espande rapidamente il suo ambito territoriale di applicazione. Si diffonde, col diffondersi dei traffici, in ogni zona dell’Europa continentale”18, ovvero “le regole del commercio vennero […] sottratte alla compromissoria mediazione della società politica; esse poterono […] varcare i confini comunali ed espandersi, come regole professionali della classe mercantile, fin dove si estendevano i mercati”19.

Lo sviluppo della società ungherese (già si è visto) può essere di particolare interesse riguardo quanto si va dicendo, sia per la presenza di mercatura italiana, soprattutto fiorentina, a Buda20; quindi a motivo dei contatti italo-magiari sul delta come sulla costa adriatica dove le città principali (Ragusa, anzitutto, Zara, Spalato e altre godevano di propri statuti di autonomia, rispettati dagli ungheresi, nonché di soldi organizzazioni di corporazione).

Uno studio comparato appare, dunque, ben meritevole di adeguata dedizione come si compie proficuamente per l’umanesimo o le belle arti anche dall’Italia si diffondevano nel nord e nell’est Europa.

Per convincersi del ‘nuovo’ rispetto alle istituzioni ormai irrigidite dal diritto comune diffuso nell’Europa tutta, è, sufficiente ricordare alcuni dei principali negozi elaborati dall’uso mercantile italiano:

- il ‘prestito a cambio marittimo’, da cui verrà l’assicurazione;

- il contratto di ‘commenda’, utilizzato per affari di terra e di mare, dal quale nascerà la società in accomandita;

i contratti obbligatori con merci assenti, magari con pagamenti tra piazza lontane, ex causa cambii, da cui gli institori, gli agenti, la cambiale;

- il moderno concetto di dissesto e fallimento21;ecc.

Tutte cartine di tornasole, insieme alla presenza in loco di ocrti consolari di giurisdizione, per ‘misurare’ la tendenza al superamento della società feudale e la volontà ad affacciarsi al mondo nuovo con approccio, si diceva, secolare.

Molti scrittori ritengono che le nuove forme contrattuali, intanto adottate e ‘lavorate’ dai notai, siano anche rivolte a dissimulare il mutuo a interesse, rigidamente proibito dalla norma canonica (e dal Corano II, 276-280).

D’altra parte, non sarebbe stata praticabile una moderna attività imprenditoriale-commerciale, altamente rischiosa, senza un adeguato apprezzamento del capitale.

Ad esempio, utilizzando uno strumento piuttosto elementare, i nostri notai del delta, dovendo provvedere a un cambio tra piazze diverse, scrivono che Tizio ha ricevuto una ‘certa’ quantità di denaro (tantum quantitatem) da Caio e gliela restituirà in valuta di Pera in una precisa somma di aspri: era, così, impossibile conoscere il tasso. (Ma ogni forma contrattuale veniva congegnata anche allo scopo sopraddetto).

Numerosi sono stati i nemici del mondo nuovo di mercatura che, ostacolandone la diffusione, hanno pagato con ritardi forse ancora incolmati, o peggio con la scomparsa dei soggetti politici più inadeguati, arretrati e dogmatici:

Tartari che della Crimea, ceduti ai genovesi territori coloniali, “guardavano con dispregio a questi stabilimenti insignificanti, chiamandoli: monumenti della follia degli stranieri […]”22.

Bizantini e la loro “sostanziale estraneità al costume e alle premesse etiche della mercatura (nel senso occidentale), il loro spirito anicapitalistico”23.

Islamici, che rinunciavano all’attività bancaria e assicurativa per proibizioni di sure redatte secoli prima, in ambiente diversissimo, (V, 92 e 93).

Antichi feudatari di razze diverse.

Comunque, a metà del ‘400, i Turchi, occupata Costantinopoli, costruirono nuove fortificazioni sugli stretti e “il lucchetto funzionava talmente bene che un viaggiatore del XV secolo, Anselmo Adorno, osservò come nessuna nave cristiana potesse entrare o uscire dal Mar Nero senza l’approvazione del sultano”24.

Benché Genova cercasse rimedio alla crisi traverso formale donazione delle colonie del Mar Nero al Banco di San Giorgio (imponente, originale, infelice tentativo di privatizzazione); e ancora Venezia fu pronta a offrire alla Porta un importante tributo annuale pur di conservare la libertà di navigazione per Tana; e assai probabile e lecito supporre come l’influenza del commercio italiano nel Mar Nero scomparve piuttosto repentinamente.

Riassunto

L’articolo vuole mostrare il ruolo e l’influenza della mercatura medievale italiana, specialmente genovese, nelle colonie di Costantinopoli (Pera) e del Mar Nero (Caffa e Chilia, anzitutte; c.a. 1261-1453).

L’autore evidenzia il contributo della lex mercatoria italiana per la modernizzazione e secolarizzazione della società feudale e l’intensificazione dei rapporti tra i popoli dell’area mediterraneo-danubiana.

Vengono indicati gli istituti principali dell’originale normativa di fonte consuetudinaria e funzionali alle nuove esigenze; si fa cenno al diritto marittimo, auspicando un approccio comparato giuridico alle questioni poste nell’are dei commerci medievali.

Summary

The purpose of the article is to highlight the role and influence of Italian mediava trading (or mercatura as it was known), particularly in the Genoese colonies of Costantinople (Pera), and the Black Sea (especially Caffa and Chilia; around 1261-1453).

The author emphasises the contribution of the Italian Lex Mercatoria in the modernisation and secularization of the feudal society and the evolution of intensified relations between Mediterranean-Danubian populations.

The main insitutions of the original customary law that are functional to the new requirements are also outlied. Reference is made to maritime law, with a view to a comparative judicial approach to the issues arising from medieval trade in the area.

1 C. KING, Storia del Mar Nero, Roma 2005, p. 99.

2 Ivi, pp. 100 e 101.

3 I. BULEI, Breve storia dei romeni, Torino 1999, p. 48.

4 KING, Storia del Mar Nero cit., p. 90.

5 G. CASTELLAN, Storia dei Balcani, Lecce 1999, p. 175.

6 S. REITERI, Atti rogati a Licostomo, in Notai genovesi in oltremare, Genova 1973, p. 193.

7 J. BESSENYEI, Merci e mercati ungheresi dalla “via dell’ombra”, in Da Aquileia al Baltico attraverso i Paesi della nuova Europa, a cura di A. Litwornia, G. Nemeth e A. Papo, Mariano del Friuli (Gorizia) 2004, pp. 15 e sgg.

8 Ivi, p. 15.

9 S. DELLA CASA (a cura di), I libri Iurium della R. di Genova, Genova 1998, vol 1/4, p. 272.

10 Ivi, p. 273.

11 Ivi, p. 276.

12 O. CRISTEA, Venezia e il Mar Nero, in >, Venezia 2006, pp. 109 e 53.

13 S.P. KARPOV, L’impero di Trebisonda Venezia, Genova e Roma, Roma 1986.

14 G. PISTARINO, Notai genovesi in oltremare, Genova 1971; REITERI, Atti rogati a Licostomo cit.

15 REITERI, Atti rogati a Licostomo cit., p.192.

16 U. SANTARELLI, Mercati e società tra mercati, Torino 1998, p. 40.

17 Ivi, p. 41.

18 G.F. CAMPOBASSO, Diritto commerciale, Torino 1993, p. 6.

19 F. GALGANO, Lex mercatoria, Bologna 1996, p. 9.

20 BESSENYEI, Merci e mercanti ungheresi cit., p.16.

21 T. ASCARELLI, Corso di diritto commerciale, Milano 19623; CAMPOBASSO, Diritto commerciale cit.

22 M. MURZAKEVIC, Storia delle colonie genovesi in Crimea, Genova 1992, p. 16.

23 S. RONCHEY, Lo stato bizantino, Torino 2002, p. 131.

24 CRISTEA, Venezia e il Mar Nero cit., p. 118.

www.nobiliragusei.it
info@avvocaticaraccizamparutti.it

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904