• Accueil
  • > Recherche : maria vierge

29 avril, 2018

Exorciste Exorcismes Où trouver en France un prêtre exorciste orthodoxe oriental ?

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 9:31

 

http://exorciste87.over-blog.com/o%C3%B9-trouver-en-france-un-pr%C3%AAtre-exorciste-orthodoxe-oriental

 

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

Publié le 10 Juin 2013 par Servus in Exorcismes, Prières de délivrance, prières de guérison, combat spirituel

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l’un ou l’autre Monastère d’une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

 

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l’un ou l’autre Monastère d’une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

 

 

 

Pour recourir aux Services pastoraux d’un Prêtre-exorciste de l’Eglise Syriaque-Orthodoxe- Francophone* en:

 

 

 

*Région Parisienne:

 

Relais Paroissial Ste Geneviève – Mar Thomas,

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste lors des Messes en Region Parisienne

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Normandie et Nord-Ouest:

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les weekend, le 22 et 29 de chaque mois.Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde les premiers dimanches du mois.

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

Relais Paroissial St Michel

 

¤En fin de mois sur Rendez-vous à partir du 29

 

Adresse :

S/C Mme Henriette MARIE

45 Rue de la Marne CAEN

 

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Bretagne et Pays de Loire:

 

Relais paroissial St Charbel,

 

¤Tous les jeudis suivant le 1er dimanche du mois, permanence d’un prêtre exorciste à NANTES de 9h à 17 h . Messe à 18h au

 

Groupe de Prière Saint Charbel,

 

46 Rue de la Fauvette. NANTES

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Association Inter-paroissiale N-D de la Très Ste Trinité

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Limousin, Poitou-Charente:

 

Paroisse Notre-Dame des Grâces / St Ubald

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les

 

-2èmes et

 

-4èmes dimanches

 

du mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Dordogne et Gironde:

 

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les

 

-4èmes samedis du mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Ermitage St Colomban

 

Puyroudrier

 

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Midi Pyrénées:

 

Relais Paroissial Mar Grégorios de Parumala

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste lorsqu’il y a un

 

-5ème dimanche dans le mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

 

 

Adresse de référence:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Est de la France:

 

Relais Paroissial Sainte Odile

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste en alternance avec le Sud Est de la France un mois sur deux les

 

-3èmes dimanches du mois.(Appeler ou envoyer un mail pour obtenir les dates)

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Sud-Est de la France

 

Relais paroissial St Irénée de Lyon,

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste en alternance avec l’Est de la France un mois sur deux les

 

-3èmes dimanches du mois.(Appeler ou envoyer un mail pour obtenir les dates)

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous écrire, toujours vous adresser à notre

 

Monastère Métropolitain:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

Pour rejoindre le Blog Généraliste de l’Eglise et, si vous le désirez, recevoir chaque jour prières et méditations , vous pouvez y accéder en un clic sur l’adresse suivante:http://paris.syro-orthodoxe-francophone.over-blog.fr/

 

et vous abonner à la « Newsletter »

 

 

 

*l’Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

 

Orthodoxe-Orientale, les services pastoraux de ses prêtres ne

 

sont pas payants. Les offrandes des fidèles sont libres et non

 

obligatoires. Toute toute offrande faite à l’Eglise donne droit à

 

une déduction des impôts à raison de 66°/° du revenu imposable.

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Partager cet article

0Enregistrer

Repost 0

 

14 mai, 2015

Yahoo.fr moteur de recherche Ordre des Servites de Marie France

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 11:28
  1. Les Servites de Marie en france

    servite-in-france.pagesperso-orange.frEn cache

    Bienvenu sur le site internet des Frères Servites de Marie (OSM) à Saint Ortaire enFrance.

  2. SERVITES DE MARIE - Diocèse de Séez

    www.orne.catholique.fr/-Servites-de-Marie-.htmlEn cache

    Prieuré de Saint-Ortaire 61600 St Michel-des-Andaines 02 33 37 81 28 servir-marie-osm@wanadoo.fr

  3. Ordre des Servites de Marie — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_MarieEn cache

    L’ordre des Servites de Marie , parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle: OSM ou o.s.m. , est un ordre mendiant de …

  4. Accès au site – Les Servites de Marie en france

    servite-in-france.pagesperso-orange.fr/renvoi.htmEn cache

    Bonjour, Pour accéder au site internet des Servites de Marie en France . Merci de cliquer ICI

  5. Les Servites de Marie au Canada – ACTUALITÉS

    servitesdemarie.org/fr_1096_index.phpEn cache

    ACTUALITÉS En bref Pour en savoir plus Vous avez raté un sujet d’actualité, vous voulez connaître des éléments de la vie des derniers mois, consultez les archives.

  6. Ordre des Servites de Marie - accueil (data.bnf. …

    data.bnf.fr/12007109/ordre_des_servites_de_marieEn cache

    Toutes les informations de la Bibliothèque Nationale de France sur : Ordre des Servites deMarie (15-08-1233)

  7. Autres Saints et Saintes servites. Saint Philippe Benezi Saint Alexis Falconieri … Tous droits réservés © Les Servites de Marie de Québec | …

  8. Sur les cinq continents. Animés par le projet de vivre en fraternité évangélique en s’inspirant de Marie, mère et servante du Seigneur, les Servites veulent …

  9. Qu’est-ce qu’une communauté chrétienne ? Evêque; Laïcs; Prêtres; Diacres permanents; Religieux et religieuses. Communauté apostolique Saint-François Xavier

  10. Servites De Marie - Rue de Montmorency – +331398427… – Groslay, France revues et expériences par des résidents locaux. Découvrez les meilleurs restaurants, bars …

18 avril, 2015

Google recherche Servites de Marie Prieuré de Saint Ortaire Normandie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:59

26 août, 2014

cyclopaedia.net Ordre des Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 14:05

cyclopaedia.net
Ordre des Servites de Marie
Traduire avec ScienceTerm.net

Ordre des Servites de Marie
L’ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre mendiant de l’Église catholique romaine, créé en Toscane (Italie) au XIIIe siècle. À la vie contemplative, ils mêlent l’apostolat sous toutes ses formes (prédication, enseignement, mission, etc.). Dans l’ordre, tous sont frères et plusieurs sont frères-prêtres. Ils sont aujourd’hui environ un millier répartis sur les cinq continents.

Ceci est un extrait de l’article Ordre des Servites de Marie de l’encyclopédie libre Wikipedia. La liste des auteurs est disponible sur Wikipedia.
Sur fr.wikipedia.org, l’article Ordre des Servites de Marie a été consulté 440 fois au cours des 30 derniers jours. (date: 26.07.2014)
Images pour Ordre des Servites de Marie
Résultats de la recherche sur Google et Bing
1
>30
1
Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
L’Ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre …
fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_Marie
2
>30
2
Discussion:Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
Les Blancs-Manteaux, sont, en revanche, une réalité parisienne toujours vivante, qui n’a qu’un lointain et historique rapport avec l’Ordre des Servites de Marie …
fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Ordre_des_Servites_de_Marie
3
>30
3
Catégorie:Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
Pages dans la catégorie « Ordre des Servites de Marie ». Cette catégorie contient les 5 pages suivantes. Outils : Arborescence • Graphique • Décompte …
fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Ordre_des_Servites_de_Marie
4
>30
4
Les Servites de Marie au Canada – Qui sont les Servites ?
Appelés autrefois Tiers-Ordre, ces groupes réunis en fraternités sont aujourd’hui dénommés: Ordre séculier des Servites de Marie. Quatre Congrégations de …
www.servitesdemarie.org/fr_1022_index.php
5
>30
5
Les Servites de Marie en france
L’Ordre des Frères Servites naît en 1233 lorsque sept marchands de Florence en Italie, se réunissent pour vivre ensemble l’Evangile. Inspiré par Marie, ils …
servite-in-france.pagesperso-orange.fr/m3.html
6
>30
6
Servites de Marie – saint Alexis / Saints / Le Jour du Seigneur – Le …
Le calendrier mentionne aujourd’hui un saint Alexis : il faisait partie des sept fondateurs de l’Ordre des Servites (serviteurs) de Marie, en Italie, au XIIIe siècle.
www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Saints/Servites-de-Marie-saint-Alexis
7
>30
7
Les Servites de Marie – Marie de Nazareth
Les Servites de Marie. Fondé en 1233, l’Ordre des Frères Servites de Marie (dont un certain nombre sont prêtres) s’est vu très tôt ajouter une branche féminine, …
www.mariedenazareth.com/16452.0.html
8
>30
8
Encyclopédie Larousse en ligne – ordre des Servites de Marie
Ordre des Servites de Marie. Ordre religieux, à la fois contemplatif et actif, assimilé aux mendiants, fondé en 1233, près de Florence, par sept riches marchands, …
www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Servites_de_Marie/138770
9
>30
9
Ordre des Servites de Marie (15-08-1233) – Organisation … – Data BNF
Toutes les informations de la Bibliothèque Nationale de France sur : Ordre des Servites de Marie (15-08-1233)
data.bnf.fr/12007109/ordre_des_servites_de_marie/
10
>30
10
Sept fondateurs servites – Alexandrina de Balasar – Free
DE L’ORDRE DES SERVITES DE LA B. V. MARIE. … en Ephrata, nous retrouverons la Mère de la divine grâce ; alors Marie enfantera dans ses larmes les frères …
alexandrina.balasar.free.fr/fondateurs_servites.htm
Résultats de la recherche pour « Ordre des Servites de Marie »
Google: env. 19.900
bing: env. 41
Ordre des Servites de Marie en science
Maria Valtorta – Wikipédia
Maria Valtorta est une mystique chrétienne membre du tiers Ordre des Servites de Marie, née à Caserte en Italie le 14 mars 1897 et ….. Sedis (AAS 58) du 14 juin 1966, publié dans l’Osservatore Romano du 15 juin 1966 – (Université Rome 3) …
fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Valtorta
David Maria Turoldo – Wikipédia
David Maria Turoldo (baptisé Joseph) (né le 22 novembre 1916 à Coderno, dans la … à Milan) est un poète et un religieux italien de l’Ordre des Servites de Marie. … Il complète sa formation philosophique à l’Université catholique de Milan, …
fr.wikipedia.org/wiki/David_Maria_Turoldo
L’habit religieux chez les frères Servites de Marie — Le patrimoine …
L’habit des Servites de Marie s’inscrit dans la mouvance des vêtements religieux … de Vérone, qui avait demandé au Pape de reconnaître l’ordre des Servites.
www.ipir.ulaval.ca/fiche.php?id=563
Les frères Servites de Marie – Le patrimoine immatériel religieux du …
L’ordre des frères Servites de Marie est apparu en Italie en 1233, alors que sept marchands florentins décident de couronner une amitié née au sein d’un …
www.ipir.ulaval.ca/fiche.php?id=890
Université Jean Monnet – Adriana VALERIO – Arcangela Biondini …
Résumé de l’intervention de Mme Adriana Valerio (Université de Naples), au 7e … la réalisation d’un grand projet : la réforme de l’Ordre des Servites de Marie, …
portail.univ-st-etienne.fr/bienvenue/recherche/adriana-valerio-arcangela-biondini-1641-1712-l-autorite-d-une-fondatrice-250620.kjsp?RH=0701111439yr
Université de Napierville – Les sept douleurs de la Vierge Marie
Université de Napierville – Les sept douleurs de la Vierge Marie. … Cette fête, surtout célébrée par l’Ordre des Servites de Marie, fut étendue à l’Église …
www.udenap.org/11/marie_sept_douleurs.htm
Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
L’Ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre …
fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_Marie
Livres sur le terme Ordre des Servites de Marie
Histoire de l’ordre des Servites de Marie et des sept …
Histoire de l’ordre des Servites de Marie et des sept …
Frédéric Fuzelier, 1886
books.google.fr/books?id=5-wfQwAACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCQQ6AEwAA
Histoire des sept saints fondateurs de l’ordre des Servites de Marie
Histoire des sept saints fondateurs de l’ordre des Servites de Marie
Ledoux, Sosténe-M, 2012
This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, stran…
www.amazon.fr/Histoire-saints-fondateurs-lordre-Servites/dp/B009AAMWQG/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-1&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Histoire des sept saints fondateurs de l’Ordre des Servites …
Histoire des sept saints fondateurs de l’Ordre des Servites …
Sostène M. Ledoux (R.P.), 1912
books.google.fr/books?id=f0lJlAEACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCgQ6AEwAQ
Guide Vert Toscane Ombrie
Guide Vert Toscane Ombrie
Collectif Michelin, 2012
Profitez du guide Vert Toscane Ombrie et de son guide de conversation offert!*De Florence et ses environs à Sienne et le Chianti, de Marches à Pise, la côte Etrusques et les collines métallifères, en passant par Lucca et Arezzo… Avec le guide Vert Toscane Ombrie et son guide de conversation offert vous avez tous les atouts en main pour explorer l…
www.amazon.fr/Guide-Toscane-Ombrie-Collectif-Michelin/dp/206716905X/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-2&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
L’Ordre des Servites de Marie
L’Ordre des Servites de Marie
Augustin Marie Lépicier, 1929
books.google.fr/books?id=ebAgnAEACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCwQ6AEwAg
Histoire Des Sept Saints Fondateurs de L’Ordre Des Servites de Marie
Histoire Des Sept Saints Fondateurs de L’Ordre Des Servites de Marie
LeDoux Sost Ne-M, 2010
www.amazon.fr/Histoire-Saints-Fondateurs-LOrdre-Servites/dp/1172636621/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-3&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Le martyrologe romain publié par l’ordre de Grégoire XIII, …
Le martyrologe romain publié par l’ordre de Grégoire XIII, …
Fèvre, 1866
Afin que les offices qui ont été accordés par le saint Siège apostolique soient annoncés en premier lieu par les religieux de l’ordre des Servites de la bienheureuse Vierge Marie, quand on lit le martyrologe et qu’on fait la mémoire des saints et …
books.google.fr/books?id=Q2mtmqh6hngC&pg=PA462&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CDAQ6AEwAw
Florence : Avec plan détachable et QR codes
Florence : Avec plan détachable et QR codes
Michelin, 2013
Indispensables : nos infos pratiques. Chic, branchées ou pas chères : nos adresses. Incontournables : nos sites étoilés. Pour en savoir plus : les thèmes forts de la ville.
www.amazon.fr/Florence-Avec-plan-d%C3%A9tachable-codes/dp/2067181246/ref=sr_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-4&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Saint Pérégrin de l’Ordre des Servites de Marie : le saint …
Saint Pérégrin de l’Ordre des Servites de Marie : le saint …
Saint-Germain, Camille M. (Camille Marie), né 1917, 1986
books.google.fr/books?id=TqEWAQAACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CDQQ6AEwBA
Histoire de Venise : La République du Lion
Histoire de Venise : La République du Lion
Alvise Zorzi et Jacques Roque, 2004
Au commencement était l’eau… La mer, les marais, les terres inondées où vivait le petit peuple des lagunes et des roselières. Et là allait se développer la Cité-Etat dont l’histoire rejoint la légende et dont la puissance dura mille ans. Cette monographie, fondée sur une documentation d’une très grande rigueur scientifique, est la …
www.amazon.fr/Histoire-Venise-R%C3%A9publique-du-Lion/dp/2262023247/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-5&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Développement des demandes de recherche Google

19 août, 2014

Ordre des Frères Servites de Marie Les 4 Grandes périodes de stabilisation dans le monde entier

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:55

LES 4 GRANDES PÉRIODES

1ère période

DE 1233 À L’APPROBATION PONTIFICALE EN 1304


Une tradition consolidée fait remonter à l’an 1233 l’origine de l’Ordre des Servites de Marie. Le fait que l’un de ses plus grands saints, Philippe Benizi, mort en 1285 était né à Florence exactement en 1233 a contribué à donner de l’importance à cette date.

Le plus antique et crédible document sur l’origine de l’Ordre, écrit probablement par le prieur général Frère Pierre de Todi autour de 1317-1318, a pour titre Legenda de origine Ordinis fratrum Servorum Virginis Mariae (= Légende sur l’origine de l’Ordre des Servites de la Vierge Marie).

Il y avait une intense présence de mouvements religieux à Florence au moment où naissait l’Ordre. Dans la ville cependant, la vie sociale était plutôt agitée. Un groupe de sept laïcs ( nous connaissons avec certitude seulement le nom du premier, Bonfils, dont on peut admirer une grande statue dans la basilique saint Pierre au Vatican) abandonnent famille, activités et professions pour se retirer en vie communautaire faite de pénitence, pauvreté et prière. Dans la ville divisée par des luttes fratricides, ils entendent donner un témoignage visible de communion fraternelle. Ils s’étaient retirés à Cafaggio, où s’élève actuellement la basilique de l’Annonciation à Florence. En quête d’une plus grande solitude, ils se retirèrent ensuite dans la rigueur de Mont Sénario, à 800 mètres d’altitude, à 18 Km de Florence. Cependant, ils abandonnèrent tôt le Mont et, à cause des agrégations toujours plus nombreuses de personnes, ils fondent de nouvelles communautés. Les couvents de Sienne, de Città del Castello et de Borgo Sansepolcro, sans compter ceux de Florence et de Mont Senario, sont antérieurs à 1256.

Ensemble avec d’autres nouveaux Ordres mendiants, l’Ordre avait risqué d’être supprimé par une disposition du IV Concile de Latran (1215) rendue plus sévère et opérationnelle par le II Concile de Lyon (1274). Philippe Benizi, prieur général de 1267 jusqu’à sa mort (1285), le sauva. Et ceci grâce à l’estime dont il jouissait auprès du Pape et à l’efficacité de  son intervention pour ramener la paix dans la ville de Forli où un jeune qui l’avait combattu au début décida de le suivre et se fit Servite de Marie. Il s’appelait Pérégrin Laziosi, ou de Forli, actuellement le saint de l’Ordre le plus connu et le plus vénéré.

 

Le terme Legenda signifie texte à lire

Détail d’une page de la Legenda
sur l’origine de l’Ordre


2ème période

DE L’APPROBATION PONTIFICALE 1304 À 1500

Le 11 février 1304 le Pape Benoît XI, dominicain,  approuva la Règle et les Constitutions des Servites de Marie avec la bulle Dum levamus. À cette date, l’Ordre comptait pas moins de 250 religieux, répartis dans 27 couvents en Italie et quatre en Allemagne. Nous avons célébré en 2004 le septième centenaire de l’approbation pontificale de l’Ordre. À cette occasion le prieur général Frère Ángel M. Ruiz Garnica adressa une importante Lettre à toute la Famille Servite.

 

Dans la vie de l’Ordre, le XIV siècle a été marqué par la présence de religieux exemplaires dont la vie nous est transmise par d’importants documents historiques. Entre autres : les bienheureux Joachim de Sienne (1306), Bonaventure de Pistoie (1315), Jacopo de Città della Pieve, martyr de la justice en 1310 ; la même année mourut le dernier des sept Fondateurs, Alexis Falconieri; il y a aussi les bienheureux André de Borgo Sansepolcro, Ubaldo de Sansepolcro, François Patrizi (1328) et Thomas d’Orvieto (1343). C’était au cours du même siècle que moururent aussi sainte Julienne Falconieri, (1341) et saint Pérégrin Laziosi (1345).

Parmi les Servites du XIV siècle, on garde la mémoire de Frère Pierre de Todi qui fut prieur général de 1314 à 1344, personnage controversé à l’intérieur de l’Ordre, et André de Faenza, prieur général pendant 22 ans, architecte éminent à qui on doit la basilique de S. Marie des Servites de Bologne.

 Le XV siècle s’ouvre dans l’Ordre des Servites de Marie avec le chapitre général de Ferrara (1404) qui décide la réhabilitation morale et spirituelle de Mont Senario. Cette renaissance de Mont Senario est liée à la naissance dans l’Ordre, en 1430, de la Congrégation de l’Observance qui, sans se séparer juridiquement de l’Ordre, en représenta un mouvement réformateur intérieur; phénomène qui se vérifia chez beaucoup d’autres Ordres religieux souvent conclu par des ruptures; ce qui ne s’est pas vérifié chez les Servites de Marie. L’expérience de la Congrégation de l’Observance, en effet, pour les Servites de Marie, prit fin en 1570. Il faut noter qu’en 1493, les couvents dits de l’Observance étaient 26 et une soixantaine avant 1570.

 

En 1424, avec la bulle Apostolicae Sedis providentia, le Pape Martin V ratifie l’existence et l’organisation du Tiers Ordre, aujourd’hui appelé Ordre séculaire des Servites de Marie.

Au quinzième siècle les couvents de l’Annonciation de Florence et de S. Marie des Servites de Bologne deviennent d’importants centres d’études dans l’Ordre. 

Les personnages importants de cette période furent le prieur général Antoine Alabanti qui, le 27 mai 1487, obtint du Pape Innocent VIII le Mare magnum, c’est-à-dire la bulle Apostolicae Sedis intuitus qui contenait tous les privilèges pontificaux jusqu’alors jamais accordés à l’Ordre. L’annaliste de l’Ordre Archange Giani attribue à Alabanti l’idée selon laquelle les Servites de Marie aussi participassent à l’évangélisation du Nouveau Monde à peine découvert par Christophe Colombe. 

Les saints du quinzième siècle sont les bienheureux Benincasa de Montepulciano (1426), Jérôme de Sant’Angelo in Vado (1468), la bienheureuse Elizabeth Picenardi (1468), les bienheureux Jacques Philippe Bertoni, 1483 et Bonaventure de Forli (1491).

3ème période
 DE 1500 À LA CANONISATION DES SEPT SAINTS FONDATEURS 1888


À la fin du quinzième siècle, un couvent est fondé à Las Cuevas, Aragon, en Espagne; à cette époque les couvents des Servites étaient 170 avec environ 1200 religieux.

Le 11 février 1304 le Pape Benoît XI, dominicain, approuva la Règle et les Constitutions des Servites de Marie avec la bulle Dum levamus. À cette date, l’Ordre comptait pas moins de 250 religieux, répartis dans 27 couvents en Italie et quatre en Allemagne. Nous avons célébré en 2004 le septième centenaire de l’approbation pontificale de l’Ordre. À cette occasion le prieur général Frère Ángel M. Ruiz Garnica adressa une importante Lettre à toute la Famille Servite.  

Dans la vie de l’Ordre, le XIV siècle a été marqué par la présence de religieux exemplaires dont la vie nous est transmise par d’importants documents historiques. Entre autres : les bienheureux Joachim de Sienne (1306), Bonaventure de Pistoie (1315), Jacopo de Città della Pieve, martyr de la justice en 1310 ; la même année mourut le dernier des sept Fondateurs, Alexis Falconieri; il y a aussi les bienheureux André de Borgo Sansepolcro, Ubaldo de Sansepolcro, François Patrizi (1328) et Thomas d’Orvieto (1343). C’était au cours du même siècle que moururent aussi sainte Julienne Falconieri, (1341) et saint Pérégrin Laziosi (1345).

Parmi les Servites du XIV siècle, on garde la mémoire de Frère Pierre de Todi qui fut prieur général de 1314 à 1344, personnage controversé à l’intérieur de l’Ordre, et André de Faenza, prieur général pendant 22 ans, architecte éminent à qui on doit la basilique de S. Marie des Servites de Bologne.

Le XV siècle s’ouvre dans l’Ordre des Servites de Marie avec le chapitre général de Ferrara (1404) qui décide la réhabilitation morale et spirituelle de Mont Senario. Cette renaissance de Mont Senario est liée à la naissance dans l’Ordre, en 1430, de la Congrégation de l’Observance qui, sans se séparer juridiquement de l’Ordre, en représenta un mouvement réformateur intérieur; phénomène qui se vérifia chez beaucoup d’autres Ordres religieux souvent conclu par des ruptures; ce qui ne s’est pas vérifié chez les Servites de Marie. L’expérience de la Congrégation de l’Observance, en effet, pour les Servites de Marie, prit fin en 1570. Il faut noter qu’en 1493, les couvents dits de l’Observance étaient 26 et une soixantaine avant 1570.

 En 1424, avec la bulle Apostolicae Sedis providentia, le Pape Martin V ratifie l’existence et l’organisation du Tiers Ordre, aujourd’hui appelé Ordre séculier des Servites de Marie.

Au quinzième siècle les couvents de l’Annonciation de Florence et de S. Marie des Servites de Bologne deviennent d’importants centres d’études dans l’Ordre.

Les personnages importants de cette période furent le prieur général Antoine Alabanti qui, le 27 mai 1487, obtint du Pape Innocent VIII le Mare magnum, c’est-à-dire la bulle Apostolicae Sedis intuitus qui contenait tous les privilèges pontificaux jusqu’alors jamais accordés à l’Ordre. L’annaliste de l’Ordre Archange Giani attribue à Alabanti l’idée selon laquelle les Servites de Marie aussi participassent à l’évangélisation du Nouveau Monde à peine découvert par Christophe Colombe. 

Les saints du quinzième siècle sont les bienheureux Benincasa de Montepulciano (1426), Jérôme de Sant’Angelo in Vado (1468), la bienheureuse Elizabeth Picenardi (1468), les bienheureux Jacques Philippe Bertoni, 1483 et Bonaventure de Forli (1491).

À la fin du quinzième siècle, un couvent est fondé à Las Cuevas, Aragon, en Espagne; à cette époque les couvents des Servites étaient 170 avec environ 1200 religieux.

 

4ème période

DE 1888 À L’AN 2000

 

Alors que le XVIII fut le siècle de la plus grande croissance numérique de l’Ordre, le XX siècle se présente comme celui de sa plus grande expansion géographique touchant tous les cinq continents. Cette internationalisation de l’Ordre est confirmée par le fait suivant: depuis les origines jusqu’en 1913 les Servites de Marie eurent un seul un prieur général non italien, (fr Alboino M. Patscheider). Depuis 1913 jusqu’à nos jours, des onze prieurs généraux, sept n’étaient pas italiens: le Français Alexis Henri M. Lépicier (1913-1920), l’Anglais Augustine M. Moore (1926-1932), les Américains Joseph M Loftus, 1965-1971 et Peregrine M. Graffius (1971-1977), le Canadien Michel M. Sincerny (1977-1989), le Belge Hubert M. Moons (1989-2001), le Mexicain Ángel M. Ruiz Garnica, élu en 2001.

Pour les Servites de Marie, le XX siècle est aussi celui d’un progressif engagement missionnaire et de nouvelles fondations. 

En ce qui concerne les Missions, les Servites assumèrent leur engagement dans les territoires missionnaires du Swaziland, Afrique du Sud en 1913, de l’Acre (Brésil) en 1919; de l’Aysén (Chili) en 1937 et du Zululand, Afrique du Sud en 1938.

 

Quant aux Fondations, on note, en 1912 la première au Canada; puis en 1921 en Argentine, en 1935 dans le Transvaal; en 1939 en Uruguay; en 1943 en Espagne; en 1946 en Bolivie; en 1947 en Irlande; en 1948 au Mexique; en 1951 en Australie; en 1952 au Vénézuéla; en 1963 en Colombie; en 1964 en Allemagne; en 1974 en Inde; en 1984 en Mozambique; en 1985 aux Philippines; en 1987 Ouganda; en 1993 en Albanie, auxquelles il faut ajouter le reconstruction en Hongrie (Eger) et en République Tchèque. 

Joan Bartlett ouvre à Londres en 1943 le Servite House qui deviendra l’Institut séculier Servite ; et en 1959 naît l’Institut séculier Regnum Mariae.

Par l’initiative du prieur général Michel M. Sincerny, l’Union Internationale de la Famille Servite (UN.I.FA.S) voit le jour  en 1987.

Après le Concile oecuménique Vatican II, l’Ordre procède à la révision de ses Constitutions:  révision commencée avec le Chapitre général extraordinaire de 1968 (Majadahonda, Madrid) et conclue avec l’approbation du Saint Siège en 1987.

En 1964 l’Ordre connaît sa plus grande croissance numérique depuis la première moitié du XVIII siècle ; le nombre de religieux Servites avoisinait 1700.

Autres événements de taille du XX sont la naissance de la Faculté Pontificale Théologique Marianum en 1950, la béatification en 1952 et la canonisation (1962) de fr Antonio M. Pucci; la création en 1959 de l’Institut Historique de l’Ordre, la naissance, après le Concile Vatican II, de la Commission permanente internationale pour la Liturgie (CLIOS); l’affirmation des revues scientifiques Études historiques de l’Ordre des Servites de Marie, fondé en 1931 et Marianum, fondée en 1939. Faut-il rappeler en outre la canonisation de Clélia Barbieri (morte en 1870), Fondatrice de la Congrégation des sœurs Minimes dell’Addolorata, la béatification de Ferdinand Maria Baccilieri de l’Ordre séculier des Servites de Marie (1997) et de sœur Maria Guadalupe Ricart Olmos (2001), claustrale espagnole, martyrisée pendant la guerre civile d’Espagne.

Les personnages qui ont marqué ce siècle dans la famille des Servites furent fr.  Henri Alexis M. Lépicier (1863-1936) prieur général et cardinal; Gabriel M. Roschini (1900-1977), célèbre mariologue; Joachim  M. Rossetto (1880-1935), premier missionnaire Servite en Afrique; James M. Keane (1901-1975), initiateur de l’Ordre en Irlande et en Australie et les jeunes fr Venanzio M. Quadri (1916-1937) et  Joachim M. Stevan (1921-1949) dont la cause de béatification est en cours.

Les Frères Giovanni M. Vannucci (mort en 1984), mystique et auteur de plusieurs ouvrages et le poète David M. Turoldo, mort en 1992 méritent une mention particulière.

Qui sont les Servites ?  Brève histoire de l’ordre  La Legenda di origine  Notre Mission

ACCUEIL  |  QUI SOMMES-NOUS ?  |  COMMUNICATIONS

Tous droits réservés © Les Servites de Marie de Québec     ||     19 août 2014

13 juillet, 2014

Prieuré Saint-Ortaire Adresse : 61600 Saint-Michel-des-Andaines Pères Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 10:49

servi di maria communauté de saint ortaire frère Joseph et frère Noël d’Orbec et frère Roch André de Saint-Ortaire

 

Fraternité Saint-Pérégrin Saint-Ortaire 61 600 Saint-Michel-des-Andaines, tél. 02 33 37 81 28.

 

Saint Pérégrin (1265-1345)

icone st peregrin.jpgPérégrin Laziosi est né dans la ville de Forli, en Italie, en 1265. Sa mère, Flore d’Aspin, dans sa foi profonde trouve la raison du prénom qu’elle lui donne: Pérégrin (Pellegrino) qui veut dire pèlerin. «Nous sommes tous des pèlerins sur cette terre. La patrie, c’est le ciel,» dit-elle. Fils unique et très aimé de ses parents, Pérégrin reçoit une éducation chrétienne de son père Béranger Laziosi qui ne manque pas de lui donner, à l’occasion, des sages conseils et surtout le bon exemple.

Malgré l’éducation chrétienne qu’il reçoit depuis des années, Pérégrin, jeune garçon, se joint à un groupe rebelle contre le Pape Martin IV. Pérégrin ne veut pas que Forli appartienne aux États-Pontificaux… le Pape jette un interdit sur la cité: les cloches ne sonneront plus et on ne pourra pas offrir le Saint-Sacrifice de la Messe.

À la demande du Pape, le père Philippe Bénizi se rend dans la ville rebelle pour prêcher la Paix et demande aux citoyens de revenir au calme et au travail. À ce moment, Pérégrin se jette sur le bon père Servite de Marie et lui donne une gifle en plein visage. Le père Philippe quitte Forli, tout en priant pour la conversion de son assaillant. Repentant, Pérégrin vient le rejoindre, il se jette à genoux et demande au père Philippe de lui pardonner le sacrilège! Comme un bon père, Philippe pardonne et lui recommande d’entrer dans sa communauté.

À l’âge de 18 ans, c’est la Sainte Vierge qui invite Pérégrin à se joindre aux Servites de Marie à Sienne. Là, il est accueilli par des frères qui aiment prier.

Plus tard, après son ordination à la prêtrise, il est nommé prieur et fonde un couvent dans sa ville natale de Forli. Il se donne comme mission de visiter les malades, d’aider les pauvres tout en étant un religieux de prière. Un jour, de son vivant, on lui attribue la multiplication de pain et du vin pour les pauvres.

À l’âge de 60 ans, il est atteint d’une maladie incurable à une jambe. La veille de l’amputation, il descend à la salle du chapitre et va prier devant une fresque de Jésus Crucifié. Sa grande fatigue l’endort… dans un songe, Jésus se détache de la Croix, se penche sur lui et guérit sa jambe malade. Il se réveille en sursaut et constate que la douleur est disparue. Frère Pérégrin est guéri et profite de la nuit pour rendre grâce à Dieu.

Après sa guérison, il continue son ministère durant vingt ans. À l’âge de 80 ans, il meurt à la suite d’une forte fièvre. Il est béatifié par le Pape Paul V et le Pape Benoît XIII le canonise en le déclarant patron des malades qui souffrent de maladies incurables, de maux de jambe, de gangrène. Il est prié par les personnes qui souffrent de cancer. Saint Pérégrin, priez pour nous!

(Aujourd’hui encore les pèlerins vénèrent son corps conservé dans la basilique Saint-Pérégrin de Forli.)
P R I È R E S

PRIÈRE POUR UNE NEUVAINE

Seigneur Jésus crucifié, qui fut toi-même le médecin de saint Pérégrin en le guérissant d’une plaie cancéreuse, accorde-nous par son intercession, la grâce de t’aimer dans un service amoureux de notre entourage. Par l’entremise de ce grand saint, patron des malades qui souffrent de cancer, préserve-nous de cette maladie. Accorde la santé aux malades qui en sont atteints, si c’est pour leur bien et ton bon vouloir. Guéris-nous des cancers qui anémient nos vies de disciples. Amen.

Saint Pérégrin, protège-nous !
* * * * * Prière au Seigneur Jésus, Serviteur * * * * *

Seigneur Jésus, Toi qui es service et appel au service, bénis la grande famille de saint Pérégrin. Que chacun se rappelle qu’il n’y a pas de mission porteuse de ton Évangile sans service humble, joyeux, amoureux, fidèle et priant qui te rend visible. Qu’il n’y a pas de vérité qui soit efficacement proclamée sans témoignage qui la supporte. Qu’il n’y a pas de rassemblement en ton Nom sans désir d’unité et de paix et sans élan de louange et d’action de grâce. Fortifie tous nos bienfaiteurs. Soutiens-les dans leur mission. Bénis les personnes qu’ils portent dans leur prière. Qu’ils soient des témoins qui aident à identifier ton Visage de Serviteur pour que, comme Toi, ils soient service et appel au service. AMEN.

VOUS POUVEZ NOUS FAIRE PARVENIR VOS INTENTIONS DE PRIÈRE

Par courrier électronique ou par lettre, vous pouvez nous faire parvenir vos intentions de prière qui seront déposées au pied de saint Pérégrin à son Sanctuaire de Montréal.

L’Oeuvre de Saint-Pérégrin
(Pour votre correspondance)
2151 rue Fullum
Montréal (Québec) H2K 3P1
Sanctuaire Saint-Pérégrin 2151 rue Fullum à Montréal Canada
icone st peregrin

3 juillet, 2014

Françoise Breynaert docteur en Théologie qui a aussi puisé dans l’ enseignement doctrinale des Pères Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 18:51

Vivre le baptême avec Marie

                                                         Origine et développement du culte envers Marie                                                         La Tradition apostolique (vers l’an 215)                                                         Vivre le baptême avec Marie                                                         Marie dans la liturgie du dimanche                                                         Vivre la sainte Messe avec Marie                                                         Les prières liturgiques, une anthologie mariale

Partager

Imprimer la page

L’expérience du baptême :

Notre baptême est une participation à la victoire de Jésus sur la mort et sur le péché qui est la cause de la mort. C’est pourquoi les baptêmes d’adulte ont lieu durant la nuit pascale ou le jour de Pâques.

Vivre en se sachant aimé(e) de Dieu.
Le baptême est une manière de vivre parce qu’on se sait aimé(e) de Dieu.
Se savoir aimé(e) de Dieu est la victoire sur le péché qui est toujours un manque d’amour, et c’est la victoire sur la mort, car la vie d’union à Dieu est victorieuse de la mort.
Les paroles adressées à Jésus le jour de son baptême s’adressent aussi à nous.
« Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l’eau; et voici que les cieux s’ouvrirent: il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix venue des cieux disait: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur. » » (Matthieu 3, 16-17)

On ne prend pas le baptême, on le reçoit : c’est un cadeau.
De la part du Fils, : veux-tu être Fils du Père comme moi ?
De la part du Père : consens-tu à être mon enfant et que je sois ton Père ?
De la part de l’Esprit Saint : Veux-tu être saisi, marqué d’un sceau par l’Esprit de la promesse ? (Soulignons l’image du sceau : par le sceau de l’Esprit Saint, Dieu peut nous reconnaître sien).

Il ne faut pas parler du baptême au passé mais au présent.
Dieu ne dit pas « tu as été mon enfant ».
Dieu dit : « tu es mon enfant ».
« Car tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t’aime. » (Isaïe 43, 4)

Vivre le baptême, c’est vivre une expérience de l’Alliance.
La grâce du baptême, c’est le regard d’amour du Père posé sur moi avec fidélité.
Un exemple nous le fait comprendre :
Un enfant était adopté. Un jour, il commis beaucoup de fautes. Son père le réprimanda vivement et l’enfant s’en alla bouder en criant : de toute façon, tu n’es pas mon père !
Le père adoptif attendit puis il l’approcha et lui dit : c’est vrai, je ne suis pas ton père, mais je t’ai choisi.
A ces mots, la glace qui était dans le cœur ce cet enfant fondit.

 

Comment Marie est-elle présente au baptême?

Le baptême nous fait entrer dans la famille de l’Eglise, qui est le Corps mystique du Christ. La Mère du Christ est présente dans notre incorporation au Corps mystique du Christ. Le Corps mystique vit de la vie divine. En effet,

 

Cette vie divine nous est révélée et communiquée parce que Dieu s’est fait homme, et cela s’est réalisé par Marie, c’est le mystère de l’Incarnation (Lc 1, 26-38).

 

Pour entrer dans le Corps mystique du Christ, il faut mourir au péché pour renaître à la vie de la grâce, c’est une Pâque, là encore, Marie est présente, elle qui fut debout au pied de la croix, elle que Jésus a donnée à chaque disciple au moment crucial de ce passage qui est une nouvelle naissance.

 

Marie et le baptême dans la pratique de l’Eglise primitive

La Tradition apostolique, document liturgique romain de l’an 215 environ, témoigne que dans le rite de l’attribution du baptême, la nuit de Pâques, lors de la seconde immersion du catéchumène, il lui est demandé : « Crois-tu en Christ Jésus, Fils de Dieu, né par l’Esprit Saint de Marie la Vierge ? » [1]

Le motif est évident : la vraie maternité de Marie vis-à-vis du Fils de Dieu et sa fécondité virginale sont la base historique et la garantie du salut.

 

Dès le troisième siècle, la catéchèse et la solennisation du jour anniversaire du baptême avec renouvellement des promesses se sont développées afin de rendre les chrétiens plus persévérants.

 

Marie et le baptême dans l’Eglise catholique romaine

En 829, le concile de Sens renoue avec l’antique pratique du renouvellement des promesses baptismales.

Mais la Renaissance infiltra une sagesse humaine et même mondaine.

Luther puis la réforme catholique réagissent et rappellent à nouveau la grandeur du baptême. Saint Charles de Borromée, évêque de Milan, reprend la pratique du renouvellement des vœux du baptême.

Le pape Clément XI envoya le père de Montfort « faire renouveler partout l’esprit du christianisme par le renouvellement des vœux du baptême. »

 

Fort de son expérience spirituelle de terrain, saint Louis Marie de Montfort propose un don de soi-même au Christ par les mains de Marie dans la cérémonie du renouvellement des vœux du baptême (Contrat d’Alliance 1-3), et il identifie les deux démarches spirituelles (Traité 120). [2]

 

C’est l’Eglise qui baptise, et Marie est présente à ce moment là, elle accompagne le baptisé, elle accompagne l’Eglise qui baptise. C’est ainsi que le concile Vatican II dit que Marie coopère à la naissance des croyants. Voici la phrase du concile Vatican II :

 

« [Marie] engendra son Fils, dont Dieu a fait le premier-né parmi beaucoup de frères (Rm 8, 29), c’est-à-dire parmi les croyants, à la naissance et à l’éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel. »

(Lumen gentium 63)

Le concile Vatican II a été suivi d’une réforme liturgique. Et le rituel du baptême indique dans une rubrique finale que le Magnificat d’action de grâces et la consécration à Notre-Dame peuvent avoir leur place, à la fin de la cérémonie (Rituel du baptême, n°80).

Exemples d’application :

  • Les mouvements néo-catéchuménaux, qui prennent le temps de refaire, avec des adultes, le cheminement pré-baptismal, donnent à Notre-Dame, et de façon explicite, la place qui lui revient.
  • Dans le même esprit, un certain nombre de sanctuaires marials célèbrent actuellement une consécration à Marie pour les enfants baptisés dans l’année, par exemple, Notre Dame de Grâce à Honfleur, Notre Dame de la Délivrande à Douvres-la-Délivrande, etc.
  • La spiritualité de saint Louis-Marie de Montfort : Marie est un moule vivant où nous sommes façonnés, chacun de manière unique.

[1] La Tradition Apostolique §21, par B.BOTTE, SC 11 bis, Le Cerf Paris 1968, p. 84

[2] F. Breynaert, L’arbre de vie, Parole et Silence, Paris 2006 ; ou A l’écoute de Marie, tome II, Brive 2007.

Lire aussi : Ignazio Calabuig, Il culto di Maria in occidente, In Pontificio Istituto Liturgico sant’Anselmo, Scientia Liturgica, sotto la direzione di A.J. Chupungco, vol V, Piemme 1998. p. 270-271


Mgr Jean Ntagwarara (Burundi)

 

 

Breynaert (Françoise Breynaert)


A propos de l’auteur

Françoise Breynaert docteur en Théologie qui a aussi puisé dans l' enseignement doctrinale des Pères Servites de Marie

Breynaert (Françoise Breynaert)Voir toutes ses publications

Née en 1963. Docteur en théologie (Marianum, Rome). J’ai rencontré les fondateurs du projet « Marie de Nazareth » en septembre 2001 et je me suis mise à leur service en partant à Rome dès le mois d’octobre. J’ai étudié à la faculté pontificale de théologie « Marianum », en apportant au projet des fiches de synthèse en français, entre les années 2002 et 2005. Pendant ces années à Rome, en 2004, j’ai soutenu une thèse de doctorat « L’arbre de vie, symbole de la spiritualité de saint L-M de Montfort », avec la mention Summum cum laude (mention suprême).
En 2006, j’ai donné la formation mariologique au séminaire franciscain de Jérusalem (en italien). Entre temps, j’ai aussi parfois donné des sessions de formations dans des communautés classiques ou dans d..

- See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/vivre-le-bapteme-avec-marie#sthash.EF6hBlpE.dpuf

23 février, 2014

PELERINAGE ISLAMO-CHRETIEN DES SEPT-SAINTS DE VIEUX-MARCHE EN BRETAGNE – 27-28 JUILLET 2013

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 23:53

Accueil | Actualité | Edito | Articles | Tourisme
Le pèlerinage des 7 dormants se termine par une réunion dans l’église avec les invités.
PELERINAGE ISLAMO-CHRETIEN DES SEPT-SAINTS DE VIEUX-MARCHE EN BRETAGNE – 27-28 JUILLET 2013
Avec les 7 martyrs mettons le cap vers le Paradis et osons le dialogue inter-religieux
Sept jeunes hommes furent condamnés à mort pour ne pas avoir voulu se soumettre aux idoles de leur temps et ils s’endormirent pour l’éternité emmurés dans une caverne avec leur petit chien. Dieu les ressuscita, plus de cent ans après. Cette histoire est fêtée par les catholiques, les chrétiens orthodoxes et les musulmans. Cette histoire des 7 saints a été étudiée par Louis Massignon.
Le Tantad, le feu des pères, est béni par l’évêque.
Le Tantad, béni par le « Pardonneur » s’enflamme d’Amour en 2012

Le feu sacré est intégré à la cérémonie catholique, en lui donnant un sens Christique. Le Feu des Pères, n’est autre que l’héritage du culte zoroastrien transmis par le peuple celte qui était le balbuciement de la recherche du Dieu unique, le Créateur de toute chose. En 2012, le père Jean-Jacques Pérennes, Dominicain au Caire, a été le « Pardonneur ». Ce prêtre Dominicain allum et béni le feu du Tantad, anticipant ainsi l’Année de la Foi, voulue par le Pape Benoît XVI, sur la place Louis Massignon du Hameau des Sept-Saints, en Vieux-Marché dans le Trégor en Bretagne. La Splendeur de Dieu va se manifester et nous n’aurons rien à faire sinon de contempler.

Dans le Motu Proprio « Porta Fidei », le pape Benoît XVI a annoncé une « Année de la foi ». Elle débutera le 11 octobre 2012, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, et se conclura en la solennité du Christ Roi, le 24 novembre 2013.
Bienheureux les coeurs purs.
Un pardon millénaire en Bretagne

Le pardon breton de Vieux-Marché, a lieu chaque année, le premier dimanche qui suit le jour de la Sainte Marie Magdeleine, apôtre des apôtres. Il célèbre la résurrection de sept martyrs avec leur petit chien. Les traditions chrétiennes catholique et orthodoxe et la Sourate 18 du Coran parlent de la Résurrection finale. C’est autour de Notre-Dame-de-Miséricorde (Vierge Marie à l’Enfant) que le peuple breton célèbre les Sept Saints. Croire au Paradis est un acte de Foi.

L’Eglise construite sur un dolmen rappelle qu’en Bretagne les moines irlandais n’ont pas rejeter les traditions pré-abrahammiques. Le Pardon breton est un évènement à la fois individuel et collectif. La Miséricorde de Dieu est donnée à la communauté toute entière qui se met en marche et suis le bon Berger. Cela suscite donc mille joies, exprimées par les repas et les danses. La foi des bretons s’exprime par ces « pardons » qui sont des mini-pèlerinages festifs, qui font revivre.
Comment cette histoire est arrivée en Bretagne

L’histoire est racontée en Bretagne dans un chant moyenageux en langue bretonne, Ar Seiz sants. Ce type de chant est appelé « Gwerz », ou chant profond de Bretagne (Breizh), chanté par Yann-Fanch Kéméner ou par les frères Morvan. Plusieurs hypothèses pour l’origine de la venue de cette histoire en Bretagne. La première est celle du retour des chevaliers de Terre Sainte aprés les croisades. La deuxième par la mer : les mines d’Etain firent venir des commerçants du Maroc ou des marins grecs venant d’Ephèse ?. La troisième hypothèse : l’histoire fut transmise par le saint franc Grégoire de Tours (VIe siècle), Jacques de Voragine (XIIIe, Légende dorée) et Ibn Abbas (618, conpagnon de Mohamed, prophète de l’Islam).

Liste de lieux non-exaustive : Abrîq (haut euphrate, Arabissos (près de Tarse), Amorium (Turquie), Azeffoun (Gde Kabylie) Baysan (Célius), Béja (Tunisie) Biskra, Boghari (Autun), Le Caire, Chnini (Tataouine, Tunisie), Comores, Damas (Syrie), au Liban, en Allemagne, El Arrouch (Algérie), El Oudiane (Tunisie), Foum el Toub (Aurès, Algérie), Gandia (Valence, Espagne), Germia (Galatie-Turquie), Guidjel (Algérie), Gandia (Valence, Espagne), Hamad des Oulad Ayar, Guabala (Tunisie), Harar (Ethiopie), Istanbul, Jânan al Ward, (Cordoue), Jîruft, Kara-Khodja (Turkestan chinois), Loja de Grenade, Cap Matifou (Alger), Meïméné (Upiyan, Afghanistan), Midès (Tunisie) Najrân (Arabie), Paphos (Chypre), Perdiwar (Kurdistan), Qodjo (Gaochang-Mongolie), Rabat – Sefrou – Sidi Hazarem à Fès (Maroc), Raquîm (Amman, Jordanie), Tarse (Turquie), Tebessa (Bakrî), Tolède, Toyoq (Turkestan chinois), Tozeur (Tunisie), Vieux-Marché (Bretagne – Breizh), Wadi Mûsa (Pétra, Jordanie).
50 ans de la mort de Louis Massignon

Il y a 58 ans, Louis Massigon, orientaliste et homme de paix, aidé par sa fille linguiste, fit le rapprochement entre les 7 Dormants de la Sourate 18 de la Caverne et le chant de Gwerz : Ar seizh saint. Un an avant la guerre d’Algérie, le Trégor vit naître le pèlerinage islamo-chrétien, greffé sur le Pardon ancestral. Cette année, le 22 juillet tombe un dimanche en début de Ramadan, un Imam a organisé la prière de rupture du jeûne et offert les dattes, le lait puis la chorba. Cette année la nuit du Destin (fête musulmane) tombe dans le nuit du 14 août, nuit de la fête de l’Assomption, chez les chrétiens. Une autre occasion de vivre ensemble et distinctement des heures de veille. Confions cette nuit du Destin 2012 à Myriam, mère de Jésus. Le monde n’a-t-il pas besoin de veilleurs. Que Saint Michel archange déploie toute son armée céleste et protège tous les hommes de bonnes volonté du monde entier qui ose allé contre les logiques de guerre inspirées par satan. Rien n’est pire que la guerre.

Louis Massignon organisa pendant la guerre d’Algérie, un jeûne pour la Paix dans l’esprit des jeûnes du Mahatma Gandhi. « La non-violence et la rencontre de l’Autre » est au coeur du message des rencontres de Vieux-Marché. Lanza Del Vasto fut un pionner en matière de non-violence en France en créant la communauté de l’Arche de La Borie Noble à Roqueredonde dans l’Hérault (34). Un autre pionner est Jean Vanier qui fonda les communautés de l’Arche, avec un esprit de « vivre ensemble » en acceptant les fragilités de chacun et proclamant le respect de la Vie.

A l’époque de la guerre d’Algérie Vieux-Marché fut déjà un refuge, lieu de rencontre et de réflexion face à la cruauté de cette guerre. Le gros « bourdon » de la cathédrale d’Alger est visible dans l’Eglise de Vieux-Marché.

Des personnes athées et des agnostiques viennent à Vieux Marché car ils s’intéressent à la démarche de Louis Massignon pour « une paix sereine ». Le père Jean-Jacques Pérennes, disciple de Saint Dominique, a rendu grâce pour l’héritage spirituel et littéraire de Louis Massignon qui sert de référence aujourd’hui à l’institut du Caire, l’IDEO.
50 ans de l’indépendance de l’Algérie

Les territoires de l’Algérie était en 1958 des départements français. Une guerre civile démarra alors. Cette guerre civile revendiquait un statut égal pour tous les habitants de l’Algérie. Des conceptions politiques diverses s’affrontèrent alors. C’est l’indépendance de l’Algérie permit le rétablissement de la paix. Beaucoup d’algériens vivents en France aujourdh’ui et des mariages mixtes ont eu lieu. Confions à Saint Augustin, d’Annaba, l’avenir de la France et de l’Algérie. L’Algérie fût consacrée à La Vierge Marie, en témoigne une plaque à ND des Victoires à Paris. La France fut consacrée à la Vierge Marie par Louis XIII. Il obtint de Dieu un héritier : Louis XIV.

Alors que l’Europe se reconstruisait après la seconde guerre mondiale, la France fut cruxifiée par cette guerre en Algérie. Des attentats et des affrontement firent couler le sang tant dans les départements d’Afrique du Nord que sur le continent. Il sagissait d’une guerre civile qui devint une guerre entre deux nations. Or ces peuples qui contituaient la France à cette époque s’était battus ensemble dans les tranchées pendant la guerre 1914-18, puis lors de la guerre 39-45, ce qui a toujours donné aux soldats algériens, maliens… et à leur descendants un droit à la nationalité française par le sang-versé pour la France.

L’Algérie est indépendante depuis 1962. Beaucoup d’algériens sont habités par l’esprit de la France Libre que certains français eux-même ont oublié. Le sang des combattants durant les guerres a lié les peuples. Beaucoup de couples dit mixtes se sont unis depuis plus de 150 ans.
L’esprit de « La Caverne » aujourd’hui

Actuellement, l’histoire des sept dormants peut être un enseignement, alors que des évènements violents ont lieu dans le monde entier. Les Hommes sont confrontés à la tyrannie de la mondialisation économique qui déracinent les peuples de leurs histoires. L’Homme de Foi croit en la Résurrection des morts après le jour du Jugement dernier qui verra le retour de Jésus-Christ dans sa Gloire. Tout être humain toujours se préparer pour le départ vers la Paradis après le pèlerinage terrestre. Les hommes et femmes qui cherchent Dieu d’un cœur sincère sont incités et souvent contraints de vivre leur foi de manière souterraine, alors que le monde, lui court à sa perte. La France, l’Europe et le monde sont confrontés à de graves injustices. Les dirigeants doivent gérer la misère galoppantes. Que l’Esprit de Dieu inspire les gouvernants de France et du monde entier !
La tradition non-transmise

La modernité après la seconde guerre mondiale a suscité une rupture dans la transmission de la tradition. Les générations nouvelles sont confrontées au vertige de l’absence de racines intérieures et extérieures. Dans ce désert, seule la manne donnée par Dieu nourrira ces générations assoiffées d’Amour et de Miséricorde divine. Le Monde et ses richesses fut confié à l’Homme, objet de l’infinie tendresse de Dieu. Le fait que l’Homme ne soit plus enraciné, dans la prière, la Parole de Dieu, la liturgie, et les sacrements entraîne que Dieu ne gouverne plus les actes des hommes. Pèchés individuels ou collectifs empêche l’Homme d’agir pour le bien commun.
Al Hallaj, un mystique syrien, martyr en 922

Al-Hallaj, le grand mystique soufi, fut emprisonné neuf ans, puis il fut torturé et exécuté le 27 mars 922 à Bagdad, en l’année 309 de l’Hégire. Louis Massignon fit une étude approfondie sur ce martyr perse qui vécu une véritable Passion. Louis Massignon fit ses études au Caire en Egypte puis alla vivre en Syrie. Il devint prêtre dans une église de rite araméen. Les personnes qui nous ont précédé peuvent nous aider à réveiller nos consciences et rappeler que nous ne sommes que de passage sur cette terre et que le but ultime est le Paradis.
Des chemins d’espèrance au pays de Saint Yves

Ces rencontres interreligieuses ou interculturelles peuvent ainsi mettre en avant l’héritage commun des religions. Souvenons-nous que Saint Augustin, grand apôtre de la Liberté en Dieu et qui combattit les hérésies, était de Annaba. Vieux-Marché se trouve dans le Trégor en Bretagne, pays de Saint Yves, patron des bretons et des avocats car célèbre pour sa charité et la défense des pauvres.

A Rome, dans les catacombes de Rome au temps des persécutions, un tableau au dessus de sépultures des premières sépultures chrétienne : sept hommes attablés au Festin céleste associé avec la représentation du Bon Berger (Jésus). La symbolique du chiffre sept contient donc une espérance universelle. La perspective du Salut et du Paradis s’ouvre pour tous les Hommes par Grâce et par Miséricorde. Lorsque vous viendrez à Vieux-Marché, la tradition est de faire un voeux en buvant à la sainte fontaine, et d’espérer le meilleur pour vous et pour le monde.

En ces temps, qui sont peut-être les derniers, comment convertire les âmes sinon par la simplicité, la joie et la clarté de cette rencontre. Le feu du Tantad était cette année exceptionnel et invitait les personnes présentent à contempler la spendeur de Dieu.
Le dialogue inter-religieux

La résurrection est universelle comme le sont les symboles du feu et de l’eau. Le dialogue interreligieux n’est pas un meeting fusionnel ; c’est une rencontre de personnes de bonne volonté cherchant à affronter les défis de notre temps. Chacun garde son identité et réfléchit avec l’Autre. Différents regards sont posés sur l’actualité que vit l’Humanité.
Informations pratiques

Cette année le pèlerinage à eu lieu au début du Ramadan. L’esprit d’hospitalité des habitants de Vieux-Marché a tout prévus l’accueil et le respect de chacun.

1. Le pardon catholique : Procession de la Vierge et Tantad (feu sacré) dans le hameau, suivi de la messe et du Fest-Noz le samedi soir. Le dimanche matin messse à 10h suivie de la marche vers la source sacrée où on lira la Sourate 18 du Coran en français et psalmodié en arabe.

2. Rencontres islamo-chrétiennes par l’association »les Sources des Sept Dormants »le 21 juillet 2012, dans la salle municipale de ville de Vieux-Marché. Au programme des 50 ans – 1962-2012 :
- Disparition de Louis Massignon,
- Accords d’Evian entre l’Algérie et la France,
- Indépendance de l’Algérie,
- 2012 : Quel impact aujourd’hui ?

3. Une exposition de photographies sur le pardon des sept saints organisée par Louis-Claude Duchesne

4. Animations organisées par « Tud Ar Seiz Sant »: (Gens des sept saints) :
- Vide-grenier le samedi (3 euros le mètre),
- Jeux divers, jeux de boules,
- Balades à dos d’ânes avec l’association Méné Brait,
- Repas le samedi midi et le soir,
- Pardon à 21h puis Procession à la Vierge Marie, Tantad sur la place Massignon,
- Fest-Noz (fête de nuit), danses et chants bretons, jusqu’au bout de la nuit.
- Messe du dimanche des Sept Saints à 11h, suivie de la procession à la source bénie : Ar Stiffel.
Boire à la fontaine de l’eau et faire un voeu, en se confiant au Dieu Miséricordieux,
- Le dimanche midi, un repas « méchoui »hallal, fontaine aux sept trous (Ar Stiffel en breton)

5. Balade contée des « Moines Celtiques » à 17h. 5000 ans d’histoire à Vieux-Marché.

Pour venir à Vieux-Marché : en train ou en voiture Paris-Brest jusqu’à Plouaret-Trégor en Bretagne (22). tourner à droite vers Vieux-Marché, à l’entrée de Plouaret. Le hameau des Sept-Saints est accessible à pied de Vieux-Marché.

Gourmandise à Vieux Marché

« Les Roches des 7 saints » sont des gâteaux fabriqués M. Geoffroy Galerne, boulanger place des déportés. Le petit plus pour un pèlerinage d’un jour.
Aux environs

Aux environs de Vieux-Marché :A vol d’oiseau, on est proche de Saint-Michel-en-Grève au bord de la mer (Lokmikael-an-Traezh) ou à Saint-Efflam réputé pour la pratique du char à voile. Il est bon de visiter les château de Rosambeau et de Tonquédec. Les abbayes de la région : Abbaye Notre-Dame de Beaulieu, Abbaye de Beauport, Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos, Abbaye Notre-Dame de Boquen, Abbaye de Bégard, Abbaye Notre-Dame de Coatmalouen, Abbaye Notre-Dame de Lanthénac, Abbaye Saint-Aubin des Bois, Abbaye de Saint-Jacut, Abbaye Saint-Magloire de Léhon.

Les documents à télécharger (au format pdf) :

- L’affiche du Pardon 2012

- Le programme des rencontres

- Les Cahiers d’Orient et d’Occident

- Ecrit de Louis Massignon sur les sept dormants

- Chant profond de Bretagne : gwerz »Ar seiz Sant »

- La méditéranée des sept Dormants

- « Notre Père » en langues dont le breton

- Basilique Saint Augustin à Annaba en Algérie

- Livre sur Ghandi

Illustrations : Place Louis Massignon au hameau des Sept-Saints en Vieux-Marché (22). L’icône des sept saints Orthodoxe. de Le dialogue dans la chapelle des sept-saints. La fontaine sacrée des 7 saints où l’on fait un voeux. Mohammed Idali, calligraphe breton d’origine marocaine, proposait d’écrire un nom ou une parole en arabe calligraphié. Le colloque islamo-chrétien. La récitation du Coran par l’Immam. Autel des moissons : Saint-Isodore, martyr et patron des cultivateurs et laboureurs. L’icône orthodoxe des 7 dormants. Bal breton le dimanche après-midi. Ballade en carriole tirée par un âne grâce à l’association Méné-Brait. La bénédiction du Tantad (feu) par le prêtre symbolisant la lumière de Dieu jaillissant dans nos ténèbres.

Vidéos : Pèlerinage Islamo-chrétien de Vieux Marché, Benoît XVI, Les rencontres d’Assise 2011, Soeur Marie Keyrouz chante « Les Béatitudes », Evangile de Saint Mathieu, Mahatma Gandhi, le mystique iraquien Al Hallaj, Michael Lonsdale conte l’histoire, Sourate 18 du Coran récitée chaque vendredi dans les mosquées.
place Louis Massignon Boire à la source des sept trous : ar Stiffel La récitation de la Sourate 18. Le Pardonneur de l’année 2012 à Vieux-Marché. place Louis Massignon Saint Isidore, patron des laboureurs, nous rappelle que le pardon se passe pendant les moissons. Dimanche après-midi : le bal breton.

Pèlerinage islamo-chrétien

Rencontres d’Assise

« La Prière de Jésus » en arabe

« Le Notre Père » en araméen

Sourate 18 du coran

Gandhi

Al Allaj

Mickael Lonsdale
En savoir plus

Louis Massignon
Jean-Jacques Pérennes
Idéo du Caire
Diwan
Le mot du Curé
Armor TV
Reportage INA-1957
L’évangile du jour
Yann Fanch Kemener
Philosophie du pèlerinage
Livres de L. Massignon
Pèlerinage Islamo-chrétien
7 dormants à Tataouine
Texte du Gwerz
Calligraphie, M. Idali
Université de Toulouse
Les Baladins de la Tradition
Spiritualité

La Caverne
Rosaire avec ND de Miséricorde
Eglise catholique d’Algérie
La Nuit du Destin
Saint François d’Assise
Saint Isidore
Saint Yves
Charles de Foucauld
Lanza del Vasto
Martin Luther King
Notre Père en langues
Pardon breton catholique
Marie Madeleine
Saint Augustin
Sainte Monique
Grégoire de Tours
Jacques de Voragine
Salman le Perse
Al-Hallâj
Ibn Abbas
Abdu’l-Bahá
Inter-religieux

Définition
Pèlerinage Inter-religieux
L’Esprit d’Assise
Abd El Jalil
Dialogue en Marche
Les Morts de la Rue
L’Arche de Jean Vanier
Fraternité d’Abraham
Chrétiens de Méditéranée
Revue « Se comprendre »
GRIC : Groupe de Recherche
Foyers Islamo-chrétiens
Amitiés Islamo-chrétiennes
L’Algérie

Algérie : le temps du dialogue
La guerre d’Algérie
Histoire-géo
Les Accords d’Evian
Service Relations avec l’Islam
L’Algérie de St Augustin
Mosquée de Paris
Les Amis de l’Algerie
Patrimoine algérien
Patrimoine rapatrié
Breizh – Bretagne

La Bretagne
Tourisme catholique
Caritas 22
Le Tro-Breizh
Provinces de France
Diocèse de Saint-Brieuc
La langue bretonne
Diwan – Breizh
Breton : langue vivante
Livres en breton
Anjela Duval
Office de Tourisme à Lannion
Commune de Vieux-Marché
Festival inter-celtique
Les bretons de Paris
Château de Rosambeau
Château de Tonquédec
A lire

Louis Massignon :
- »Les Sept Dormants d’Éphèse (Ahl al-Kahf) »Revue des Études Islamiques, Paul Geuthner, Paris, 1954 à 1963.
- »Écrits Mémorables », Ed. Robert Laffont,2009.
« Les Sept Dormants, Apocalypse de l’Islam », in Analecta Bollandiana, Bruxelles,1950.

François Jourdan :Tradition des Sept Dormants. Ed. Maisonneuve & Larose
Jacques Keryell : Louis Massignon, au coeur de notre temps. Ed. Karthala
John Tolain :
Le Saint chez le Sultan. St François d’Assise en 1219 rencontre le Sultan d’Egypte.
A écouter

Yann Fanch Kemener : Gwerz, chants profonds de Bretagne.
Aqdas Al-Mouloq : Marie (Myriam), Sourate XIX. Ed. Al Sur.

M

 

28 août, 2013

La Chapelle des Frères Servites de Marie à Saint Ortaire France

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 10:19

La chapelle des Servites

 

La Chapelle des Frères Servites de Marie à Saint Ortaire France servi-di-maria-saint-ortaire-300x225

Dès son arrivée, le visiteur se trouve au pied de la chapelle des Servites. De style néo-roman, elle se dresse à l’emplacement où saint Ortaire fonda son ermitage. Construite au dé­but du XIX siècle par le père Chappey, elle semble protéger le Prieuré qui abrite, depuis 1945, les frères Servites de Marie et leurs novices. Elle offre au curieux un spectacle insolite: en lieu et place du coq traditionnel, son clocher est surmonté d’une croix que barre une faucille, rappelant la faucille d’or des druides. Cet em­blème rappelle que la religion des druides étant encore dominante en Gaule, à l’époque de Saint-Ortaire, avant que le christianisme vienne lui succéder.

Toutefois, la présence de la faucille montre que toutes les valeurs de cette religion, comme de toute religion, peuvent trouver leur vraie place au pied de la croix.

Dès l’entrée dans la chapelle, on ne peut qu’être frappé par la représentation d’un Christ ressuscitant et comme brisant la coquille d’un œuf qui évoque la Pâques. Cette figure sur­monte le maître-autel, éclairé de manière natu­relle par les vitraux qui l’entourent. Avant de s’avancer dans la nef, sur la droite, deux statues : l’une, en pierre : celle de Saint-Ortaire et l’autre, en bois : celle de Saint-Pérégrin. Une plaque commémorant la mémoire de Pierre Chappey, bâtisseur de la chapelle, s’ins­crit entre ces deux œuvres. A gauche de l’entrée, une statue de pierre re­présente le Christ en croix réconforté par la Vierge, debout et en prière ; c’est une œuvre de Pierre Marcel. Une photographie de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face rappelle que c’est dans le diocèse de Sées, où se trouve Saint-Ortaire, à Alençon, qu’est née celle qu’on appelle sainte Thérèse de Lisieux ou plus familièrement la Petite Thérèse. En avançant vers le chœur, à gauche, une suite de huit figurines en cuivre repoussé, dues à Jean Douai, ami de la communauté, représente le chemin de Marie, ponctué en sept douleurs avant de s’épanouir dans la gloire du Ressus­cité.

Dans la nef, six vitraux : trois, à droite, évo­quent des moments de l’histoire des Servites ; trois, à gauche, décrivent des scènes bibliques. Chaque vitrail de droite propose une idée cor­respondant à un vitrail de gauche ; ils sont dus à l’abbé Bernard Chardon.

Sur le premier vitrail de gauche : le Bon Pasteur et ses brebis ; sur celui qui lui fait face : saint Antoine-M. Pucci, Servite, canonisé par Jean XXIII en 1962, et qui fut curé au siècle der­nier, bénit ses fidèles, soigne les malades et couvre un être mal vêtu.

Le second vitrail de gauche évoque l’Eucharistie : on peut voir, en haut, le Christ et ses apôtres lors de la Cène tandis que le bas du vitrail, anti­cipant déjà l’Eucharistie, représente le don de la manne aux Hébreux qui errent dans le désert

durant l’Exode. Le vitrail de droite illustre la Communion expérimentée par les Sept saints Fondateurs des Servites s’inspirant de sainte Marie; y figure aussi saint Augustin, dont le Servites ont adopté la règle. Le troisième vitrail de gauche montre l’Ascension où le Christ emporte avec lui l’Humanité dans sa gloire et, clin d’œil de l’artiste, la cha­pelle où nous nous trouvons est, elle aussi, dans cet élan. Le vitrail de droite nous présente sainte Julienne Falconieri et saint Pérégrin Laziosi.

A droite et à gauche du chœur, deux chapelles latérales évoquent la Vierge Marie à travers quatre autres vitraux. Dans la chapelle de droite, le premier vitrail évoque la fuite de Jésus, Marie et Joseph en Egypte pour échapper au massacre des Inno­cents. Le second met en scène Marie au pied de la Croix.

Dans la chapelle de gauche, le premier vi­trail représente la Visitation, rencontre entre Marie et sa cousine Elisabeth (mère de Saint-Jean-Baptiste) au cours de laquelle Marie chante le Magnificat. Le second vi­trail propose une Nativité. Dans cette mê­me chapelle latérale se trouve le tabernacle en forme de tente qui rappelle que Dieu, en Jésus, a planté sa tente parmi nous. Près de l’autel, une statue de la Vierge, présen­tant Jésus et vêtue d’un manteau en écorce, fait allusion à l’Arbre de vie. Derrière l’autel, et entourant le Christ « ressus­citant », deux vitraux retiennent encore notre attention : l’un, à droite, peint l’appel du Christ aux pêcheurs qui « laissant là leurs filets, le suivirent » (Marc 1/15) ; l’autre, à gauche, re­présente saint Philippe Benizi, Servite, qui fut pendant de nombreuses années serviteur de ses frères comme Prieur général et qui, préférant la vie communautaire aux honneurs, selon une vieille tradition, refusa d’être pape.

L’autel, comme les vitraux, est le fruit de la méditation du père Bernard Chardon et, donc, riche de plusieurs symboles. D’abord, cet autel frappe par sa transparence: en effet, quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, la lumière le traverse. Le Christ n’a-t-il pas dit : « Je suis la lumière du Mon­de. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres » (Jean 8/12) ? On remarquera que si le pied qui supporte le poids de l’autel est d’abord étroit, fragile à sa base, à mesure qu’il se rapproche du plan hori­zontal, de cette table qui représente le Christ, il s’évase, devient plus large, plus fort, de même que lorsqu’on approche le Christ, on devient fort, très fort. Autre symbole : ce pied est dif­forme, « infirme » en quelque sorte, rappel que le Christ « a pris sur lui toutes nos infirmités » (Matthieu 8/17).

Le pied qui soutient l’arrière de l’autel res­semble, lui, à un pied de table ordinaire ; il est ici pour nous rappeler que le repas eucharis­tique anticipe le banquet céleste au sein de la Trinité et aussi pour donner sens à nos repas de tous les jours : le Christ n’a-t-il pas dit « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » (Matthieu 28/20) ? A la droite de l’autel, on remarque un Ovale, image de la perfection. De même, que le Christ est assis à la droite du Père – place d’honneur qui lui revient du fait qu’il a par­faitement accompli, dans l’amour, sa mission de Salut – être proche de l’autel c’est être proche du Christ, c’est rechercher la perfec­tion, c’est accepter de recevoir, de lui, la grâce de réaliser la parole inépuisable qu’il vous donne : « Soyez parfaits comme votre Père est parfait » (Matthieu 5/48).

 

Un lieu de vie

Sortant de la chapelle, nous trouvons à droite le bâtiment principal, le Prieuré proprement dit. Cette demeure, sur le mur latéral de laquelle se trouve une jolie Vierge à l’Enfant, est le lieu de vie des frères. Lieu de travail aussi : certains ont davantage pour tâche l’entretien du Prieuré ; d’autres ont la charge de nourrir les frères, par le jardinage ou par la cuisine; d’autres encore, préparent les cours ou conférences qu’ils don­neront dans les écoles, séminaires ou universi­tés. Toutefois, tous se retrouvent pour les di­vers services, pour les rencontres fraternelles et, bien sûr, quatre fois par jour, pour la prière à l’oratoire ou la chapelle, prière toujours ouverte aux hôtes et aux fidèles.

L’oratoire frappe par la beauté de ses murs de pierres, dont certaines sont comme des sculp­tures que chacun pourra interpréter à sa guise. La lumière est donnée par deux vitraux du père Bernard Chardon : sur celui de gauche, la Vier­ge présente l’enfant Jésus à sept personnes qui, pour les Servites, évoquent leurs fondateurs. Celui de droite, plus abstrait, est constitué d’un mélange d’êtres et d’animaux, certains très handicapés, entourant le visage d’un Christ qui vient illuminer notre regard du sien et nous appeler, avec toute la Création, à devenir Royaume de Dieu.

Le petit autel, en céramique, est à double face. D’un côté, la Croix, offerte, s’inscrit dans des lignes dessinant une coupe, et des cercles rappe­lant l’hostie; de l’autre côté, figure l’illustration du Psaume 41 : « Comme le cerf aspire après l’eau vive, ma vie, mon âme, ont soif de toi ».

Le tabernacle a été creusé dans un tronc d’arbre provenant de la forêt par le frère Gaëtan-M. Proulx. Le Christ en bois rayonnant provient d’Orvieto, rappelant les origines italiennes de l’Ordre. Nichée dans le mur de pierre, une sta­tuette de la Vierge provient du Canada[2]. Dans une autre niche, figure un petit reliquaire dû à Jean Douai. Derrière nous, une petite statuette de Saint-Augustin évoque les origines de la Règle adoptée par les Servites.

En ressortant de l’oratoire, nous apercevons, à gauche de la chapelle, une maisonnette que les frères ont coutume d’appeler l’ermitage. Celles ou ceux qui désirent vivre un certain temps dans le plus grand silence peuvent demander à y résider quelques jours.

Il est possible également, selon les périodes au­torisées à cet effet, de venir partager la prière et la vie de la communauté en logeant à « l’hôtel­lerie » en face du Prieuré. Tout le monde peut faire une demande en vue d’y être accueilli pour une retraite spirituelle. Ces temps de prière et d’échanges avec les frères sont particu­lièrement recommandés aux jeunes dans ce cadre forestier qui favorise le recueillement. En ressortant de l’oratoire, nous passons devant « l’hôtellerie », lieu d’accueil pour retraite spiri­tuelle.

Un petit bureau propose, plus loin, quelques souvenirs : objets de piété et publications reli­gieuses diverses. On peut aussi y confier des in­tentions de messes ou demander à rencontrer l’un des frères. Ne pas manquer d’y acheter les fameuses confitures faites au Prieuré. Juste à côté, le foyer Saint-Philippe sert de salle de prière et de lieu de rencontre, pour jeunes en particulier ; une peinture de Bernadette Dupin représente la Vierge Marie et les Servites. A droite du foyer, enfin, voici Cafaggio, construction récente, du nom de la première habitation des Fondateurs de l’Ordre, aux portes de Florence. Un bas-relief en cuivre re­poussé, dû à Jean Douai, et représentant les Fondateurs de l’Ordre fait face à une très belle cheminée.

Tel s’offre à nous le hameau du Bas-Bésier, clairière paisible dans la tendre forêt de Ba­gnoles, oasis de ferveur et de méditation, d’ac­cueil et de joie, où, depuis des siècles, dans l’histoire, se sont succédé des hommes et des femmes qui, comme les Servites d’aujourd’hui, ont toujours cherché à vivre l’Evangile, d’une manière simple et fraternelle, en s’inspirant de Marie.

 


 

 



[2] La provenance canadienne de la statuette n’est pas un hasard puisqu’en 1961, les Servites de France décidèrent de se rattacher juridiquement à la Province servite cana­dienne alors en plein essor. Les Servites belges les suivi­rent en 1985, si bien que le Vicariat servite franco-belge est membre de la Province servite canadienne.

26 juillet, 2013

Père Sosthène Marie Ledoux Ordre Servites de Marie .

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 1:42

Il faut le reconnaître, le RP Ledoux n’a pas une écriture ample, souple et agréable. Mais il est le seul auteur en langue française, à ma connaissance, qui ait exposé, fouillé devrai-je dire, les Douleurs de la Vierge, avec autant de profondeur. Si parfois son insistance sur les souffrances peut nous agacer, force est de constater, qu’après d’autres lectures, ses écrits demeurent ceux qui nous ont le plus appris sur les Douleurs de notre Mère. Ce sont notamment ces « Fondements » qui nous font le plus méditer sur le vécu de notre Mère et entrevoir le réel abîme de ses sacrifices. Si vous voulez vraiment commencer à comprendre le vécu réel de la Vierge des Douleurs, selon l’expression hispanique, leur lecture est incontournable. Et naturellement, vous y reviendrez de temps à autre, au moins en partie selon la grâce qui vous guide, car c’est dans ces méditations que vous trouverez votre nourriture la plus substantielle

Le R.P. Sosthène-M. Ledoux OSM (Servites de Marie)

L’ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre mendiant de l’Église catholique romaine, créé en Toscane (Italie) au XIIIe siècle. À la vie contemplative, ils mêlent l’apostolat sous toutes ses formes (prédication, enseignement, mission, etc.). Dans l’ordre, tous sont frères et plusieurs sont frères-prêtres. Ils sont aujourd’hui environ un millier répartis sur les cinq continents.

Père Sosthène Marie Ledoux Ordre Servites de Marie .

La plus grande partie des textes viennent du livre intitulé « La plus affligée des mères ou manuel de dévotion aux Douleurs de Marie » (1888) de R.P. S.-M. Ledoux, de l’Ordre des Servites de Marie.
C’est avec cet auteur que vous trouverez la nourriture la plus riche pour alimenter votre méditation, vos oraisons et que vous pourrez entrapercevoir l’abîme des Douleurs de notre Mère, endurées pour notre salut, avec son Fils Premier Né, le Sauveur.

La plus affligée des Mères ou Manuel de dévotion aux Douleurs de Marie

page4-img1

La plus affligée des Mères, ou Manuel de dévotion aux Douleurs de Marie, contenant plus de cinq cents méditations ou considérations d’après les saints docteurs et les écrivains ascétiques… par le R. P. S.-M. Ledoux

Approbation_300px

Exercices principaux

Pour le Premier Vendredi de chaque mois

La désolation de Marie, en Douze considérations
La désolation de Marie dans la privation de son Jésus ;
Désolation de Marie dans sa maison froide et vide de Jésus ;
Désolation de Marie, obligée de vivre au milieu d’un peuple malveillant ;
Désolation de Marie visitant les lieux sanctifiés par les souffrances de son Fils ;
Désolation de Marie en pensant à la ruine de sa nation ;
Désolation de Marie en pensant aux contradictions que devait subir la doctrine de Jésus-Christ ;
La désolation de Marie à la pensée des oppositions que devaient soulever les préceptes divins ;
Désolation de Marie à la pensée des persécutions qui attendaient les disciples de son Fils Jésus ;
Désolation de Marie à la pensée du sang de Jésus répandu inutilement pour le plus grand nombre des hommes ;
Désolation de Marie en pensant aux dissensions qui devaient désoler l’Église, épouse de son Jésus ;
– Désolation de Marie en pensant au triomphe de l’impiété et de l’erreur
;
Marie Reine des martyres.

(d’après le P.B. Troscia,
de l’Ordre des Servites de Marie)

Pour tous les jours du mois

(par le Père Ventura. Général des Théatins)

123

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904