• Accueil
  • > Recherche : st vierge marie

29 avril, 2018

Exorciste Exorcismes Où trouver en France un prêtre exorciste orthodoxe oriental ?

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 9:31

 

http://exorciste87.over-blog.com/o%C3%B9-trouver-en-france-un-pr%C3%AAtre-exorciste-orthodoxe-oriental

 

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

Publié le 10 Juin 2013 par Servus in Exorcismes, Prières de délivrance, prières de guérison, combat spirituel

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l’un ou l’autre Monastère d’une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

 

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l’un ou l’autre Monastère d’une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

 

 

 

Pour recourir aux Services pastoraux d’un Prêtre-exorciste de l’Eglise Syriaque-Orthodoxe- Francophone* en:

 

 

 

*Région Parisienne:

 

Relais Paroissial Ste Geneviève – Mar Thomas,

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste lors des Messes en Region Parisienne

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Normandie et Nord-Ouest:

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les weekend, le 22 et 29 de chaque mois.Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde les premiers dimanches du mois.

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

Relais Paroissial St Michel

 

¤En fin de mois sur Rendez-vous à partir du 29

 

Adresse :

S/C Mme Henriette MARIE

45 Rue de la Marne CAEN

 

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Bretagne et Pays de Loire:

 

Relais paroissial St Charbel,

 

¤Tous les jeudis suivant le 1er dimanche du mois, permanence d’un prêtre exorciste à NANTES de 9h à 17 h . Messe à 18h au

 

Groupe de Prière Saint Charbel,

 

46 Rue de la Fauvette. NANTES

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Association Inter-paroissiale N-D de la Très Ste Trinité

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Limousin, Poitou-Charente:

 

Paroisse Notre-Dame des Grâces / St Ubald

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les

 

-2èmes et

 

-4èmes dimanches

 

du mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Dordogne et Gironde:

 

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 

 

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste tous les

 

-4èmes samedis du mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile en semaine et sur Rendez-vous.

 

Adresse:

 

Ermitage St Colomban

 

Puyroudrier

 

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Midi Pyrénées:

 

Relais Paroissial Mar Grégorios de Parumala

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste lorsqu’il y a un

 

-5ème dimanche dans le mois.

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

 

 

Adresse de référence:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Est de la France:

 

Relais Paroissial Sainte Odile

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste en alternance avec le Sud Est de la France un mois sur deux les

 

-3èmes dimanches du mois.(Appeler ou envoyer un mail pour obtenir les dates)

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

ou: 06.48.89.94.89

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

*Sud-Est de la France

 

Relais paroissial St Irénée de Lyon,

 

¤ Permanence d’un prêtre exorciste en alternance avec l’Est de la France un mois sur deux les

 

-3èmes dimanches du mois.(Appeler ou envoyer un mail pour obtenir les dates)

 

¤Possibilité de visites à domicile autour de ce weekend et sur Rendez-vous.

 

Adresse de référence:

 

Maison Notre-Dame

 

Le Bourg

 

16560 JAULDES

 

Tel: 05.45.37.35.13

 

ou: 06.48.89.94.89

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous écrire, toujours vous adresser à notre

 

Monastère Métropolitain:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

 

Brévilly

 

61300 CHANDAI.

 

Tel: 02.33.24.79.58

 

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

 

Pour rejoindre le Blog Généraliste de l’Eglise et, si vous le désirez, recevoir chaque jour prières et méditations , vous pouvez y accéder en un clic sur l’adresse suivante:http://paris.syro-orthodoxe-francophone.over-blog.fr/

 

et vous abonner à la « Newsletter »

 

 

 

*l’Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

 

Orthodoxe-Orientale, les services pastoraux de ses prêtres ne

 

sont pas payants. Les offrandes des fidèles sont libres et non

 

obligatoires. Toute toute offrande faite à l’Eglise donne droit à

 

une déduction des impôts à raison de 66°/° du revenu imposable.

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Partager cet article

0Enregistrer

Repost 0

 

14 juin, 2015

Syrie : la mosquée de la « Vierge Marie » n’est pas la première en son genre dans le monde

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 3:39

Syrie : la mosquée de la « Vierge Marie » n’est pas la première en son genre dans le monde

Posté par : Des Dômes & Des Minarets 12 juin 2015

Contrairement à ce qu’ont rapporté différents médias, la mosquée de « la Vierge Marie » récemment inaugurée le 6 juin à Tartous, ville côtière (Tartous) de Syrie et fief du régime, n’est pas la première de son genre à porter ce nom au monde ni même au Moyen-Orient. Organisée par les autorités, l’événement de l’inauguration auquel a assisté le ministre du Waqf (affaires islamiques) a été couvert par l’agence officielle Sana puis vite repris par les médias, notamment occidentaux qui l’ont interprété à leur façon.

Mosquée Maryam Syrie

Certains évoquent même une première mondiale tandis que le très sérieux quotidien chrétien La Croix se contente d’évoquer un « précédent au Moyen-Orient ». Apparemment, la propagande du régime de Damas se présentant comme le « protecteur des minorités » a payé.

Comme tous les autres prophètes, Jésus comme sa mère (Paix sur eux) sont vénérés par tous les musulmans, quelles que soient leurs tendances idéologiques. Croire en tous les prophètes sans distinction aucune est l’un des fondements du dogme islamique. D’ailleurs, il y a tout un chapitre (Sourate) dans le Saint Coran dédié à Marie (Maryam en arabe, NDLR) portant le même nom. Et la troisième plus grande sourate du Coran se prénomme « La Famille d’Imran » (La famille de Jésus). Au verset 42 de cette même sourate, on peut lire :

« (Rappelle-toi) quand les Anges dirent: «Ô Marie, certes Dieu t’a élue et purifiée; et Il t’a élue au-dessus des femmes des univers »

DES MOSQUÉES JÉSUS FILS DE MARIE ET LA VIERGE MARIE DANS LES PAYS MUSULMANS

Une petite recherche sur Google aurait suffit à nos médias pour découvrir que les mosquées « Jésus Fils de Marie » ou « La Vierge Marie » sont nombreuses à travers le monde, à commencer par la Jordanie voisine où une grande mosquée est ouverte depuis 2008 à Madaba où vivent ensemble musulmans et chrétiens depuis des siècles. Pas loin de là en Egypte, il y a moins d’un an, une mosquée portant le nom de « la Vierge Marie » a été ouverte dans la province d’Al-Minya.

Mosquée Jésus Fils de Marie Jordanie

A Diyar Bakir dans l’est de la Turquie, une mosquée du nom de « Hz. İsa Camii » se construit.

AILLEURS DANS LE MONDE, EN OCCIDENT

En France, la salle de prière musulmane de Maromme en Seine-Maritime porte le nom de « Marie La Sainte Vierge ». Ce lieu de culte se trouve rue Binche le long d’une artère commerciale.

 

 

Non loin de là à Caen (14), la future mosquée de la ville sera dédiée à la Vierge Marie (Paix sur elle). Par ailleurs, selon nos sources, la nouvelle mosquée de Moissy-Cramayel (77) dont les travaux sont en voie d’achèvement portera probablement le nom de « Jésus Fils de Marie ».

Mosquée Maryam de Caen

En Australie, dans la banlieue de Melbourne à Werribee, une mosquée baptisée « Virgin Mary Masjid » est ouverte depuis 2007. Un projet d’une grande mosquée portant le même nom pour remplacer l’actuelle lieu de culte est sur les rails. Les travaux viennent de débuter.

Aux Etats-Unis, l’une des plus anciennes mosquées du pays est située à Chicago dans l’Etat de l’Illinois. Siège de l’organisation « Nation of Islam », la plus grande mosquée de la ville se prénomme « Mosquée Maryam ». Pour rappel, cette mosquée (ancienne église) existe depuis 1972.

Mosque Maryam, Chicago

Nous vous parlions il y a un an de la conversion de l’Eglise de la Sainte-Trinité de Syracuse en mosquée « Jésus Fils de Marie ». Un beau geste de tolérance réciproque entre musulmans et chrétiens qu’auraient pu reprendre nos médias.

Dans la ville de Hollis dans l’Etat de New York, une ancienne église devenue mosquée porte également le nom de « Masjid ‘Eesa Ibn Maryam ».

Masjid Jesus Son of Mary, Hollis New York

Les médias n’ont donc fait que reprendre une propagande d’un régime aux abois et qui cherche à tout prix, à faire briller son image auprès des occidentaux. Le professionnalisme exige néanmoins de bien vérifier une information avant de la diffuser. Voilà une leçon utile aux journalistes.

La Rédaction D&M

14 mai, 2015

Yahoo.fr moteur de recherche Ordre des Servites de Marie France

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 11:28
  1. Les Servites de Marie en france

    servite-in-france.pagesperso-orange.frEn cache

    Bienvenu sur le site internet des Frères Servites de Marie (OSM) à Saint Ortaire enFrance.

  2. SERVITES DE MARIE - Diocèse de Séez

    www.orne.catholique.fr/-Servites-de-Marie-.htmlEn cache

    Prieuré de Saint-Ortaire 61600 St Michel-des-Andaines 02 33 37 81 28 servir-marie-osm@wanadoo.fr

  3. Ordre des Servites de Marie — Wikipédia

    fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_MarieEn cache

    L’ordre des Servites de Marie , parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle: OSM ou o.s.m. , est un ordre mendiant de …

  4. Accès au site – Les Servites de Marie en france

    servite-in-france.pagesperso-orange.fr/renvoi.htmEn cache

    Bonjour, Pour accéder au site internet des Servites de Marie en France . Merci de cliquer ICI

  5. Les Servites de Marie au Canada – ACTUALITÉS

    servitesdemarie.org/fr_1096_index.phpEn cache

    ACTUALITÉS En bref Pour en savoir plus Vous avez raté un sujet d’actualité, vous voulez connaître des éléments de la vie des derniers mois, consultez les archives.

  6. Ordre des Servites de Marie - accueil (data.bnf. …

    data.bnf.fr/12007109/ordre_des_servites_de_marieEn cache

    Toutes les informations de la Bibliothèque Nationale de France sur : Ordre des Servites deMarie (15-08-1233)

  7. Autres Saints et Saintes servites. Saint Philippe Benezi Saint Alexis Falconieri … Tous droits réservés © Les Servites de Marie de Québec | …

  8. Sur les cinq continents. Animés par le projet de vivre en fraternité évangélique en s’inspirant de Marie, mère et servante du Seigneur, les Servites veulent …

  9. Qu’est-ce qu’une communauté chrétienne ? Evêque; Laïcs; Prêtres; Diacres permanents; Religieux et religieuses. Communauté apostolique Saint-François Xavier

  10. Servites De Marie - Rue de Montmorency – +331398427… – Groslay, France revues et expériences par des résidents locaux. Découvrez les meilleurs restaurants, bars …

18 avril, 2015

Google recherche Servites de Marie Prieuré de Saint Ortaire Normandie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:59

29 mars, 2015

Profession de Foi de Sa Sainteté Paul VI Pape de Rome

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 7:22

PROFESSION DE FOI DE PAUL VI

Credo

 

 

Profession de Foi du Pape Paul VI- 30 juin 1968

A la gloire du Dieu très saint et de Notre-Seigneur Jésus-Christ, confiant en l’aide de la Très Sainte Vierge Marie et des bienheureux apôtres Pierre et Paul, pour l’utilité et l’édification de l’Église, au nom de tous les pasteurs et de tous les fidèles, Nous prononçons maintenant cette profession de foi, dans la pleine communion spirituelle avec vous tous, chers frères et fils.
UN SEUL DIEU, PÈRE, FILS ET SAINT-ESPRIT.

Nous croyons en un seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, Créateur des choses visibles comme ce monde où s’écoule notre vie passagère, des choses invisibles comme les purs esprits qu’on nomme aussi les anges, et Créateur en chaque homme de son âme spirituelle et immortelle. Nous croyons que ce Dieu unique est absolument un dans son essence infiniment sainte comme dans toutes ses perfections, dans sa toute-puissance, dans sa science infinie, dans sa providence, dans sa volonté et dans son amour. Il est Celui qui est, comme il l’a révélé à Moïse ; et il est Amour, comme l’apôtre Jean nous l’enseigne : en sorte que ces deux noms, Etre et Amour, expriment ineffablement la même divine réalité de Celui qui a voulu se faire connaître à nous, et qui, « habitant une lumière inaccessible », est en lui-même au-dessus de tout nom, de toutes choses et de toute intelligence créée. Dieu seul peut nous en donner la connaissance juste et plénière en se révélant comme Père, Fils et Esprit Saint, dont nous sommes par grâce appelés à partager, ici-bas dans l’obscurité de la foi et au-delà de la mort dans la lumière éternelle, l’éternelle vie.

Les liens mutuels constituant éternellement les trois personnes, qui sont chacune le seul et même Être divin, sont la bienheureuse vie intime du Dieu trois fois saint, infiniment au-delà de ce que nous pouvons concevoir à la mesure humaine. Nous rendons grâce cependant à la bonté divine du fait que de très nombreux croyants puissent attester avec Nous devant les hommes l’unité de Dieu, bien qu’ils ne connaissent pas le mystère de la Très Sainte Trinité. Nous croyons donc au Père qui engendre éternellement le Fils, au Fils, Verbe de Dieu, qui est éternellement engendré, au Saint-Esprit, personne incréée qui procède du Père et du Fils comme leur éternel amour. Ainsi en les trois personnes divines, coaeternae sibi et coaequales, surabondent et se consomment, dans la surexcellence et la gloire propres à l’être incréé, la vie et la béatitude de Dieu parfaitement un, et toujours « doit être vénérée l’unité dans la trinité et la trinité dans l’unité ».
LE CHRIST, DIEU FAIT HOMME

Nous croyons en Notre Seigneur Jésus-Christ, qui est le Fils de Dieu. Il est le Verbe éternel, né du Père avant tous les siècles et consubstantiel au Père, homoousios to Patri, et par lui tout a été fait. Il s’est incarné par l’œuvre du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie et s’est fait homme : égal donc au Père selon la divinité, et inférieur au Père selon l’humanité et un lui-même, non par quelque impossible confusion des natures mais par l’unité de la personne. Il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité. Il a annoncé et instauré le Royaume de Dieu et nous a fait en lui connaître le Père. Il nous a donné son commandement nouveau de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés. Il nous a enseigné la voie des béatitudes de l’Evangile : pauvreté en esprit, douleur supportée dans la patience, soif de la justice, miséricorde, pureté du cœur, volonté de paix, persécution endurée pour la justice. Il a souffert sous Ponce Pilate, Agneau de Dieu portant sur lui les péchés du monde, et il est mort pour nous sur la croix, nous sauvant par son sang rédempteur. Il a été enseveli et, de son propre pouvoir, il est ressuscité le troisième jour, nous élevant par sa résurrection à ce partage de la vie divine qu’est la vie de la grâce. Il est monté au ciel et il viendra de nouveau, en gloire cette fois, pour juger les vivants et les morts : chacun selon ses mérites – ceux qui ont répondu à l’amour et à la pitié de Dieu allant à la vie éternelle, ceux qui les ont refusés jusqu’au bout allant au feu qui ne s’éteint pas. Et son règne n’aura pas de fin.
L’ESPRIT SAINT ET LA VIERGE MARIE.

Nous croyons en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils. Il nous a parlé par les Prophètes, il nous a été envoyé par le Christ après sa Résurrection et son Ascension auprès du Père ; il illumine, vivifie, protège et conduit l’Église ; il en purifie les membres s’ils ne se dérobent pas à la grâce. Son action qui pénètre au plus intime de l’âme, rend l’homme capable de répondre à l’appel de Jésus : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). Nous croyons que Marie est la Mère demeurée toujours vierge du Verbe incarné, notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, et qu’en raison de cette élection singulière elle a été, en considération des mérites de son Fils, rachetée d’une manière plus éminente, préservée de toute souillure du péché originel et comblée du don de la grâce plus que toutes les autres créatures. Associée par un lien étroit et indissoluble aux mystères de l’Incarnation et de la Rédemption, la Très Sainte Vierge, l’Immaculée, a été, au terme de sa vie terrestre, élevée en corps et en âme à la gloire céleste et configurée à son Fils ressuscité en anticipation du sort futur de tous les justes ; et Nous croyons que la Très Sainte Mère de Dieu, nouvelle Ève, mère de l’Église, continue au ciel son rôle maternel à l’égard des membres du Christ, en coopérant à la naissance et au développement de la vie divine dans les âmes des rachetés.
LE PÉCHÉ, LA CROIX ET LE BAPTÊME.

Nous croyons qu’en Adam tous ont péché, ce qui signifie que la faute originelle commise par lui a fait tomber la nature humaine, commune à tous les hommes, dans un état où elle porte les conséquences de cette faute et qui n’est pas celui où elle se trouvait d’abord dans nos premiers parents, constitués dans la sainteté et la justice, et où l’homme ne connaissait ni le mal ni la mort. C’est la nature humaine ainsi tombée, dépouillée de la grâce qui la revêtait, blessée dans ses propres forces naturelles et soumise à l’empire de la mort, qui est transmise à tous les hommes et c’est en ce sens que chaque homme naît dans le péché. Nous tenons donc, avec le Concile de Trente, que le péché originel est transmis avec la nature humaine, « non par imitation, mais par propagation », et qu’il est ainsi « propre à chacun ». Nous croyons que Notre-Seigneur Jésus-Christ, par le sacrifice de la croix, nous a rachetés du péché originel et de tous les péchés personnels commis par chacun de nous, en sorte que, selon la parole de l’Apôtre, « là où le péché avait abondé, la grâce a surabondé ». Nous croyons à un seul baptême institué par Notre-Seigneur Jésus-Christ pour la rémission des péchés. Le baptême doit être administré même aux petits enfants qui n’ont pu encore se rendre coupables d’aucun péché personnel, afin que, nés privés de la grâce surnaturelle, ils renaissent « de l’eau et de l’Esprit Saint » à la vie divine dans le Christ Jésus.

 

L’ÉGLISE, ÉDIFIÉE PAR JÉSUS-CHRIST

Nous croyons à l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique, édifiée par Jésus-Christ sur cette pierre qui est Pierre. Elle est le corps mystique du Christ, à la fois société visible instituée avec des organes hiérarchiques et communauté spirituelle, l’Eglise terrestre ; elle est le peuple de Dieu pérégrinant ici-bas et l’Eglise comblée des biens célestes ; elle est le germe et les prémices du Royaume de Dieu, par lequel se continuent, au long de l’histoire humaine, l’œuvre et les douleurs de la Rédemption et qui aspire à son accomplissement parfait au-delà du temps dans la gloire. Au cours du temps, le Seigneur Jésus forme son Eglise par les sacrements qui émanent de sa plénitude. C’est par eux qu’elle rend ses membres participants au mystère de la mort et de la résurrection du Christ, dans la grâce du Saint-Esprit qui lui donne vie et action. Elle est donc sainte tout en comprenant en son sein des pécheurs, parce qu’elle n’a elle-même d’autre vie que celle de la grâce : c’est en vivant de sa vie que ses membres se sanctifient ; c’est en se soustrayant à sa vie qu’ils tombent dans les péchés et les désordres qui empêchent le rayonnement de sa sainteté. C’est pourquoi elle souffre et fait pénitence pour ses fautes, dont elle a le pouvoir de guérir ses enfants par le sang du Christ et le don de l’Esprit Saint. Héritière des divines promesses et fille d’Abraham selon l’Esprit, par cet Israël dont elle garde avec amour les Écritures et dont elle vénère les patriarches et les prophètes ; fondée sur les apôtres et transmettant de siècle en siècle leur parole toujours vivante et leurs pouvoirs de pasteur dans le successeur de Pierre et les évêques en communion avec lui ; perpétuellement assistée par le Saint-Esprit, elle a charge de garder, enseigner, expliquer et répandre la vérité que Dieu a révélée d’une manière encore voilée par les prophètes et pleinement par le Seigneur Jésus. Nous croyons tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Eglise propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel. Nous croyons à l’infaillibilité dont jouit le successeur de Pierre quand il enseigne ex cathedra comme pasteur et docteur de tous les fidèles, et dont est assuré aussi le corps des évêques lorsqu’il exerce avec lui le magistère suprême.
L’UNITÉ ET LA CATHOLICITÉ DE L’ÉGLISE

Nous croyons que l’Église, fondée par Jésus-Christ et pour laquelle il a prié, est indéfectiblement une dans la foi, le culte et le lien de la communion hiérarchique. Au sein de cette Église, la riche variété des rites liturgiques et la légitime diversité des patrimoines théologiques et spirituels et des disciplines particulières, loin de nuire à son unité, la manifestent davantage. Reconnaissant aussi l’existence, en dehors de l’organisme de l’Église du Christ, de nombreux éléments de vérité et de sanctification qui lui appartiennent en propre et tendent à l’unité catholique, et croyant à l’action du Saint-Esprit qui suscite au cœur des disciples du Christ l’amour de cette unité, Nous avons l’espérance que les chrétiens qui ne sont pas encore dans la pleine communion de l’unique Église se réuniront un jour en un seul troupeau avec un seul pasteur. Nous croyons que l’Église est nécessaire au salut, car le Christ qui est seul médiateur et voie de salut se rend présent pour nous dans son Corps qui est l’Église. Mais le dessein divin du salut embrasse tous les hommes ; et ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l’Evangile du Christ et son Église mais cherchent Dieu sincèrement et, sous l’influence de la grâce, s’efforcent d’accomplir sa volonté reconnue par les injonctions de leur conscience, ceux-là, en un nombre que Dieu seul connaît, peuvent obtenir le salut.
LE CORPS ET LE SANG DU SEIGNEUR

Nous croyons que la messe célébrée par le prêtre représentant la personne du Christ en vertu du pouvoir reçu par le sacrement de l’ordre, et offerte par lui au nom du Christ et des membres de son Corps mystique, est le sacrifice du calvaire rendu sacramentellement présent sur nos autels. Nous croyons que, comme le pain et le vin consacrés par le Seigneur à la Sainte Cène ont été changés en son Corps et son Sang qui allaient être offerts pour nous sur la croix, de même le pain et le vin consacrés par le prêtre sont changés au corps et au sang du Christ glorieux siégeant au ciel, et Nous croyons que la mystérieuse présence du Seigneur, sous ce qui continue d’apparaître à nos sens de la même façon qu’auparavant, est une présence vraie, réelle et substantielle. Le Christ ne peut être ainsi présent en ce sacrement autrement que par le changement en son corps de la réalité elle-même du pain et par le changement en son sang de la réalité elle-même du vin, seules demeurant inchangées les propriétés du pain et du vin que nos sens perçoivent. Ce changement mystérieux, l’Église l’appelle d’une manière très appropriée transsubstantiation. Toute explication théologique, cherchant quelque intelligence de ce mystère, doit pour être en accord avec la foi catholique, maintenir que, dans la réalité elle-même, indépendante de notre esprit, le pain et le vin ont cessé d’exister après la consécration, en sorte que c’est le corps et le sang adorables du Seigneur Jésus qui dès lors sont réellement devant nous sous les espèces sacramentelles du pain et du vin, comme le Seigneur l’a voulu, pour se donner à nous en nourriture et pour nous associer à l’unité de son Corps mystique. L’unique et indivisible existence du Seigneur glorieux au ciel n’est pas multipliée, elle est rendue présente par le sacrement dans les multiples lieux de la terre où la messe est célébrée. Et elle demeure présente, après le sacrifice, dans le Saint Sacrement, qui est, au tabernacle, le cœur vivant de chacune de nos églises. Et c’est pour nous un devoir très doux d’honorer et d’adorer dans la sainte hostie, que nos yeux voient, le Verbe incarné qu’ils ne peuvent pas voir et qui, sans quitter le ciel, s’est rendu présent devant nous.
ROYAUME DE DIEU ET CIVILISATION.

Nous confessons que le royaume de Dieu commencé ici-bas en l’Église du Christ n’est pas de ce monde, dont la figure passe, et que sa croissance propre ne peut se confondre avec le progrès de la civilisation, de la science ou de la technique humaines, mais qu’elle consiste à connaître toujours plus profondément les insondables richesses du Christ, à espérer toujours plus fortement les biens éternels, à répondre toujours plus ardemment à l’amour de Dieu, à dispenser toujours plus largement la grâce et la sainteté parmi les hommes. Mais c’est ce même amour qui porte l’Église à se soucier constamment du vrai bien temporel des hommes. Ne cessant de rappeler à ses enfants qu’ils n’ont pas ici-bas de demeure permanente, elle les presse aussi de contribuer, chacun selon sa vocation et ses moyens, au bien de leur cité terrestre, de promouvoir la justice, la paix et la fraternité entre les hommes, de prodiguer leur aide à leurs frères, surtout aux plus pauvres et aux plus malheureux. L’intense sollicitude de l’Église, épouse du Christ, pour les nécessités des hommes, leurs joies et leurs espoirs, leurs peines et leurs efforts, n’est donc rien d’autre que son grand désir de leur être présente pour les illuminer de la lumière du Christ et les rassembler tous en lui, leur unique Sauveur. Elle ne peut signifier jamais que l’Eglise se conforme elle-même aux choses de ce monde, ni que diminue l’ardeur de l’attente de son Seigneur et du royaume éternel.
LES VIVANTS ET LES MORTS

Nous croyons à la vie éternelle. Nous croyons que les âmes de tous ceux qui meurent dans la grâce du Christ, soit qu’elles aient encore à être purifiées au purgatoire, soit que dès l’instant où elles quittent leur corps, Jésus les prenne au paradis comme il a fait pour le bon larron, sont le peuple de Dieu dans l’au-delà de la mort, laquelle sera définitivement vaincue le jour de la résurrection où ces âmes seront réunies à leur corps. Nous croyons que la multitude de celles qui sont rassemblées autour de Jésus et de Marie au paradis forme l’Église du ciel, où dans l’éternelle béatitude elles voient Dieu tel qu’il est et où elles sont aussi, à des degrés divers, associées avec les saints anges au gouvernement divin exercé par le Christ en gloire, en intercédant pour nous et en aidant notre faiblesse par leur sollicitude fraternelle.

Nous croyons à la communion de tous les fidèles du Christ, de ceux qui sont pèlerins sur la terre, des défunts qui achèvent leur purification, des bienheureux du ciel, tous ensemble formant une seule Église, et Nous croyons que dans cette communion l’amour miséricordieux de Dieu et de ses saints est toujours à l’écoute de nos prières, comme Jésus nous l’a dit : Demandez et vous recevrez. Aussi est-ce avec foi et dans l’espérance que Nous attendons la résurrection des morts et la vie du monde à venir.
Béni soit le Dieu trois fois saint . Amen Papa Paolo VI

 

28 août, 2014

Communauté des soeurs Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:03

L’Eglise catholique en Haute-Marne Jeudi 28 Août 2014
Diocése de langres L église catholique en Haute-Marne L église catholique en Haute-Marne L église catholique en Haute-Marne L église catholique en Haute-Marne

L´Eglise en Haute-Marne

L´évêque et ses proches collaborateurs
Les conseils
Officialité
Chancellerie
Nominations 2013
Mgr Joseph De Metz-Noblat

Prêtres
Liste des Prêtres
Ordination de Grégory Vallon
Décès de Mgr Léon Taverdet
Décès de Mgr Lucien Daloz
Témoignages de prêtres
Année sacerdotale

Diacres
Liste des diacres
Mission dans le domaine de l´insertion par le travail…
en retraite… et visiteur de malades !
Alain et la fraternité diaconale
Mission dans les chantiers du bâtiment et de l´Eglise !
Solidaire de tous ceux que la vie a marginalisé !
Le diaconat, image d’une Eglise servante !

Missionnaires…
Nouvelles de Madgascar…
Nouvelles du Niger…
Nouvelles du Brésil
Nouvelles de Taïwan

Religieuses(x)
congrégations religieuses
Jeunes religieux de la Province de Reims
Au coeur de la vie religieuse

Equipes de coordination paroissiale (ECP)
Formation

Administration et finances
LEGS
DENIER DE L EGLISE
Répartition des dons
ISF

SERVICES & MOUVEMENTS
SERVICES DIOCESAINS
Aumôneries
Communauté Mission de France
Mouvements d´action catholique
Mouvements éducatifs
Mouvements du monde de la santé
Mouvements ayant trait à la famille
Mouvements du monde de la solidarité
Mouvements de spiritualité

Diocésain Accueil Langres L’Eglise en Haute-Marne Evéché Renseignements ? langres Foi, culture et société langres Espace Jeunes Diocésain Prier

Mots clé :

> L´Eglise en Haute-Marne > Religieuses(x) > congrégations religieuses > Servites de Marie
| Nos origines | Pélerinage à Notre Dame des Ermites |

Communauté des soeurs Servites de Marie

Qui sont les Servites de Marie ?

©M Pia
non loin de la gare, notre maison !

C’est d’abord un Ordre religieux de Frères, un ordre mendiant dont le style de vie ressemble à celui des Franciscains ou des Dominicains et c’est aussi une Congrégation de Sœurs à laquelle appartient la communauté des Sœurs Servites de Chaumont.

L’esprit des Servites de Marie se caractérise par la dimension importante de la vie fraternelle en communauté, le service, l’inspiration constante auprès de la Vierge Marie, en plus de la prière personnelle et de la célébration de la Liturgie des Heures.

>>> Nos origines

>>> Site de l´ordre des servites de Marie

A Chaumont, que vivons nous ?

©M Lise
la communauté de Chaumont

A l’exemple de la Vierge Marie notre communauté a pour mission d’être une présence de prière, de service, de compassion vécue entre nous, dans nos relations de travail et d’apostolat, dans toutes les rencontres de la vie quotidienne.

Nous sommes cinq.

Notre vie en communauté s’exprime par la prière personnelle et la prière des Heures célébrée ensemble, par le partage des tâches dans la maison, le partage de nos différences, de nos compétences, de notre recherche de Dieu.

La communion fraternelle est notre manière de témoigner de l’Evangile, elle est à construire jour après jour, pour devenir ensemble un lieu de réconciliation et de concorde…

>>> La congrégation internationale

>> voir le pélerinage à Notre Dame des Ermites de Cuves 2010…

Notre insertion apostolique

©M Lydie
Mme Mallet, amie de Cuves

Le domaine du service est très vaste, chacune de nous prend sa part selon son âge et ses capacités.

Deux sœurs ont un service apostolique qui est une activité professionnelle, enseignante en cours préparatoire à l’Ecole Sainte Marie, travailleuse sociale à l’Aide sociale à l’enfance.

Les trois autres sœurs sont bénévoles dans les lieux suivants : participation au Service Evangélique des Malades, à l’aumônerie de la Maison de retraite de Riaucourt, à l’accueil des familles des détenus, au Monastère invisible, à la vie liturgique paroissiale, à l’équipe des funérailles, au soutien scolaire……

Toutes, là où nous sommes, nous essayons d’avoir une attention plus grande à ceux qui en ont le plus besoin.

La miséricorde et la compassion ont toujours été des caractéristiques de notre vie religieuse, trait inspiré de la contemplation de la Vierge Marie, telle que nous la voyons à Cana et au pied de la Croix.

C’est un idéal, jamais atteint mais toujours désiré, de prolonger un peu sa présence et sa tendresse dans nos relations personnelles et notre accueil communautaire.

Communautés Religieuses
SERVITES DE MARIE
2 Avenue Emile-cassez
52000 CHAUMONT
Tél : 03 25 03 19 69
>> osm.chaumont@wanadoo.fr
Plus d’infos >> En savoir plus

26 août, 2014

cyclopaedia.net Ordre des Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 14:05

cyclopaedia.net
Ordre des Servites de Marie
Traduire avec ScienceTerm.net

Ordre des Servites de Marie
L’ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre mendiant de l’Église catholique romaine, créé en Toscane (Italie) au XIIIe siècle. À la vie contemplative, ils mêlent l’apostolat sous toutes ses formes (prédication, enseignement, mission, etc.). Dans l’ordre, tous sont frères et plusieurs sont frères-prêtres. Ils sont aujourd’hui environ un millier répartis sur les cinq continents.

Ceci est un extrait de l’article Ordre des Servites de Marie de l’encyclopédie libre Wikipedia. La liste des auteurs est disponible sur Wikipedia.
Sur fr.wikipedia.org, l’article Ordre des Servites de Marie a été consulté 440 fois au cours des 30 derniers jours. (date: 26.07.2014)
Images pour Ordre des Servites de Marie
Résultats de la recherche sur Google et Bing
1
>30
1
Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
L’Ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre …
fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_Marie
2
>30
2
Discussion:Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
Les Blancs-Manteaux, sont, en revanche, une réalité parisienne toujours vivante, qui n’a qu’un lointain et historique rapport avec l’Ordre des Servites de Marie …
fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Ordre_des_Servites_de_Marie
3
>30
3
Catégorie:Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
Pages dans la catégorie « Ordre des Servites de Marie ». Cette catégorie contient les 5 pages suivantes. Outils : Arborescence • Graphique • Décompte …
fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Ordre_des_Servites_de_Marie
4
>30
4
Les Servites de Marie au Canada – Qui sont les Servites ?
Appelés autrefois Tiers-Ordre, ces groupes réunis en fraternités sont aujourd’hui dénommés: Ordre séculier des Servites de Marie. Quatre Congrégations de …
www.servitesdemarie.org/fr_1022_index.php
5
>30
5
Les Servites de Marie en france
L’Ordre des Frères Servites naît en 1233 lorsque sept marchands de Florence en Italie, se réunissent pour vivre ensemble l’Evangile. Inspiré par Marie, ils …
servite-in-france.pagesperso-orange.fr/m3.html
6
>30
6
Servites de Marie – saint Alexis / Saints / Le Jour du Seigneur – Le …
Le calendrier mentionne aujourd’hui un saint Alexis : il faisait partie des sept fondateurs de l’Ordre des Servites (serviteurs) de Marie, en Italie, au XIIIe siècle.
www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Saints/Servites-de-Marie-saint-Alexis
7
>30
7
Les Servites de Marie – Marie de Nazareth
Les Servites de Marie. Fondé en 1233, l’Ordre des Frères Servites de Marie (dont un certain nombre sont prêtres) s’est vu très tôt ajouter une branche féminine, …
www.mariedenazareth.com/16452.0.html
8
>30
8
Encyclopédie Larousse en ligne – ordre des Servites de Marie
Ordre des Servites de Marie. Ordre religieux, à la fois contemplatif et actif, assimilé aux mendiants, fondé en 1233, près de Florence, par sept riches marchands, …
www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Servites_de_Marie/138770
9
>30
9
Ordre des Servites de Marie (15-08-1233) – Organisation … – Data BNF
Toutes les informations de la Bibliothèque Nationale de France sur : Ordre des Servites de Marie (15-08-1233)
data.bnf.fr/12007109/ordre_des_servites_de_marie/
10
>30
10
Sept fondateurs servites – Alexandrina de Balasar – Free
DE L’ORDRE DES SERVITES DE LA B. V. MARIE. … en Ephrata, nous retrouverons la Mère de la divine grâce ; alors Marie enfantera dans ses larmes les frères …
alexandrina.balasar.free.fr/fondateurs_servites.htm
Résultats de la recherche pour « Ordre des Servites de Marie »
Google: env. 19.900
bing: env. 41
Ordre des Servites de Marie en science
Maria Valtorta – Wikipédia
Maria Valtorta est une mystique chrétienne membre du tiers Ordre des Servites de Marie, née à Caserte en Italie le 14 mars 1897 et ….. Sedis (AAS 58) du 14 juin 1966, publié dans l’Osservatore Romano du 15 juin 1966 – (Université Rome 3) …
fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Valtorta
David Maria Turoldo – Wikipédia
David Maria Turoldo (baptisé Joseph) (né le 22 novembre 1916 à Coderno, dans la … à Milan) est un poète et un religieux italien de l’Ordre des Servites de Marie. … Il complète sa formation philosophique à l’Université catholique de Milan, …
fr.wikipedia.org/wiki/David_Maria_Turoldo
L’habit religieux chez les frères Servites de Marie — Le patrimoine …
L’habit des Servites de Marie s’inscrit dans la mouvance des vêtements religieux … de Vérone, qui avait demandé au Pape de reconnaître l’ordre des Servites.
www.ipir.ulaval.ca/fiche.php?id=563
Les frères Servites de Marie – Le patrimoine immatériel religieux du …
L’ordre des frères Servites de Marie est apparu en Italie en 1233, alors que sept marchands florentins décident de couronner une amitié née au sein d’un …
www.ipir.ulaval.ca/fiche.php?id=890
Université Jean Monnet – Adriana VALERIO – Arcangela Biondini …
Résumé de l’intervention de Mme Adriana Valerio (Université de Naples), au 7e … la réalisation d’un grand projet : la réforme de l’Ordre des Servites de Marie, …
portail.univ-st-etienne.fr/bienvenue/recherche/adriana-valerio-arcangela-biondini-1641-1712-l-autorite-d-une-fondatrice-250620.kjsp?RH=0701111439yr
Université de Napierville – Les sept douleurs de la Vierge Marie
Université de Napierville – Les sept douleurs de la Vierge Marie. … Cette fête, surtout célébrée par l’Ordre des Servites de Marie, fut étendue à l’Église …
www.udenap.org/11/marie_sept_douleurs.htm
Ordre des Servites de Marie – Wikipédia
L’Ordre des Servites de Marie, parfois nommés Serfs de la Vierge (en latin Ordo Servorum Beatae Virginis Mariae), en sigle : OSM ou o.s.m., est un ordre …
fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Servites_de_Marie
Livres sur le terme Ordre des Servites de Marie
Histoire de l’ordre des Servites de Marie et des sept …
Histoire de l’ordre des Servites de Marie et des sept …
Frédéric Fuzelier, 1886
books.google.fr/books?id=5-wfQwAACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCQQ6AEwAA
Histoire des sept saints fondateurs de l’ordre des Servites de Marie
Histoire des sept saints fondateurs de l’ordre des Servites de Marie
Ledoux, Sosténe-M, 2012
This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, stran…
www.amazon.fr/Histoire-saints-fondateurs-lordre-Servites/dp/B009AAMWQG/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-1&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Histoire des sept saints fondateurs de l’Ordre des Servites …
Histoire des sept saints fondateurs de l’Ordre des Servites …
Sostène M. Ledoux (R.P.), 1912
books.google.fr/books?id=f0lJlAEACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCgQ6AEwAQ
Guide Vert Toscane Ombrie
Guide Vert Toscane Ombrie
Collectif Michelin, 2012
Profitez du guide Vert Toscane Ombrie et de son guide de conversation offert!*De Florence et ses environs à Sienne et le Chianti, de Marches à Pise, la côte Etrusques et les collines métallifères, en passant par Lucca et Arezzo… Avec le guide Vert Toscane Ombrie et son guide de conversation offert vous avez tous les atouts en main pour explorer l…
www.amazon.fr/Guide-Toscane-Ombrie-Collectif-Michelin/dp/206716905X/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-2&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
L’Ordre des Servites de Marie
L’Ordre des Servites de Marie
Augustin Marie Lépicier, 1929
books.google.fr/books?id=ebAgnAEACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CCwQ6AEwAg
Histoire Des Sept Saints Fondateurs de L’Ordre Des Servites de Marie
Histoire Des Sept Saints Fondateurs de L’Ordre Des Servites de Marie
LeDoux Sost Ne-M, 2010
www.amazon.fr/Histoire-Saints-Fondateurs-LOrdre-Servites/dp/1172636621/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-3&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Le martyrologe romain publié par l’ordre de Grégoire XIII, …
Le martyrologe romain publié par l’ordre de Grégoire XIII, …
Fèvre, 1866
Afin que les offices qui ont été accordés par le saint Siège apostolique soient annoncés en premier lieu par les religieux de l’ordre des Servites de la bienheureuse Vierge Marie, quand on lit le martyrologe et qu’on fait la mémoire des saints et …
books.google.fr/books?id=Q2mtmqh6hngC&pg=PA462&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CDAQ6AEwAw
Florence : Avec plan détachable et QR codes
Florence : Avec plan détachable et QR codes
Michelin, 2013
Indispensables : nos infos pratiques. Chic, branchées ou pas chères : nos adresses. Incontournables : nos sites étoilés. Pour en savoir plus : les thèmes forts de la ville.
www.amazon.fr/Florence-Avec-plan-d%C3%A9tachable-codes/dp/2067181246/ref=sr_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-4&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Saint Pérégrin de l’Ordre des Servites de Marie : le saint …
Saint Pérégrin de l’Ordre des Servites de Marie : le saint …
Saint-Germain, Camille M. (Camille Marie), né 1917, 1986
books.google.fr/books?id=TqEWAQAACAAJ&dq=Ordre+des+Servites+de+Marie&hl=fr&sa=X&ei=1yN_Uv2QK4OrhAfC5YDYCg&ved=0CDQQ6AEwBA
Histoire de Venise : La République du Lion
Histoire de Venise : La République du Lion
Alvise Zorzi et Jacques Roque, 2004
Au commencement était l’eau… La mer, les marais, les terres inondées où vivait le petit peuple des lagunes et des roselières. Et là allait se développer la Cité-Etat dont l’histoire rejoint la légende et dont la puissance dura mille ans. Cette monographie, fondée sur une documentation d’une très grande rigueur scientifique, est la …
www.amazon.fr/Histoire-Venise-R%C3%A9publique-du-Lion/dp/2262023247/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1382787618&sr=1-5&keywords=Ordre+des+Servites+de+Marie
Développement des demandes de recherche Google

19 août, 2014

Ordre des Frères Servites de Marie Les 4 Grandes périodes de stabilisation dans le monde entier

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 19:55

LES 4 GRANDES PÉRIODES

1ère période

DE 1233 À L’APPROBATION PONTIFICALE EN 1304


Une tradition consolidée fait remonter à l’an 1233 l’origine de l’Ordre des Servites de Marie. Le fait que l’un de ses plus grands saints, Philippe Benizi, mort en 1285 était né à Florence exactement en 1233 a contribué à donner de l’importance à cette date.

Le plus antique et crédible document sur l’origine de l’Ordre, écrit probablement par le prieur général Frère Pierre de Todi autour de 1317-1318, a pour titre Legenda de origine Ordinis fratrum Servorum Virginis Mariae (= Légende sur l’origine de l’Ordre des Servites de la Vierge Marie).

Il y avait une intense présence de mouvements religieux à Florence au moment où naissait l’Ordre. Dans la ville cependant, la vie sociale était plutôt agitée. Un groupe de sept laïcs ( nous connaissons avec certitude seulement le nom du premier, Bonfils, dont on peut admirer une grande statue dans la basilique saint Pierre au Vatican) abandonnent famille, activités et professions pour se retirer en vie communautaire faite de pénitence, pauvreté et prière. Dans la ville divisée par des luttes fratricides, ils entendent donner un témoignage visible de communion fraternelle. Ils s’étaient retirés à Cafaggio, où s’élève actuellement la basilique de l’Annonciation à Florence. En quête d’une plus grande solitude, ils se retirèrent ensuite dans la rigueur de Mont Sénario, à 800 mètres d’altitude, à 18 Km de Florence. Cependant, ils abandonnèrent tôt le Mont et, à cause des agrégations toujours plus nombreuses de personnes, ils fondent de nouvelles communautés. Les couvents de Sienne, de Città del Castello et de Borgo Sansepolcro, sans compter ceux de Florence et de Mont Senario, sont antérieurs à 1256.

Ensemble avec d’autres nouveaux Ordres mendiants, l’Ordre avait risqué d’être supprimé par une disposition du IV Concile de Latran (1215) rendue plus sévère et opérationnelle par le II Concile de Lyon (1274). Philippe Benizi, prieur général de 1267 jusqu’à sa mort (1285), le sauva. Et ceci grâce à l’estime dont il jouissait auprès du Pape et à l’efficacité de  son intervention pour ramener la paix dans la ville de Forli où un jeune qui l’avait combattu au début décida de le suivre et se fit Servite de Marie. Il s’appelait Pérégrin Laziosi, ou de Forli, actuellement le saint de l’Ordre le plus connu et le plus vénéré.

 

Le terme Legenda signifie texte à lire

Détail d’une page de la Legenda
sur l’origine de l’Ordre


2ème période

DE L’APPROBATION PONTIFICALE 1304 À 1500

Le 11 février 1304 le Pape Benoît XI, dominicain,  approuva la Règle et les Constitutions des Servites de Marie avec la bulle Dum levamus. À cette date, l’Ordre comptait pas moins de 250 religieux, répartis dans 27 couvents en Italie et quatre en Allemagne. Nous avons célébré en 2004 le septième centenaire de l’approbation pontificale de l’Ordre. À cette occasion le prieur général Frère Ángel M. Ruiz Garnica adressa une importante Lettre à toute la Famille Servite.

 

Dans la vie de l’Ordre, le XIV siècle a été marqué par la présence de religieux exemplaires dont la vie nous est transmise par d’importants documents historiques. Entre autres : les bienheureux Joachim de Sienne (1306), Bonaventure de Pistoie (1315), Jacopo de Città della Pieve, martyr de la justice en 1310 ; la même année mourut le dernier des sept Fondateurs, Alexis Falconieri; il y a aussi les bienheureux André de Borgo Sansepolcro, Ubaldo de Sansepolcro, François Patrizi (1328) et Thomas d’Orvieto (1343). C’était au cours du même siècle que moururent aussi sainte Julienne Falconieri, (1341) et saint Pérégrin Laziosi (1345).

Parmi les Servites du XIV siècle, on garde la mémoire de Frère Pierre de Todi qui fut prieur général de 1314 à 1344, personnage controversé à l’intérieur de l’Ordre, et André de Faenza, prieur général pendant 22 ans, architecte éminent à qui on doit la basilique de S. Marie des Servites de Bologne.

 Le XV siècle s’ouvre dans l’Ordre des Servites de Marie avec le chapitre général de Ferrara (1404) qui décide la réhabilitation morale et spirituelle de Mont Senario. Cette renaissance de Mont Senario est liée à la naissance dans l’Ordre, en 1430, de la Congrégation de l’Observance qui, sans se séparer juridiquement de l’Ordre, en représenta un mouvement réformateur intérieur; phénomène qui se vérifia chez beaucoup d’autres Ordres religieux souvent conclu par des ruptures; ce qui ne s’est pas vérifié chez les Servites de Marie. L’expérience de la Congrégation de l’Observance, en effet, pour les Servites de Marie, prit fin en 1570. Il faut noter qu’en 1493, les couvents dits de l’Observance étaient 26 et une soixantaine avant 1570.

 

En 1424, avec la bulle Apostolicae Sedis providentia, le Pape Martin V ratifie l’existence et l’organisation du Tiers Ordre, aujourd’hui appelé Ordre séculaire des Servites de Marie.

Au quinzième siècle les couvents de l’Annonciation de Florence et de S. Marie des Servites de Bologne deviennent d’importants centres d’études dans l’Ordre. 

Les personnages importants de cette période furent le prieur général Antoine Alabanti qui, le 27 mai 1487, obtint du Pape Innocent VIII le Mare magnum, c’est-à-dire la bulle Apostolicae Sedis intuitus qui contenait tous les privilèges pontificaux jusqu’alors jamais accordés à l’Ordre. L’annaliste de l’Ordre Archange Giani attribue à Alabanti l’idée selon laquelle les Servites de Marie aussi participassent à l’évangélisation du Nouveau Monde à peine découvert par Christophe Colombe. 

Les saints du quinzième siècle sont les bienheureux Benincasa de Montepulciano (1426), Jérôme de Sant’Angelo in Vado (1468), la bienheureuse Elizabeth Picenardi (1468), les bienheureux Jacques Philippe Bertoni, 1483 et Bonaventure de Forli (1491).

3ème période
 DE 1500 À LA CANONISATION DES SEPT SAINTS FONDATEURS 1888


À la fin du quinzième siècle, un couvent est fondé à Las Cuevas, Aragon, en Espagne; à cette époque les couvents des Servites étaient 170 avec environ 1200 religieux.

Le 11 février 1304 le Pape Benoît XI, dominicain, approuva la Règle et les Constitutions des Servites de Marie avec la bulle Dum levamus. À cette date, l’Ordre comptait pas moins de 250 religieux, répartis dans 27 couvents en Italie et quatre en Allemagne. Nous avons célébré en 2004 le septième centenaire de l’approbation pontificale de l’Ordre. À cette occasion le prieur général Frère Ángel M. Ruiz Garnica adressa une importante Lettre à toute la Famille Servite.  

Dans la vie de l’Ordre, le XIV siècle a été marqué par la présence de religieux exemplaires dont la vie nous est transmise par d’importants documents historiques. Entre autres : les bienheureux Joachim de Sienne (1306), Bonaventure de Pistoie (1315), Jacopo de Città della Pieve, martyr de la justice en 1310 ; la même année mourut le dernier des sept Fondateurs, Alexis Falconieri; il y a aussi les bienheureux André de Borgo Sansepolcro, Ubaldo de Sansepolcro, François Patrizi (1328) et Thomas d’Orvieto (1343). C’était au cours du même siècle que moururent aussi sainte Julienne Falconieri, (1341) et saint Pérégrin Laziosi (1345).

Parmi les Servites du XIV siècle, on garde la mémoire de Frère Pierre de Todi qui fut prieur général de 1314 à 1344, personnage controversé à l’intérieur de l’Ordre, et André de Faenza, prieur général pendant 22 ans, architecte éminent à qui on doit la basilique de S. Marie des Servites de Bologne.

Le XV siècle s’ouvre dans l’Ordre des Servites de Marie avec le chapitre général de Ferrara (1404) qui décide la réhabilitation morale et spirituelle de Mont Senario. Cette renaissance de Mont Senario est liée à la naissance dans l’Ordre, en 1430, de la Congrégation de l’Observance qui, sans se séparer juridiquement de l’Ordre, en représenta un mouvement réformateur intérieur; phénomène qui se vérifia chez beaucoup d’autres Ordres religieux souvent conclu par des ruptures; ce qui ne s’est pas vérifié chez les Servites de Marie. L’expérience de la Congrégation de l’Observance, en effet, pour les Servites de Marie, prit fin en 1570. Il faut noter qu’en 1493, les couvents dits de l’Observance étaient 26 et une soixantaine avant 1570.

 En 1424, avec la bulle Apostolicae Sedis providentia, le Pape Martin V ratifie l’existence et l’organisation du Tiers Ordre, aujourd’hui appelé Ordre séculier des Servites de Marie.

Au quinzième siècle les couvents de l’Annonciation de Florence et de S. Marie des Servites de Bologne deviennent d’importants centres d’études dans l’Ordre.

Les personnages importants de cette période furent le prieur général Antoine Alabanti qui, le 27 mai 1487, obtint du Pape Innocent VIII le Mare magnum, c’est-à-dire la bulle Apostolicae Sedis intuitus qui contenait tous les privilèges pontificaux jusqu’alors jamais accordés à l’Ordre. L’annaliste de l’Ordre Archange Giani attribue à Alabanti l’idée selon laquelle les Servites de Marie aussi participassent à l’évangélisation du Nouveau Monde à peine découvert par Christophe Colombe. 

Les saints du quinzième siècle sont les bienheureux Benincasa de Montepulciano (1426), Jérôme de Sant’Angelo in Vado (1468), la bienheureuse Elizabeth Picenardi (1468), les bienheureux Jacques Philippe Bertoni, 1483 et Bonaventure de Forli (1491).

À la fin du quinzième siècle, un couvent est fondé à Las Cuevas, Aragon, en Espagne; à cette époque les couvents des Servites étaient 170 avec environ 1200 religieux.

 

4ème période

DE 1888 À L’AN 2000

 

Alors que le XVIII fut le siècle de la plus grande croissance numérique de l’Ordre, le XX siècle se présente comme celui de sa plus grande expansion géographique touchant tous les cinq continents. Cette internationalisation de l’Ordre est confirmée par le fait suivant: depuis les origines jusqu’en 1913 les Servites de Marie eurent un seul un prieur général non italien, (fr Alboino M. Patscheider). Depuis 1913 jusqu’à nos jours, des onze prieurs généraux, sept n’étaient pas italiens: le Français Alexis Henri M. Lépicier (1913-1920), l’Anglais Augustine M. Moore (1926-1932), les Américains Joseph M Loftus, 1965-1971 et Peregrine M. Graffius (1971-1977), le Canadien Michel M. Sincerny (1977-1989), le Belge Hubert M. Moons (1989-2001), le Mexicain Ángel M. Ruiz Garnica, élu en 2001.

Pour les Servites de Marie, le XX siècle est aussi celui d’un progressif engagement missionnaire et de nouvelles fondations. 

En ce qui concerne les Missions, les Servites assumèrent leur engagement dans les territoires missionnaires du Swaziland, Afrique du Sud en 1913, de l’Acre (Brésil) en 1919; de l’Aysén (Chili) en 1937 et du Zululand, Afrique du Sud en 1938.

 

Quant aux Fondations, on note, en 1912 la première au Canada; puis en 1921 en Argentine, en 1935 dans le Transvaal; en 1939 en Uruguay; en 1943 en Espagne; en 1946 en Bolivie; en 1947 en Irlande; en 1948 au Mexique; en 1951 en Australie; en 1952 au Vénézuéla; en 1963 en Colombie; en 1964 en Allemagne; en 1974 en Inde; en 1984 en Mozambique; en 1985 aux Philippines; en 1987 Ouganda; en 1993 en Albanie, auxquelles il faut ajouter le reconstruction en Hongrie (Eger) et en République Tchèque. 

Joan Bartlett ouvre à Londres en 1943 le Servite House qui deviendra l’Institut séculier Servite ; et en 1959 naît l’Institut séculier Regnum Mariae.

Par l’initiative du prieur général Michel M. Sincerny, l’Union Internationale de la Famille Servite (UN.I.FA.S) voit le jour  en 1987.

Après le Concile oecuménique Vatican II, l’Ordre procède à la révision de ses Constitutions:  révision commencée avec le Chapitre général extraordinaire de 1968 (Majadahonda, Madrid) et conclue avec l’approbation du Saint Siège en 1987.

En 1964 l’Ordre connaît sa plus grande croissance numérique depuis la première moitié du XVIII siècle ; le nombre de religieux Servites avoisinait 1700.

Autres événements de taille du XX sont la naissance de la Faculté Pontificale Théologique Marianum en 1950, la béatification en 1952 et la canonisation (1962) de fr Antonio M. Pucci; la création en 1959 de l’Institut Historique de l’Ordre, la naissance, après le Concile Vatican II, de la Commission permanente internationale pour la Liturgie (CLIOS); l’affirmation des revues scientifiques Études historiques de l’Ordre des Servites de Marie, fondé en 1931 et Marianum, fondée en 1939. Faut-il rappeler en outre la canonisation de Clélia Barbieri (morte en 1870), Fondatrice de la Congrégation des sœurs Minimes dell’Addolorata, la béatification de Ferdinand Maria Baccilieri de l’Ordre séculier des Servites de Marie (1997) et de sœur Maria Guadalupe Ricart Olmos (2001), claustrale espagnole, martyrisée pendant la guerre civile d’Espagne.

Les personnages qui ont marqué ce siècle dans la famille des Servites furent fr.  Henri Alexis M. Lépicier (1863-1936) prieur général et cardinal; Gabriel M. Roschini (1900-1977), célèbre mariologue; Joachim  M. Rossetto (1880-1935), premier missionnaire Servite en Afrique; James M. Keane (1901-1975), initiateur de l’Ordre en Irlande et en Australie et les jeunes fr Venanzio M. Quadri (1916-1937) et  Joachim M. Stevan (1921-1949) dont la cause de béatification est en cours.

Les Frères Giovanni M. Vannucci (mort en 1984), mystique et auteur de plusieurs ouvrages et le poète David M. Turoldo, mort en 1992 méritent une mention particulière.

Qui sont les Servites ?  Brève histoire de l’ordre  La Legenda di origine  Notre Mission

ACCUEIL  |  QUI SOMMES-NOUS ?  |  COMMUNICATIONS

Tous droits réservés © Les Servites de Marie de Québec     ||     19 août 2014

13 juillet, 2014

Prieuré Saint-Ortaire Adresse : 61600 Saint-Michel-des-Andaines Pères Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 10:49

servi di maria communauté de saint ortaire frère Joseph et frère Noël d’Orbec et frère Roch André de Saint-Ortaire

 

Fraternité Saint-Pérégrin Saint-Ortaire 61 600 Saint-Michel-des-Andaines, tél. 02 33 37 81 28.

 

Saint Pérégrin (1265-1345)

icone st peregrin.jpgPérégrin Laziosi est né dans la ville de Forli, en Italie, en 1265. Sa mère, Flore d’Aspin, dans sa foi profonde trouve la raison du prénom qu’elle lui donne: Pérégrin (Pellegrino) qui veut dire pèlerin. «Nous sommes tous des pèlerins sur cette terre. La patrie, c’est le ciel,» dit-elle. Fils unique et très aimé de ses parents, Pérégrin reçoit une éducation chrétienne de son père Béranger Laziosi qui ne manque pas de lui donner, à l’occasion, des sages conseils et surtout le bon exemple.

Malgré l’éducation chrétienne qu’il reçoit depuis des années, Pérégrin, jeune garçon, se joint à un groupe rebelle contre le Pape Martin IV. Pérégrin ne veut pas que Forli appartienne aux États-Pontificaux… le Pape jette un interdit sur la cité: les cloches ne sonneront plus et on ne pourra pas offrir le Saint-Sacrifice de la Messe.

À la demande du Pape, le père Philippe Bénizi se rend dans la ville rebelle pour prêcher la Paix et demande aux citoyens de revenir au calme et au travail. À ce moment, Pérégrin se jette sur le bon père Servite de Marie et lui donne une gifle en plein visage. Le père Philippe quitte Forli, tout en priant pour la conversion de son assaillant. Repentant, Pérégrin vient le rejoindre, il se jette à genoux et demande au père Philippe de lui pardonner le sacrilège! Comme un bon père, Philippe pardonne et lui recommande d’entrer dans sa communauté.

À l’âge de 18 ans, c’est la Sainte Vierge qui invite Pérégrin à se joindre aux Servites de Marie à Sienne. Là, il est accueilli par des frères qui aiment prier.

Plus tard, après son ordination à la prêtrise, il est nommé prieur et fonde un couvent dans sa ville natale de Forli. Il se donne comme mission de visiter les malades, d’aider les pauvres tout en étant un religieux de prière. Un jour, de son vivant, on lui attribue la multiplication de pain et du vin pour les pauvres.

À l’âge de 60 ans, il est atteint d’une maladie incurable à une jambe. La veille de l’amputation, il descend à la salle du chapitre et va prier devant une fresque de Jésus Crucifié. Sa grande fatigue l’endort… dans un songe, Jésus se détache de la Croix, se penche sur lui et guérit sa jambe malade. Il se réveille en sursaut et constate que la douleur est disparue. Frère Pérégrin est guéri et profite de la nuit pour rendre grâce à Dieu.

Après sa guérison, il continue son ministère durant vingt ans. À l’âge de 80 ans, il meurt à la suite d’une forte fièvre. Il est béatifié par le Pape Paul V et le Pape Benoît XIII le canonise en le déclarant patron des malades qui souffrent de maladies incurables, de maux de jambe, de gangrène. Il est prié par les personnes qui souffrent de cancer. Saint Pérégrin, priez pour nous!

(Aujourd’hui encore les pèlerins vénèrent son corps conservé dans la basilique Saint-Pérégrin de Forli.)
P R I È R E S

PRIÈRE POUR UNE NEUVAINE

Seigneur Jésus crucifié, qui fut toi-même le médecin de saint Pérégrin en le guérissant d’une plaie cancéreuse, accorde-nous par son intercession, la grâce de t’aimer dans un service amoureux de notre entourage. Par l’entremise de ce grand saint, patron des malades qui souffrent de cancer, préserve-nous de cette maladie. Accorde la santé aux malades qui en sont atteints, si c’est pour leur bien et ton bon vouloir. Guéris-nous des cancers qui anémient nos vies de disciples. Amen.

Saint Pérégrin, protège-nous !
* * * * * Prière au Seigneur Jésus, Serviteur * * * * *

Seigneur Jésus, Toi qui es service et appel au service, bénis la grande famille de saint Pérégrin. Que chacun se rappelle qu’il n’y a pas de mission porteuse de ton Évangile sans service humble, joyeux, amoureux, fidèle et priant qui te rend visible. Qu’il n’y a pas de vérité qui soit efficacement proclamée sans témoignage qui la supporte. Qu’il n’y a pas de rassemblement en ton Nom sans désir d’unité et de paix et sans élan de louange et d’action de grâce. Fortifie tous nos bienfaiteurs. Soutiens-les dans leur mission. Bénis les personnes qu’ils portent dans leur prière. Qu’ils soient des témoins qui aident à identifier ton Visage de Serviteur pour que, comme Toi, ils soient service et appel au service. AMEN.

VOUS POUVEZ NOUS FAIRE PARVENIR VOS INTENTIONS DE PRIÈRE

Par courrier électronique ou par lettre, vous pouvez nous faire parvenir vos intentions de prière qui seront déposées au pied de saint Pérégrin à son Sanctuaire de Montréal.

L’Oeuvre de Saint-Pérégrin
(Pour votre correspondance)
2151 rue Fullum
Montréal (Québec) H2K 3P1
Sanctuaire Saint-Pérégrin 2151 rue Fullum à Montréal Canada
icone st peregrin

3 juillet, 2014

Françoise Breynaert docteur en Théologie qui a aussi puisé dans l’ enseignement doctrinale des Pères Servites de Marie

Classé dans : Non classé — andreadicaffa02 @ 18:51

Vivre le baptême avec Marie

                                                         Origine et développement du culte envers Marie                                                         La Tradition apostolique (vers l’an 215)                                                         Vivre le baptême avec Marie                                                         Marie dans la liturgie du dimanche                                                         Vivre la sainte Messe avec Marie                                                         Les prières liturgiques, une anthologie mariale

Partager

Imprimer la page

L’expérience du baptême :

Notre baptême est une participation à la victoire de Jésus sur la mort et sur le péché qui est la cause de la mort. C’est pourquoi les baptêmes d’adulte ont lieu durant la nuit pascale ou le jour de Pâques.

Vivre en se sachant aimé(e) de Dieu.
Le baptême est une manière de vivre parce qu’on se sait aimé(e) de Dieu.
Se savoir aimé(e) de Dieu est la victoire sur le péché qui est toujours un manque d’amour, et c’est la victoire sur la mort, car la vie d’union à Dieu est victorieuse de la mort.
Les paroles adressées à Jésus le jour de son baptême s’adressent aussi à nous.
« Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l’eau; et voici que les cieux s’ouvrirent: il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix venue des cieux disait: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur. » » (Matthieu 3, 16-17)

On ne prend pas le baptême, on le reçoit : c’est un cadeau.
De la part du Fils, : veux-tu être Fils du Père comme moi ?
De la part du Père : consens-tu à être mon enfant et que je sois ton Père ?
De la part de l’Esprit Saint : Veux-tu être saisi, marqué d’un sceau par l’Esprit de la promesse ? (Soulignons l’image du sceau : par le sceau de l’Esprit Saint, Dieu peut nous reconnaître sien).

Il ne faut pas parler du baptême au passé mais au présent.
Dieu ne dit pas « tu as été mon enfant ».
Dieu dit : « tu es mon enfant ».
« Car tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t’aime. » (Isaïe 43, 4)

Vivre le baptême, c’est vivre une expérience de l’Alliance.
La grâce du baptême, c’est le regard d’amour du Père posé sur moi avec fidélité.
Un exemple nous le fait comprendre :
Un enfant était adopté. Un jour, il commis beaucoup de fautes. Son père le réprimanda vivement et l’enfant s’en alla bouder en criant : de toute façon, tu n’es pas mon père !
Le père adoptif attendit puis il l’approcha et lui dit : c’est vrai, je ne suis pas ton père, mais je t’ai choisi.
A ces mots, la glace qui était dans le cœur ce cet enfant fondit.

 

Comment Marie est-elle présente au baptême?

Le baptême nous fait entrer dans la famille de l’Eglise, qui est le Corps mystique du Christ. La Mère du Christ est présente dans notre incorporation au Corps mystique du Christ. Le Corps mystique vit de la vie divine. En effet,

 

Cette vie divine nous est révélée et communiquée parce que Dieu s’est fait homme, et cela s’est réalisé par Marie, c’est le mystère de l’Incarnation (Lc 1, 26-38).

 

Pour entrer dans le Corps mystique du Christ, il faut mourir au péché pour renaître à la vie de la grâce, c’est une Pâque, là encore, Marie est présente, elle qui fut debout au pied de la croix, elle que Jésus a donnée à chaque disciple au moment crucial de ce passage qui est une nouvelle naissance.

 

Marie et le baptême dans la pratique de l’Eglise primitive

La Tradition apostolique, document liturgique romain de l’an 215 environ, témoigne que dans le rite de l’attribution du baptême, la nuit de Pâques, lors de la seconde immersion du catéchumène, il lui est demandé : « Crois-tu en Christ Jésus, Fils de Dieu, né par l’Esprit Saint de Marie la Vierge ? » [1]

Le motif est évident : la vraie maternité de Marie vis-à-vis du Fils de Dieu et sa fécondité virginale sont la base historique et la garantie du salut.

 

Dès le troisième siècle, la catéchèse et la solennisation du jour anniversaire du baptême avec renouvellement des promesses se sont développées afin de rendre les chrétiens plus persévérants.

 

Marie et le baptême dans l’Eglise catholique romaine

En 829, le concile de Sens renoue avec l’antique pratique du renouvellement des promesses baptismales.

Mais la Renaissance infiltra une sagesse humaine et même mondaine.

Luther puis la réforme catholique réagissent et rappellent à nouveau la grandeur du baptême. Saint Charles de Borromée, évêque de Milan, reprend la pratique du renouvellement des vœux du baptême.

Le pape Clément XI envoya le père de Montfort « faire renouveler partout l’esprit du christianisme par le renouvellement des vœux du baptême. »

 

Fort de son expérience spirituelle de terrain, saint Louis Marie de Montfort propose un don de soi-même au Christ par les mains de Marie dans la cérémonie du renouvellement des vœux du baptême (Contrat d’Alliance 1-3), et il identifie les deux démarches spirituelles (Traité 120). [2]

 

C’est l’Eglise qui baptise, et Marie est présente à ce moment là, elle accompagne le baptisé, elle accompagne l’Eglise qui baptise. C’est ainsi que le concile Vatican II dit que Marie coopère à la naissance des croyants. Voici la phrase du concile Vatican II :

 

« [Marie] engendra son Fils, dont Dieu a fait le premier-né parmi beaucoup de frères (Rm 8, 29), c’est-à-dire parmi les croyants, à la naissance et à l’éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel. »

(Lumen gentium 63)

Le concile Vatican II a été suivi d’une réforme liturgique. Et le rituel du baptême indique dans une rubrique finale que le Magnificat d’action de grâces et la consécration à Notre-Dame peuvent avoir leur place, à la fin de la cérémonie (Rituel du baptême, n°80).

Exemples d’application :

  • Les mouvements néo-catéchuménaux, qui prennent le temps de refaire, avec des adultes, le cheminement pré-baptismal, donnent à Notre-Dame, et de façon explicite, la place qui lui revient.
  • Dans le même esprit, un certain nombre de sanctuaires marials célèbrent actuellement une consécration à Marie pour les enfants baptisés dans l’année, par exemple, Notre Dame de Grâce à Honfleur, Notre Dame de la Délivrande à Douvres-la-Délivrande, etc.
  • La spiritualité de saint Louis-Marie de Montfort : Marie est un moule vivant où nous sommes façonnés, chacun de manière unique.

[1] La Tradition Apostolique §21, par B.BOTTE, SC 11 bis, Le Cerf Paris 1968, p. 84

[2] F. Breynaert, L’arbre de vie, Parole et Silence, Paris 2006 ; ou A l’écoute de Marie, tome II, Brive 2007.

Lire aussi : Ignazio Calabuig, Il culto di Maria in occidente, In Pontificio Istituto Liturgico sant’Anselmo, Scientia Liturgica, sotto la direzione di A.J. Chupungco, vol V, Piemme 1998. p. 270-271


Mgr Jean Ntagwarara (Burundi)

 

 

Breynaert (Françoise Breynaert)


A propos de l’auteur

Françoise Breynaert docteur en Théologie qui a aussi puisé dans l' enseignement doctrinale des Pères Servites de Marie

Breynaert (Françoise Breynaert)Voir toutes ses publications

Née en 1963. Docteur en théologie (Marianum, Rome). J’ai rencontré les fondateurs du projet « Marie de Nazareth » en septembre 2001 et je me suis mise à leur service en partant à Rome dès le mois d’octobre. J’ai étudié à la faculté pontificale de théologie « Marianum », en apportant au projet des fiches de synthèse en français, entre les années 2002 et 2005. Pendant ces années à Rome, en 2004, j’ai soutenu une thèse de doctorat « L’arbre de vie, symbole de la spiritualité de saint L-M de Montfort », avec la mention Summum cum laude (mention suprême).
En 2006, j’ai donné la formation mariologique au séminaire franciscain de Jérusalem (en italien). Entre temps, j’ai aussi parfois donné des sessions de formations dans des communautés classiques ou dans d..

- See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/vivre-le-bapteme-avec-marie#sthash.EF6hBlpE.dpuf

1234

riogrande |
aidoCopro |
zokafric |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | l'actue des starlette
| Pont Tracy-Lanoraie
| texia1904